Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

D’une "f" à un gr1 : l’exploit de sarafina

Autres informations / 23.05.2010

D’une "f" à un gr1 : l’exploit de sarafina

Montjeu Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1)

Alain de Royer Dupré avait annoncé quelque chose de fort

pour la ???JDG Rising Star ??Sarafina (Refuse to Bend) suite à ses débuts

victorieux. Et la pouliche de 3ans du prince Karim Aga Khan ne l’a pas fait

mentir, en remportant de toute une classe le Montjeu Coolmore Prix Saint-Alary

(Gr1). Malgré un mouvement à quatre cents mètres du but, la championne en herbe

a survolé la course, triomphant avec beaucoup de désinvolture face aux attaques

de la ???JDG Rising Star ??Deluxe (Storm Cat). « Elle a un sacré potentiel,

confie Gérald Mossé. Il y a eu un flottement au moment où j’ai accéléré mais

j’ai toujours eu la course en main. Je voulais prendre mon temps pour qu’elle

puisse bien s’exprimer et je n’ai jamais été inquiété. » Sarafina est de la

trempe des grandes championnes et imite ses compagnes de couleurs et ???JDG

Rising Stars ? Rosanara (Sinndar) et Zarkava (Zamindar), qui avaient toutes

deux remporté un Gr1 après avoir débuté victorieusement dans une "F",

à la seule différence que ces deux dernières n’étaient âgé que de 2ans. C’est

dire toute l’étendue du talent de Sarafina. « À cette période de l’année, c’est

encore possible de courir un Gr1 juste après des débuts dans une "F",

avec trois semaines d’intervalle, analyse à chaud Alain de Royer Dupré. Elle

confirme qu’elle est très bonne, il y a juste eu ce petit incident dans la

phase finale qui est dommage mais je crois que la gênée était déjà battue.

Olivier Peslier a d’ailleurs été très correct en le déclarant aux commissaires.

» Patiente au cœur du peloton de neuf pouliches, Sarafina s’est montrée assez

froide durant le parcours. Victime d’une légère vague au moment de

l’accélération finale, qui a finalement gêné T’as d’Beaux Yeux (Red Ransom), la

championne à la casaque verte et épaulettes rouges, a placé une accélération

progressive qui a décramponné toutes ses rivales. La seule qui a été en mesure

de l’approcher est la pensionnaire d’André Fabre, Deluxe, qui, après avoir été

accompagnée aux bras par son jockey dans la fausse ligne droite, a choisi le

chemin de l’extérieur pour fournir son effort. Elle ne conclut qu’à une

demi-longueur de la lauréate, mais elle ne l’a toutefois jamais inquiétée. À sa

décharge, on notera toutefois qu’elle a été obligée de progresser dès la fausse

ligne droite, ce qui est toujours difficile. Invaincue en deux courses avant

l’épreuve, Deluxe n’a pas déçu son entourage et aurait fait une excellente

gagnante si elle n’était pas tombée sur un nouveau phénomène du prince Aga

Khan. « On y comptait beaucoup avant la course, mais elle est tombée sur une très

bonne pouliche, nous a confié Teddy Grimthorpe, le manager du prince Khalid

Abdullah. Elle a bien accéléré et réalise une bonne course. Je pense qu’elle va

aller courir le Prix de Diane (Gr1) »                        

 

Sarafina vers le Prix de Diane ?  Si l’entourage de Deluxe a d’ores et déjà

annoncé ses intentions de la courir dans le Prix de Diane le 13 juin prochain, celui

de Sarafina est encore beaucoup plus mesuré. « Le Prix de Diane est une option envisageable,

nous a déclaré Georges Grimaud, le manager de Son Altesse Aga Khan. Il y a certainement

Rosanara qui devrait aussi prendre cette voie là et pour Sarafina, il faut déjà

voir comment elle se remet de cette course. » Située à trois semaines du Prix

Saint-Alary, ce classique pour pouliches de 3ans est toujours un moment

particulier pour les chevaux. Beaucoup de monde sera présent à Chantilly et un

premier défilé est à prévoir pour des pouliches parfois très inexpérimentées. «

Courir Rosanara et Sarafina dans le Prix de Diane n’est pas une impossibilité,

nous a déclaré son mentor, mais cette course est très spéciale. Il y a beaucoup

d’éléments qui peuvent perturber une pouliche qui n’est pas encore très

habituée aux courses. Sarafina est pleine de talent mais il faut bien gérer sa

carrière. Elle aurait couru une "B" aujourd’hui, le résultat aurait

été le même. » La dernière représentante du prince Aga Khan à avoir réalisé le

doublé Prix Saint-Alary Prix de Diane est Zainta (Kahyasi), qui avait réalisé

cet exploit en 1998. Déjà montée à l’époque par Gérald Mossé, ce dernier ne

s’est pas arrêté sur une comparaison. « Cette pouliche est bien meilleure que

Zainta. » À la différence de Sarafina, Zainta était arrivée sur le Prix de

Diane avec une expérience riche de quatre sorties, toutes victorieuses, dont

une à 2ans.

 

Hibaayeb rassure son entourage

Lauréate des Fillies Mile (Gr1) à 2ans sous la férule de

Clive Brittain, Hibaayeb (Singspiel) a ensuite été acquise par l’écurie

Godolphin. Lors de sa rentrée dans les 1.000 Guinées (Gr1) à Newmarket, elle a

beaucoup déçu son entourage et n’a pu jouer aucun rôle dans la phase finale, se

classant seizième sur dix-sept partantes. La pensionnaire de Saeed bin Suroor

avait donc besoin de rassurer en abordant pour la première fois une distance

supérieure à 1.600m. Elle s’est parfaitement réhabilitée en prenant une

remarquable troisième place, grâce, il faut le dire, à la maestria de son

jockey, Lanfranco Dettori, qui a longtemps endormi le peloton avant de démarrer

sèchement dès l’entrée de la dernière ligne droite. Elle a ainsi pu profiter du

tapis roulant de la corde avec la lice à zéro « Elle court mieux, en progrès

par rapport à sa dernière sortie. Elle devrait courir les Oaks d'Epsom (Gr1),

maintenant », nous a confié son entraîneur. L’épreuve anglaise se dispute le 4

juin à Epsom sur la distance de 2.400m, ce qui laisse à sa pouliche seulement

treize jours pour se remettre à niveau et surtout, pour aborder une distance

rallongée une nouvelle fois de quatre cents mètres. Mais « elle sera beaucoup

mieux sur 2.400m » nous a dit son mentor. Inch Allah !

 

Bon comportement des deux pouliches maiden

En prenant respectivement la quatrième et la cinquième

place, Galaxidi (High Chaparral) et Plain Vanilla (Kendor), ont réalisé une

remarquable performance. Elles étaient toutes les deux les seules pouliches

encore maiden à s’aligner au départ de ce Gr1. Elles le restent à l’issue de

l’épreuve, mais sont à créditer d’une remarquable performance. Entraînée par

Freddy Head, Galaxidi avait pris la deuxième place du Prix de la

Celle-Saint-Cloud (F), en débutant le 25 avril dernier. C’est donc avec

beaucoup de fraîcheur qu’elle s’est engagée directement dans le

"SaintAlary". Le pari était osé mais s’est avéré payant. « Elle a

fait une course formidable, raconte Freddy Head. D'autant plus qu'elle n'a pas

eu le meilleur des parcours, étant un peu gênée à l'entrée de la ligne droite.

Après ses débuts sur 2.200m, où cela avait été un peu long, j'avais même pensé

la raccourcir sur 1.600m. Mais là, sur 2.000m, elle finit quand même. C'est

sûrement une bonne pouliche, qui est battue là aussi par manque d'expérience. »

Quant à Plain Vanilla, elle a toujours filé la future lauréate dans la ligne

droite, après avoir attendu en dernière position durant le parcours. La

pensionnaire de Philippe Van de Poële n’a pas été écœurée par l’accélération

finale de Sarafina et a fini de belle façon, dans son action, pour s’octroyer

nettement la cinquième place, avec trois longueurs d’avance sur ses

poursuivantes. Cette sœur du bon Calvados Blues (Lando) est toute proche de son

premier succès, qui pourrait être directement au niveau Groupe.

« Elle court très bien, mais a été handicapée par son

mauvais numéro à la corde, nous a déclaré son éleveur, Thierry de la

Heronnière. C'est très dur de revenir, d'autant qu'elle a dû patienter derrière

des chevaux qui reculaient. Déjà, en dernier lieu, elle avait eu un mauvais

numéro. Je pense qu'elle n'est pas encore arrivée à son top-niveau. Philippe

Van de Poële l'estime beaucoup et pense même qu'elle est meilleure que musical

Way (Gold Away). C'est une famille qui est en plein boom. On a eu Calvados Blues,

le frère de Plain Vanilla, l'an dernier et, lundi, dans les Guinées allemandes,

il y aura le frère de Persian Belle (Machiavellian), qui est la mère Plain

Vanilla. Il a une première chance, car c'était le meilleur 2ans allemand. »

 

la sœur de deux pouliches qui ont couru le "Diane"

Élevée par S.A. Aga Khan, Sarafina est une fille de Sanariya

(Darshaan), qui courait en Angleterre chez Sir Michael Stoute. Cette dernière

est une fille de Darshaan (Shirley Heights), avec qui Alain de Royer Dupré

trouve des comparaisons physiques avec Sarafina. Elle dispose aussi du sang de

Top Ville et Relko qui lui apportent de la tenue mais aussi beaucoup d’influx.

Sanariya n’a jamais gagné en cinq courses et compte comme meilleure performance

une deuxième place dans un maiden. Sarafina est son

cinquième produit à avoir couru et sa cinquième gagnante. Avant elle, on a pu

voir en piste Sanaya (Barathea), gagnante du Prix Casimir Delamarre (L), placée

de Grs3 et candidate au Prix de Diane (Gr1) 2006, ainsi que Sanjida (Polish

Precedent), pouliche parfois peu volontaire, placée de Gr3 et également

candidate au Prix de Diane, en 2008. Toutefois, elle y jouait le rôle de leader

pour Zarkava. Deuxième mère de Sarafina, Sanamia (Top Ville) a couru trois fois

et a gagné un maiden à 3ans, à Tipperary, sur 2.400m. Elle était entraînée par

John Oxx.