Une belle histoire de famille autour de plenty pocket

Autres informations / 25.04.2010

Une belle histoire de famille autour de plenty pocket

La famille Lellouche est réunie autour de plenty pocket

(Super Célèbre), vainqueur du Prix des Gobelins (F). Le poulain est entraîné et

a été élevé par Élie et porte les couleurs de Sauveur Lellouche, le père de

l’entraîneur cantilien. Plenty Pocket venait de débuter victorieusement dans

une course AFASEC à Saint-Cloud où il s’était baladé. « Les courses AFASEC,

c’est quand même un avantage », s’est exclamé Élie Lellouche. Hormis deux

Étoiles (Montjeu), Plenty Pocket était l’autre poulain qui avait déjà couru

dans ces courses officieuses réservés aux élèves de l’AFASEC. Et cela lui a été

bénéfique lorsqu’il a dû passer à l’attaque pour revenir sur l’animateur L’Ami gaby

(Muhtathir) qui avait encore une dizaine de longueurs d’avance à trois cents

mètres du but. « Nous avions quelques doutes au sujet du terrain car la

dernière fois, dans la course AFASEC, le terrain était lourd, nous a expliqué

Élie Lellouche. Il a été un peu allant dans la fausse ligne droite car il a

doublé un cheval. Il court très bien. C’est un poulain que nous avons élevé au

Haras du Chesnaie, chez les "Besnouin" [le lieu d’élevage de Saint du

chenet, vainqueur du Prix Fleuret à Auteuil, ndlr]. J’ai choisi Super célèbre

comme étalon notamment en souvenir de ses performances. » C’est une course

décousue qui s’est déroulée avec un peloton qui s’est étendu sur une vingtaine

de longueurs et il est dès lors difficile de se faire une idée précise de la

valeur du lot. Deuxième, Le Larron (High Chaparral), frère de Jukebox Jury

(Montjeu), a terminé vite, faisant illusion pour la victoire avant de voir

Plenty Pocket fondre sur lui. En le voyant dans le rond, son éleveur, Paul

Nataf, le trouvait changé.

« C’est comme si on voyait un enfant à huit ans puis qu’on

ne le revoyait ensuite qu'à quinze ans. » Son élève s’est bien comporté et ne

devrait pas rester maiden longtemps.

 

Les bons débuts de Jo all the Way et L’Ami gaby Chacun dans

leur style, Jo all theWay (Gold Away) et L’Ami Gaby ont réalisé des premiers

pas satisfaisants. Élie Lellouche nous a déclaré au sujet du premier nommé,

dont il a la responsabilité : « C’est un poulain qui n’est pas encore fait. Il

va venir de lui-même. C’est un "tardif" que j’ai reçu tard. Il a bien

accéléré. » Très allant durant le parcours, L’Ami Gaby a malgré tout tenu bon

dans la ligne droite, gardant le meilleur très longtemps avant de conserver la

quatrième place. « À la base, c’est un poulain qui était destiné à l’obstacle, nous

a raconté Richard Chotard. En le travaillant, on s’est rendu compte qu’il

pouvait faire quelque chose en plat. Il avait d’ailleurs travaillé dans une

grande écurie récemment. Il court très bien. »          

 

Une Origine "Lagardère"

Élevé par son entraîneur, Élie Lellouche, Plenty Pocket est

issu d’une souche de l’élevage de Jean-Luc Lagardère. Il est le neveu de

L’Émeraude (Vert Amande), gagnante du Prix Ronde de Nuit (L) et trois fois

placée de Gr3. Deuxième mère de Plenty Pocket, Abigaila (River River) a couru

en fin de carrière pour Élie Lellouche, se plaçant dans des handicaps et des

"réclamers".

Amaldina (Pistolet Bleu) a également défendu les intérêts de

l’entraîneur cantilien. Elle a couru vingt fois, prenant onze places. Elle a

donné Swing mambo (Enrique), lauréat de cinq courses et phoenix king (Enrique),

dix fois placé en vingt sorties.