Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Décision choc de galop suisse pour l'écurie sable noir

Autres informations / 29.05.2010

Décision choc de galop suisse pour l'écurie sable noir

Suisse. Tous les chevaux de l'Écurie Sable Noir, qui

comptent parmi l’élite du turf suisse, tels Zafeereli, Maintop ou Fighting

Johan, sont disqualifiés des épreuves auxquelles ils ont pris part depuis le

1er janvier. De plus, ils sont exclus de toutes les courses sur le territoire

helvète à partir de l'entrée en vigueur de la décision de Galop Suisse. Sur le

plan sportif, la principale conséquence concerne les 2.000 Guinées, dont hérite

Shuffle Champ, après le déclassement de Zafeereli.

L'enquête instruite par le Galop Suisse concernant les

doutes sur la propriété des représentants de l’Écurie Sable Noir [cf. JDG du 11

avril] a trouvé son épilogue dans le dernier Bulletin officiel. Un recours à

effet suspensif peut toutefois être déposé dans les dix jours.

 

Rappel des faits

Non convaincu des éléments fournis par Cornelia Suter, la

propriétaire responsable de la casaque "bleu et beige", concernant

tant l’origine des fonds lui ayant permis l’acquisition de six pur-sang que ses

capacités financières à assumer les frais d'entraînement, le comité de Galop

Suisse s’est montré intransigeant.

Il convient de préciser que Cornelia Suter est la compagne

de Daniel Jordi, précédemment propriétaire responsable de l’Écurie

Weissenstein, sous les couleurs de laquelle s’étaient distingués trois des six

"Sable Noir". Or, Daniel Jordi est impliqué dans le montage d’une

"chaîne de Ponzi" en 2007-2008 [cf. JDG du 13 janvier 2009] et, en

attendant la clôture de la procédure en appel, se retrouve sous le coup d’une

condamnation judiciaire pour gestion déloyale, fraude et falsification de

documents, sans compter plusieurs actes de défaut de bien à hauteur d’environ

500.000€.

Implicitement, l'impression demeure pour Galop Suisse qu'en

dépit des documents formels signés par Cornelia Suter, on pouvait continuer

d'attribuer, "économiquement parlant", les chevaux à Daniel Jordi.