Oui, special duty était bien la meilleure !

Autres informations / 04.05.2010

Oui, special duty était bien la meilleure !

 Dans la presse

anglaise, beaucoup d’entraîneurs qui présentaient des favorites dans les 1.000

Guinées se plaignent. Leurs pensionnaires se sont retrouvées contre le rail

extérieur, dans le wagon qui avançait moins vite, et n’ont pu, d’après eux,

faire l’arrivée [voir notamment la réaction de Mick Channon]. Special Duty

(Hennessy) avait certes l’avantage de partir avec le un à la corde, mais les

pouliches les plus proches d’elle étaient également les moins bonnes. De plus,

il était prémédité qu’elle reste le long de la corde, comme nous l’a raconté

Christiane HeadMaarek, mardi matin, à Chantilly, entre deux lots : « J’avais

dit à Stéphane de rester le long du rail. D’autant que le dénivelé est moins

important côté corde et, également, ce côté de la piste était moins usé. Seule

la gagnante des Dahlia Stakes, la course avant la nôtre, l’avait utilisé. »  La suite, on la connaît. En restant le long de

la corde, Special Duty s’est retrouvée dans le bon peloton – qui au

"papier" ne l’était pas. Les défaits invoquent donc l’excuse facile de

s’être retrouvés toujours en retrait. Or, aux courses, s’il y a bien une chose

à savoir, c’est qu’il ne faut pas trouver des excuses trop simples aux chevaux

battus. Et Special Duty a gagné dimanche, chez les commissaires, mais elle

aurait bien gagné sur la piste si Jacqueline Quest (Rock of Gibraltar) ne l’avait

pas gênée. Aux courses, le meilleur gagne, point.

Pour appuyer cette théorie, on peut regarder le passé des

"Guinées". Dans les dix dernières années, toutes les éditions chez

les pouliches se sont jouées en un seul peloton. Il était bien scindé dans un premier

temps en 2007 (Finsceal Beo) et en 2000 (Lahan), mais s’était rapidement

reformé. Chez les mâles, par deux fois la course a vu se former deux pelotons,

qui ne se sont jamais rejoints : en 2007, avec le succès de Cockney Rebel (Val

Royal) et en 2002 lors de la victoire de Rock of Gibraltar (Danehill). Avec le

recul, on s’aperçoit que les battus n’ont finalement que l’excuse d’avoir été

devancés par meilleur.

En effet, Cockney Rebel a ensuite confirmé en remportant les

Guinées d’Irlande (Gr1) et il faut rappeler que le peloton dans lequel il se

trouvait à Newmarket – côté corde – était à mi-course en retard. Tandis que

celui de Dutch Art (Medicean), troisième de cette édition des

"Guinées", côté extérieur, était en avance à mi-course. Et Dutch Art

n’a pas remporté de Gr1 suite à cette performance.

Concernant Rock of Gibraltar, il était lui dans le peloton

côté extérieur, qui était en avance à mi-course. Jusqu’au bout, il a résisté au

retour du favori Hawk Wing (Woodman), venu côté corde et considéré comme une

grosse "note" dans ces "Guinées". Pourtant, malgré les

excuses qui ont pu être trouvées à Hawk Wing, l’avenir montrera que c’était

bien Rock of Gibraltar le crack de cette génération. En remportant ensuite

quatre Grs1, ce dernier deviendra l’un des meilleurs milers de tous les temps,

tandis qu’Hawk Wing, qui fera pourtant une saison de plus, ne gagnera

"que" deux Grs1.

Donc, quoiqu’on en dise ou entende, Special Duty était bien

la meilleure dimanche et les battues n’ont pas d’excuse.                        

 

Mick Channon : « Cette course était une farce »

Dans le Daily Mail, Mick Channon n’y est pas allé par quatre

chemins pour qualifier les dernières 1.000 Guinées. Il présentait Music Show

(Noverre), sixième après s’être retrouvée dans le peloton extérieur (corde 15)

et expliquait : « Quand le peloton des "Guinées" se scinde en deux,

cette course devient une véritable farce. À cause de cela, on peut comprendre

pourquoi les gens préfèrent les courses d’obstacles. De tels déroulements de

course ne sont pas dérangeant que pour Mick Channon, mais plutôt pour les

courses de plat en général. »

Également, des entraîneurs situés dans le mauvais peloton se

sont plaints de l’arrosage durant la semaine. Selon eux, il aurait été

irrégulier et aurait créé un côté de piste plus rapide que l’autre.