"madame" goldikova est de retour et prête à faire tomber les records

Autres informations / 23.05.2010

"madame" goldikova est de retour et prête à faire tomber les records

lOnGCHamP, Dimanche Prix d’ispahan (Gr1)

On a tutoyé le sublime dimanche, à Longchamp, dans le Prix

d’Ispahan (Gr1). La ???JDG Rising Star ? Goldikova (Anabaa) a été tout

simplement éblouissante, comme souvent. Les écarts à l’arrivée sont énormes et

le record du parcours est tombé. Cela, conjugué à l’impression visuelle laissée

par la championne des frères Wertheimer, font de ce Prix d’Ispahan 2010 un

moment rare. « J’y étais », pourrons-nous dire dans quelques années quand on

racontera les fabuleuses aventures de Goldikova. Avec sa victoire dans le Prix

Jacques Le Marois (Gr1) 2009, celle de ce Prix d’Ispahan 2010 a été la plus

impressionnante des onze victoires de Goldikova, d’autant qu’elle était

légèrement hors distance. Avec humour, Alain Wertheimer disait à un interlocuteur

inconnu au téléphone : « Oui… elle a bien gagné… » Elle a bien gagné et la

voilà désormais titulaire de huit victoires au niveau Gr1. "Plus que

trois", et elle rejoindrait alors Dahlia, la championne de Maurice Zilber,

qui a remporté onze Grs1. C’est possible, car si tout se passe bien, le

programme 2010 (voir page suivante) de Goldikova pourrait la faire passer par

cinq autres courses de Gr1, avec en point d’orgue une troisième tentative dans

le Breeders’ Cup Mile (Gr1). Nous n’y sommes pas encore et l’important

enseignement dimanche est que Goldikova est meilleure que jamais, tout comme

son dauphin, Byword (Peintre Célèbre), excellent dimanche. Le cap de 4 à 5ans a

été franchi avec réussite, les inquiétudes sont levées, place au rêve

désormais.

  

le programme à venir de Goldikova : sur la base de records

Cela intéresse tout le monde : quel est le programme de

Goldikova ? Après la course, Freddy Head y répondait, expliquant : « Elle

devrait courir les Queen Anne Stakes. Ses propriétaires souhaitant aller à

Ascot, puis elle devrait suivre le même programme que l'an dernier : Prix

Rothschild et Jacques Le Marois

avant une rentrée dans le Prix de la Forêt, puis une

nouvelle tentative dans le Breeders' Cup. » Le programme 2010 de Goldikova est

donc sensiblement le même que celui de l’an dernier (voir tableau). Seule

différence, les Falmouth Stakes (Gr1) ont laissé la place aux Queen Anne

Stakes. C’est normal et c’est plutôt bon signe, car les "Falmouth"

avaient eu surtout pour vocation de remettre en confiance Goldikova après son

échec dans l’"Ispahan" 2010. Un échec « qu’elle a totalement effacé »

disait Pierre-Yves Bureau, soulagé, en redescendant des tribunes après la

course.

 

Goldikova doit donc disputer encore cinq Grs1, ce qui lui

laisse une occasion en trop, ou joker, pour parvenir à un palmarès composé de

douze Grs1. Cela ferait d’elle la jument entraînée en Europe qui a gagné le

plus de Grs1 au cours de sa carrière.

 

Goldikova meilleure que jamais

Il ne faut jamais user des superlatifs, mais quand Goldikova

est dans un très grand jour, il est difficile de ne pas utiliser des mots

forts. Elle le mérite et Freddy Head ne tarissait pas non plus d’éloges à son

sujet : « Elle est extraordinaire : elle a une belle action, elle est

magnifique. C'est l'athlète parfaite. Elle est humaine : il ne lui manque que

la parole ! Elle est mieux cette année que l'an dernier à pareille époque. La

course le prouve. Je pense simplement qu'elle a horreur du terrain lourd. Elle

est hors du commun. Le temps de l’épreuve est aussi exceptionnel [elle bat le

record de la course, ndlr]. Le temps de repos que nous lui avons accordé lui a

fait du bien. Cela faisait deux ans qu'elle courait à un haut niveau. » Tout au

long de sa carrière, Goldikova a été montée par Olivier Peslier, qui nous

racontait pour sa part : « Elle n’a rien perdu. Le rythme régulier, avec deux

leaders, et le bon terrain ont été parfaits pour elle. C’est sûr, 1.850m, c’est

un peu le bout du monde. On l’avait vu dans le "Diane" où, comme ici,

on avait monté offensif et où elle a été battue à la fin. Sinon, elle aurait

été deuxième. Quand elle accélère, on sent vraiment la différence. » On a pu

voir que Byword est revenu à la fin sur Goldikova. C’est normal, car ce dernier

était plus sur sa distance que Goldikova, meilleure sur le mile et qui a

tendance à se reprendre un peu. De plus, la partenaire d’Olivier Peslier a dû

attaquer de bonne heure dans la ligne droite, ce qui l’a contrainte à un effort

long et soutenu. Finalement, Goldikova est capable de tenir, comme également

d’adopter plusieurs tactiques, offensives ou non. Ses deux premières victoires,

à 2ans, avaient été obtenues de bout en bout. « Également, dans le "Moulin

de Longchamp" comme dans le "Diane", elle avait attaqué de loin,

rappelait Pierre-Yves Bureau. Au fil du temps, on a affiné un peu notre

tactique avec elle. » Également, Goldikova est maintenant adjointe de bons

leaders, qui donnent du rythme aux épreuves. C’est un avantage pour Goldikova

qui est une jument qui part vite et peut ainsi rapidement se positionner dans

leur sillage, comme ce fut le cas dans ce Prix d’Ispahan. D’autant plus que son

leader actuel, la ???JDG Rising Star ??Célèbrissime (Peintre Célèbre) est

gagnant de Listed. Il faut au moins cela pour emmener une championne comme

Goldikova.       

 

le record de la piste tombe

En s’imposant en 1’49’’40, Goldikova a fait descendre le

record des 1.850m Grande Piste de Longchamp. Auparavant, le meilleur chrono

enregistré sur ce parcours était de 1’50’’10 et appartenait à Royal Heroine,

lauréate du Prix de l’Opéra (Gr2 à l’époque), ancienne formule, en 1983.

Goldikova a donc mis 70 centièmes de moins, ce qui est assez phénoménal. Ce qui

a permis cela est l’action conjuguée des deux leaders, Célèbrissime et next

Vision (Rock of Gibraltar) – dévoué à la cause de Wiener Waltzer (Dynaformer)

–, la lice à zéro et le terrain mesuré comme bon. Comparés aux autres temps intermédiaires

mesurés dimanche, les sections où le chevaux sont allés le plus vite dans le

Prix d’Ispahan, dimanche, c'est la portion sise entre 1.000m et 600m de

l’arrivée, dans la descente droite. Ils ont mis 22’’90 dans

l’"Ispahan", contre 23’’30 dans le "Saint-Alary", par

exemple.

 

Goldikova a gardé ses manières

Les supporters de Goldikova ont pu être inquiets quand les

pousseurs ont voulu la rentrer dans sa stalle. On connaît les difficultés – un

temps quasiment disparues – que fait Goldikova pour entrer dans sa stalle. En

posture défensive, elle a même botté, dimanche. Il a fallu toute la délicatesse

d’une main de fer dans un gant de velours des pousseurs pour progressivement la

rapprocher, puis la faire entrer.

« On ne comprend vraiment pas, nous disait Régis, le garçon

de voyage de Freddy Head, sur le bord de piste après la course. Le matin, elle

rentre toute seule, sans aucun problème. Là, elle m’a fait peur, c’était comme

à Deauville l’été dernier » Chaque diva à ses traits de caractère. Finalement,

c’est plutôt bon signe de voir Goldikova comme cela et on pourrait s’inquiéter

du contraire. Cela signifierait peut-être qu’il y a quelque chose qui cloche.

 

 

l’hiver différent de Goldikova

À l’inverse de ses deux précédents hivers, Goldikova est

partie au haras de Saint-Léonard, appartenant aux frères Wertheimer. « Elle n’a

pas été montée de l’hiver, mais sortait tous les jours, nous racontait

Pierre-Yves Bureau. Nous mettons les chevaux à Saint-Léonard l’hiver si

l’entraîneur nous le demande. Freddy penchait pour cette idée, car cela faisait

deux ans qu’elle était chez lui. L’an dernier, nous avions eu Americain au      haras, avant qu’il ne gagne son Gr2, et

cet hiver Plumania, par exemple. Au haras, Goldikova a montré un peu de

caractère… C’est pour cela qu’il faut féliciter toute l’équipe, qui a fait un

superbe boulot. Également, aujourd’hui il ne faut pas oublier de féliciter le

travail fait par Célèbrissime et son jockey. »

 

Byword réalise une grande valeur Encore quasiment dernier dans

la fausse

ligne droite, Byword est revenu, en dedans. Gagnant mètre

après mètre, il a été le seul à pouvoir suivre Goldikova quand elle a accéléré.

Jusqu’au bout, il l’a attaquée, mais n’a jamais pu finalement lui prendre

l’avantage.

Il a sûrement laissé passer sa chance de pouvoir battre

Goldikova, mais réalise une grande valeur. Il laisse à 10 longueurs un cheval

double gagnant de Gr1, Wiener Walzer. « Je leur ai tourné autour ! »

s’exclamait Maxime Guyon de retour à la sortie des chevaux. Pour sa première

participation à un Gr1, son partenaire confirme sa victoire dans le Prix du

Muguet (Gr2) et devrait lui aussi, comme Goldikova, prendre la route de Royal

Ascot. En effet, Teddy Grimthorpe, racing manager de Khalid Abdullah, disait

après la course : « Le cheval s’est montré très courageux et a bien accéléré.

C’était son premier Gr1 et il laisse le troisième loin derrière lui, dans une

course où le record est battu. On ne peut pas être déçu d’être battu par

Goldikova. Nous n’étions pas inquiets concernant la distance, car il a le

pedigree pour tenir. Nous allons certainement préparer avec lui les Prince of

Wales’s Stakes, à Royal Ascot. »

 

Du côté des battus

Double lauréat de Gr1 en Allemagne, Wiener Walzer a été

laissé à plus de dix longueurs par Goldikova. À sa décharge il n’était pas sur

sa distance de prédilection, qui est plus proche de 2.400m, et n’était pas

vraiment affûté au rond. Plutôt satisfait, Jens Hirschberger nous disait après

la course : « Il a très bien couru. L'hiver a été très dur en Allemagne et il

n'a donc pas beaucoup travaillé. C'était une course de préparation pour les Prince

of Wales's Stakes (Gr1). » En revanche, même si elle était également hors

distance, Stacelita (Monsun), triple lauréate de Gr1, se place, elle, à plus de

seize longueurs de Goldikova. Elle faisait une rentrée à 4ans, un passage

difficile et devra être revue dans de meilleures conditions. À l’arrivée,

Jean-Claude Rouget, son entraîneur, estimait : « Ce n’était pas une course pour

elle. C’était une course de vrais milers. On verra bien la prochaine fois… »                           

 

Board meeting victime d’un problème

La représentante Wildenstein, Board meeting (Anabaa), ??JDG

Rising Star ?, faisait sa rentrée également dans ce Prix d’Ispahan. Elle était

très belle au rond et donnait l’impression d’avoir progressé physiquement entre

3 et 4ans. Mais, en course, elle a subitement rétrogradé dans la fausse ligne

droite, terminant son parcours sans ressource, dernière, loin. « Soit elle a

saigné, soit c’est une insolation, nous expliquait son entraîneur Elie

Lellouche. J’espère que c’est une insolation…Car là, elle a fait une

sous-valeur totale. » Les prochains jours devraient nous en apprendre plus sur

la défaillance de Board Meeting.

 

un propre frère né cette année

Que dire de plus sur le pedigree de Goldikova que nous avons

déjà eu l’occasion de développer maintes fois ? Parlons cette fois de son

croisement, anabaa sur une fille de Blushing Groom. Au total, cinq chevaux sont

nés avec ce croisement et quatre ont couru. Goldikova étant, bien sûr, la meilleure.

Glowing Beam, lauréat du Prix de Villebon (B) 2000 – devant anabaa Blue – avait

le même croisement, mais, ensuite, il n’a été vu que deux fois seulement en

piste, terminant huitième du Prix de Condé (Gr3), puis deuxième d’une

"E". ipek Yolu a, lui, gagné une course en Turquie et Secrets a

terminé pour sa part troisième en débutant dans le Prix de Chaillot avant de

gagner une course en Allemagne à 4ans. Le dernier cheval ayant le même

croisement n’est pas nommé et il s’agit….du propre frère de Goldikova, né en

2010. « Il est né le 23 février, nous expliquait Pierre-Yves Bureau. Il fait

partie de la dernière génération d’Anabaa [mort l’an dernier, ndlr]. Born Gold,

la mère de Goldikova, a 19ans. Elle n’a pas de yearling, mais a une 2ans par

Galileo. Cette année, elle est retournée à Galileo. »