Du côté des battus

Autres informations / 30.05.2010

Du côté des battus

Les vaillants "soldats" de Guy Cherel toujours

dans le coup

Dans ce "Grand Steeple" 2010, Guy Cherel était

bien armé. Il présentait quatre chevaux et possédait de belles chances pour

faire l'arrivée. Doumaja (Cadoudal) a pris la deuxième place suivi d'Odeillo du

mathan (Balleroy) et Ramsès bleu (Pistolet Bleu). Objectif Spécial (Ungaro) a

pris la sixième place.

Avant la course, au rond de présentation, Guy  Cherel est très concentré. Un à un, il regarde

ses pensionnaires arriver avant que ses jockeys ne le rejoignent pour écouter

les ordres. Seul Bertrand Lestrade, qui se mettra en selle sur Ramsès Bleu,

pour sa première participation au "Grand Steeple", reçoit des

consignes détaillées de la part de l’entraîneur mansonnien. Les autres pilotes

connaissent leur monture. Le temps de mettre Bertrand Lestrade en selle et Guy

Cherel disparaît. La course part. Les "Cherel" sont en bonne place.

Ils avalent les obstacles les uns après les autres à l’exception d’Objectif

Spécial qui commet plusieurs fautes. Après le saut du rail ditch and fence, l’entraîneur

peut croire à la victoire. Ses protégés suivent de près Polar Rochelais qui est

en tête. Ils ont du "gaz" et paraissent capables de vaincre. En

particulier le lauréat des Prix Robert de Clermont-Tonnerre et Ingré (Grs3),

Doumaja (Cadoudal) qui se rapproche sur la main de son jockey. Mais sur le

plat, ils doivent laisser la gloire à Polar Rochelais. « Je suis vraiment très

content de leur course, nous a déclaré Guy Cherel. Pour Doumaja, lorsque j’ai

vu que Cyrille Gombeau [son jockey, ndlr] le reprenait dans le dernier

tournant, je pensais qu’il pouvait le faire. Mais le gagnant était le plus fort

aujourd'hui. Je pense aussi que les leaders ont été un peu vite en début de

course. Odeillo du Mathan court très bien lui aussi. Il a bien sauté. Il fait

son travail, c’est un métronome. Ramsès Bleu a très bien sauté et s’est bien

comporté. Quant à "Objectif", il me déçoit car il n’a pas très bien

sauté. »

 

Carrière terminée pour Louping d'Ainay

Au deuxième saut de la rivière des tribunes, Louping d'Ainay

(Saint Preuil) s'est mal réceptionné et s'est blessé. Son jockey, David Cottin,

l'a immédiatement arrêté. À ce moment-là, tout le monde a pensé au pire. Mais

Louping d'Ainay ne s'est pas fracturé ; il s’est déchiré les ligaments d'un

boulet. À 11ans, ce cheval costaud aux jambes fragiles pourra donc être sauvé,

mais sa carrière est terminée. Son éleveur, Stéphane Milaveau, nous a déclaré :

« Ce seraient les ligaments de son boulet auquel il n'a jamais eu de problème

qui auraient lâché. Il compensait sur cette jambe. Louping d'Ainay est hors de

danger et déjà, trois personnes sont venues voir François Cottin pour nous

proposer de le mettre à la retraite chez eux. Sa carrière est terminée.

Aujourd'hui, j’ai évidemment été déçu de voir mon cheval revenir sur trois

jambes, mais je suis infiniment moins déçu que lorsque j'ai assisté à son

distancement dans le "Grand Steeple" 2008. Il avait terminé deuxième

et avait été distancé à cause du poids non conforme de son jockey. C'était très

injuste. »

Louping d'Ainay défendait, comme Princesse d'Anjou

(Nononito), la casaque de Jean-Paul Sénéchal et l'entraînement de

François-Marie Cottin. La petite princesse d'Auteuil a terminé à la cinquième

place après un bon parcours.

 

Pommerol fait une faute malgré ses ressources Cette saison,

nous avons assisté au bon retour en piste de Pommerol. Le pensionnaire de

François Doumen restait sur deux belles victoires avant de s'élancer au départ du

"Grand Steeple" et il revient à son meilleur niveau. Malheureusement

dimanche, il a commis une faute – son jockey n'a plus rester en selle – alors

qu'il possédait des ressources pour faire l'arrivée. Son propriétaire, Éric

Puérari, nous a déclaré : « J'ai quelques regrets aujourd'hui car Remember

Rose, en liberté devant lui, l'a fait tirer. Il n'a pas pu se détendre devant.

Ils allaient à deux cents à l'heure. Mais c'est tout de même de bon augure pour

la suite. S'il ne s'est pas fait mal, bien sûr, il a encore de belles choses à

faire. »     

 

POURQUOI REMEMBER ROSE A-T-IL PILÉ AU DÉPART ?

Les commissaires ont annoncé une enquête d'office à

l'arrivée du "Grand Steeple" puisque Christophe Pieux a chuté au

départ. Les images du départ sont diffusées en boucle sur tous les écrans.

Difficile de dire si le cheval a touché les élastiques. Mais ce qui est sûr

c'est qu'il en a eu peur. « Le starter est comme un arbitre de foot. Pénalty,

ou pas, c'est lui qui décide et c'est sa décision qui est appliquée, nous a

déclaré Jean-Paul Gallorini. Mon cheval a bien eu peur de quelque chose et en

l'occurrence ce sont des élastiques. » On entendait alors chez les

professionnels : « Pourquoi le starter ne lâche-t-il pas les élastiques avant,

et non pas, comme il le fait, juste sous le nez des chevaux ? » Aujourd'hui,

les élastiques n'ont pas été lâchés très tôt car mayev (Goldneyev) a refusé de

s'élancer, comme il l'a déjà fait. Mayev est arrêté lorsque le peloton prend

son élan et s'il est dans la zone de départ, il n'est pas aligné. « Il y a eu

deux problèmes au départ : Mayev arrêté et mon jockey qui tombe, ils auraient

dû lever le drapeau et reprendre le départ, ajoute Jean-Paul Gallorini. Mais

après tout, ce n'est qu'une petite course et heureusement, mon cheval n’était

pas le grand favori… » L’humour pour tenter d’effacer le sentiment d’injustice.

 

Christophe Pieux : « Ils n'ont pas lâché les élastiques »

Quelques minutes après la course, Jean-Paul Gallorini part à

la rencontre de Christophe Pieux qui est en train de se peser pour la course

suivante. « Il faut que je voie mon jockey. » Christophe Pieux raconte : « Ils

n'ont pas lâché les élastiques. Nous sommes arrivés devant et ils ne les ont

pas lâchés à temps. Le cheval a eu peur. »

Mais soudain, dans la salle des balances, un homme lève les

bras, hurle au scandale. C'est Bartabas : « C'est une honte, une honte. Il faut

annuler la course. » Beaucoup l'applaudissent. Jean-Paul Gallorini reste

toujours très calme : « Le starter est le seul juge. Les commissaires font ce

qu'ils veulent. Et si les élastiques n’ont pas été lâchés à temps, selon l'avis

de la majorité, cela ne changera rien. La course est courue. »

 

Jean-Louis de Watrigant : « J'ai lâché les élastiques à 80cm

ou 1m de la tête des chevaux »

 Au fond de la salle

des balances, on aperçoit Jean-Louis de Watrigant, le starter, celui sur qui

repose la décision de reprendre ou non un départ. C'est lui qui a lâché les

élastiques et c'est vers lui que nous nous sommes tournés pour comprendre ce

qu'il s'est passé. Il nous a expliqué : « J'ai lâché les élastiques à 80cm ou

1m de la tête des chevaux, en conformité avec le code. Mais Remember Rose a

pris peur. Il a pilé alors que Lord Carmont, qui était légèrement en avance sur

lui, a bien pris son départ. Le départ a donc été validé car Christophe Pieux

ne tombe pas avant, mais après le lâché des élastiques. »

 

Jean d'Indy : « La règle doit s'appliquer à tout le monde,

favori ou non »

En milieu d'après-midi, Jean d'Indy, Président du Conseil de

l'obstacle à France Galop, est revenu sur l'incident. « La décision

n'appartient qu'à un seul homme, Jean-Louis de Watrigant, et de l'avis de tous

c'est un homme rigoureux, qui connaît son métier, très professionnel et

d'expérience. Il a dû prendre une décision en quelques secondes et elle a été

prise dans ce sens car deux chevaux étaient sur la même ligne : l'un, Lord Carmont,

est bien parti, l'autre, Remember Rose, a pilé. En tant que turfiste, j'aurais

évidemment préféré voir un autre "Grand Steeple", mais le code a été

appliqué. Faudrait-il en être autrement parce qu'aujourd'hui cela arrive au

favori dans cette course-là ? Non, la règle est appliquée à tous. Pour moi, en

tant qu'observateur, c'est triste que cela soit arrivé, mais il n'y a pas à se

poser de question : le départ devait être validé. » 

 

Communiqué de France Galop

Agissant d’office, les Commissaires ont ouvert une enquête

sur les causes de la chute du jockey Christophe PIEUX (REMEMBER ROSE IRE) au

départ. Après examen du film de contrôle et audition du jockey Christophe

PIEUX, les Commissaires ont maintenu le résultat de la course considérant que

la chute n’était pas due à l’irrégularité de l’un des concurrents, le hongre

REMEMBER ROSE IRE ayant marqué un temps d’arrêt au moment du lâcher des

élastiques provoquant ainsi la chute de son jockey. Par ailleurs, les

Commissaires ont entendu l’entraîneur Ronald CAGET en ses explications au sujet

des difficultés dont avait fait preuve le hongre MAYEV pour prendre le départ.

L’intéressé a déclaré que lors de sa dernière course, MAYEV avait déjà fait

preuve de mauvais vouloir pour s’élancer au départ et que la semaine précédant

le grand Steeple Chase de Paris, il avait, à l’entraînement, fait plusieurs

essais de départ concluants et qu’en conséquence il ne s’expliquait pas son

comportement.

Les Commissaires ont enregistré ces déclarations et ont

transmis le dossier aux Commissaires de France Galop.

 

LES RÉACTIONS DES PROFESSIONNELS SUR CE DÉPART mOUVEmENTÉ

Jacques Cyprès, éleveur-propriétaire, et élu du Comité de

France Galop : « Je pense que pour le "Grand Steeple", la course

faisant 5.800m, un départ au drapeau serait beaucoup mieux. Sur une telle

distance, les chevaux ont en effet le temps de revenir et le peu de terrain

gagné au départ ne compte pas. Même sur 3.500m, je pense que le départ au

drapeau serait préférable. Au Lion-d'Angers par exemple, c'est ce qu'ils font

et cela se passe très bien. Néanmoins, il faut quand même dire que si

l'incident qui est arrivé à Remember Rose s'était produit avec un cheval à

100/1, personne ne s'en inquièterait. »

 

marcel Rolland, entraîneur :

« Le starter a appliqué le code à la lettre. Dans ce cas, il

n'était pas obligé de reprendre mais là on rentre dans des réflexions que je ne

maîtrise pas. »

 

François Doumen, entraîneur :

« Il y a eu un énorme couac. Je crois qu'ils auraient dû

reprendre le départ. C'est vraiment dommage pour l'image des courses. »

 

Jehan bertran de balanda, entraîneur : «Je pense que le

départ aurait dû être repris. J'ai toujours été contre le départ lancé lorsque

les chevaux arrivent le nez sur les élastiques. C'est vraiment navrant que cela

arrive un jour comme cela avec ce cheval-là. On n'a rien vu aujourd'hui avec

Remember Rose, même si cela n'enlève rien à Polar Rochelais qui est un très bon

cheval. »

 

Philippe Peltier, entraîneur : « Ils auraient dû reprendre

le départ. S'ils l'avaient fait, il n'y aurait pas eu d'histoire, personne

n'aurait crié au scandale. Aujourd'hui, le "Grand Steeple" était

support de Quinté. De nombreux joueurs ont perdu leur argent à cause de cet

incident. De plus, le Quinté est la course la plus médiatisée, on le sait bien,

et cela donne une mauvaise image des courses. »