Siyouni devancé par son leader

Autres informations / 25.04.2010

Siyouni devancé par son leader

Le verdict du Prix de Fontainebleau (Gr3) n’a pas été celui

attendu, avec la victoire du cheval de train rajsaman (Linamix) – un bon cheval

au demeurant –, mais on a quand même pu voir deux poulain nettement au-dessus

des autres, qui sont prêts à devenir des leaders de leur génération en France.

Leurs noms sont Siyouni (Pivotal) et Lope de Vega (Shamardal), tous deux ???Jdg

rising Star ??et respectivement deuxième et troisième, dans un mouchoir de

poche. Certes, ils ont été battus par un cheval en théorie moins bon qu’eux –

dans des circonstances que nous allons détailler –, mais ce qu’il faut retenir,

c’est le terrain considérable qu’ils ont comblé dans la phase finale ainsi que

le gigantesque écart par rapport au quatrième et ses suivants qui est de quatre

grandes longueurs. Mais cette arrivée surprise ne change en rien la donne et

Rajsaman, « qu’ils ont laissé faire dimanche », jouera encore le rôle de leader

de luxe dans la Poule d’Essai (Gr1).

 

débuts encourageants de Siyouni sur 1.600m Lauréat du Grand

Critérium (Gr1) en 2009, sur 1.400m, Siyouni passait un test sur 1.600m. Un test

réussi, puisqu’après avoir cherché longtemps un sillage, Siyouni a fourni un

très bon effort final, échouant d’une petite demilongueur face à son leader qui

avait fait le trou au bon moment. Satisfait, Alain de Royer Dupré, son

entraîneur, commentait : « Gérald a longtemps été nez au vent et a cherché une

solution pour "rentrer". De ce fait, une fois avoir trouvé un

sillage, il s’est retrouvé avec plus de terrain à refaire. Je suis content de

sa course, car il montre qu’il sait faire 1.600m. » Le test de Siyouni sur

cette distance est donc concluant et il sera un candidat sérieux à la Poule

d’Essai des Poulain (Gr1).

 

très bonne impression laissée par Lope de Vega Maintenu en

troisième position durant le parcours, Lope de Vega a, comme Siyouni, tracé une

très belle ligne droite. On peut même estimer que l’impression qu’il a laissée

est meilleure que celle de Siyouni. En effet, c’est lui qui a

"ramené" le poulain de l’Aga Khan et, au final, l’écart est minime.

On peut légitimement penser que Lope de Vega dispose d’une marge de progression

et qu’il sera donc très dangereux dans la Poule d’Essai. Maxime Guyon, son

jockey, nous faisait remarquer à juste titre que « le cheval s’est assagi, lui

qui était assez bouillant à 2ans ». Également, le jockey nous disait qu’il

était possible de revenir de l’arrière-garde dimanche, chose qu’il a prouvée

avec Anna Salai (Dubawi), très bonne gagnante du Prix de la Grotte (Gr3) alors

qu’elle était encore dernière à l’entrée de la ligne droite.

 

c’était un leader de qualité

Dévoué à la cause de Siyouni, Rajsaman a donc rapidement

pris les devants. On peut s’étonner qu’aucun jockey ne se soit méfié et que le

peloton l’ait laissé prendre quatre à cinq longueurs d’avance. Car Rajsaman est

un bon cheval. À 2ans, il avait débuté tôt dans la saison, au mois de mai,

avant d’ouvrir son palmarès à sa quatrième sortie, à Clairefontaine, en août.

D’ailleurs, chose amusante, il avait comme Siyouni créé la sensation, car

c’était un "Aga Khan" considéré comme précoce au regard de la date de

ses débuts. Suite à sa première victoire, il avait enchaîné par un succès dans

le Critérium de Lyon (L) et était ensuite favori du Prix Thomas Bryon (Gr3).

Dans un terrain lourd, il terminait quatrième sur quatre, battu de peu après

avoir fait longtemps illusion.

Comme le relevait Alain de Royer Dupré après la course :

« C’est un cheval de qualité. Ils l’ont laissé faire et il

est assez bon pour gagner une course comme cela. La prochaine fois, ils ne le

laisseront pas partir. Il y aura donc du train, ce qui avantagera Siyouni. »               

Les circonstances de course ont favorisé la victoire de

Rajsaman, qui, sans Siyouni, aurait été un représentant "Aga Khan"

avec une chance au départ de ce Gr3. Et comme Christophe Lemaire, qui montait

makani (Footstepsinthesand) et était en deuxième position durant le parcours,

n’a pas voulu faire le jeu du peloton en revenant sur Rajsaman, ce dernier est

arrivée avec une grande avance dans la ligne. Tellement grande qu’il a pu vivre

dessus tout au long de la ligne droite, sans que Thierry Jarnet, son jockey,

soit extrêmement dur avec lui. D’ailleurs, il racontait après la course : «

C'est un bon cheval et il faut avoir un brin de qualité pour être leader. Il

gagne plaisamment. On a fait le travail de leader et une fois qu'il a été fait,

j'ai essayé simplement de l'amener à l'arrivée… »

 

des espoirs qui s’envolent pour certains battus

Le grand écart entre les trois premiers et les autres

illustre une nette différence de classe. Makani et Arasin (Footstepsinthesand)

surtout, qui passaient un vrai test ici, ne l’ont pas vraiment réussi et il est

difficile d’imaginer qu’ils progressent assez en trois semaines pour avoir une

première chance dans la Poule d’Essai.

Concernant Makani, Alan Cooper analysait : « Il n'avait pas

d'expérience à ce niveau. Il sera mieux la prochaine fois. » À revoir donc…

Quant à Shamalgan (Footstepsinthesand), bien que battu et

septième, il a fait un "truc". C’est sûrement un bon cheval, car il a

longtemps tiré et, dans ses conditions, il aurait dû finir en net retrait.

Pourtant, il s’est battu jusqu’au bout.

 

TEMPS PARTIELS

un temps pas vraiment exceptionnel Comme Siyouni n’a pu

rapidement se mettre dans le sillage de Rajsaman et que personne n’a voulu se

mettre dans sa roue et coller à lui, Rajsaman a mené seul, détaché. De ce fait,

sans que l’on puisse reprocher quoi que ce soit au cheval et à son jockey, son rôle

de leader n’a pu être vraiment efficace. Le temps de la course s’en ressent,

car alors qu’il n’y avait pas de leader chez les pouliches, elles sont allées

une seconde plus vite dans le Prix de la Grotte.           

 

Où L’on Reparle De Lammtarra

Élevé par l’Aga Khan, Rajsaman provient d’une souche

Lagardère. Il faut noter dans son pedigree la présence en tant que père de mère

de Lammtarra, qui n’aura pas laissé un souvenir impérissable comme étalon – il

a surtout produit melikah –, mais qui se retrouve parfois en tant que père de mère.

C’est le cas dans le pedigree de la ???Jdg rising Star ??Valedictory (Dubai

Destination), très bon lauréat de son maiden à 2ans et fils de Melikah

La mère de Rajsaman, Rose Quartz, n’a jamais couru et a

quatre produits en âge de courir. Parmi eux, trois gagnant, dont rosawa, propre

sœur de Rajsaman et double gagnante de Listed. Rosawa est la mère de la ???Jdg rising

Star ??rosanara (Sinndar), gagnante du Prix

Marcel Boussac (Gr1).