Paul basquin : « acheter un 2ans à la breeze-up arqana, c’est se donner toutes les chances d’avoir un très bon cheval de course. »

Autres informations / 11.05.2010

Paul basquin : « acheter un 2ans à la breeze-up arqana, c’est se donner toutes les chances d’avoir un très bon cheval de course. »

SPÉCIAL VENTE ARQANA

 

 

 

Cette année, avec vingt-sept chevaux, le Haras du Saubouas

confirme son rang de premier consigner de la vente Breeze-up Arqana, qui aura

lieu samedi. Son animateur, Paul Basquin, a répondu aux questions de JDG.

 

Jour de Galop. – vous présentez cette année vingt-sept

chevaux. d’où viennent-ils ?

Paul Basquin. – La plupart d’entre eux sont issus des ventes

publiques Arqana août et octobre, Tattersalls et Goffs Irlande, Keeneland et

Baden- Baden. Ceux-ci ont été achetés dans le but précis d’être présentés à

cette Breeze-up de mai. Il ne s’agit donc en aucun cas de chevaux qui auraient

été retirés de ventes précédentes. Certains ont d’ailleurs été achetés à des

prix relativement élevés. La ligne directrice du Saubouas est avant tout de

sortir de bons chevaux de course.

 

Quelles sont les caractéristiques de votre lot ? Notre

sélection est à la fois composée de produits de jeunes étalons, comme Dubawi,

Shamardal, Motivator, Aussie Rules, Hurricane Run, etc., et d’étalons confirmés

comme Galileo, Elusive Quality, Green Tune, High Chaparral, Marju… Encore une

fois, que ce soit avec les jeunes sires ou avec les plus confirmés, notre choix

s’est orienté vers ceux qui étaient susceptibles de produire de bons chevaux de

course.

 

Quel est le profil type de l’acheteur d’un 2ans du Saubouas

?

Nous vendons une large gamme de chevaux, pour intéresser les

différents segments du marché. Tous nos 2ans ne sont pas dans la même zone de

prix, ce qui permettra à chacun de pouvoir trouver ce qui correspond à son

budget.

 

Les canters de vos chevaux sont disponibles en vidéo sur

votre site www.saubouas.com. et pour les acheteurs qui voudraient aller plus

loin ?

Cette année, la quasi totalité de nos chevaux ont passé une

visite d’achat approfondie comprenant des radios (boulets, genoux, jarrets),

ainsi qu’un "scope" que l’on peut voir en vidéo. Les radios et le

"scope" seront disponibles sur place, à la vente, sur CD-Rom. Ces

documents nous permettent d’apporter une totale transparence à nos acheteurs.

Je pense notamment à ceux qui visent une revente ou une exportation vers des

pays où ces critères sont examinés en détail, comme l’Asie ou les ÉtatsUnis.

 

Et pour ceux qui souhaiteraient faire eux-mêmes leurs radios

?

Les chevaux sont sur place depuis mardi. Donc si des

acheteurs souhaitent faire une visite d’achat eux-mêmes, nous sommes à leur

disposition. Je voudrais d’ailleurs dire à ce sujet que cette vente a juste un

tout petit défaut : celui de réunir les canters et la vente le même jour. De ce

fait, il est difficile de faire des bilans radios le jour-même. C’est pour cela

que nous les avons faits la semaine dernière.

 

Comment se passe la préparation des chevaux au Saubouas ?

Les chevaux sont arrivés au haras, où se passe toute la

préparation, au mois d’août et septembre, et quelques-uns en octobre. Ils ont

d’abord eu un mois de débourrage puis quinze jours de galop de chasse à la

piste. Ensuite, nous leur avons accordé un mois de break en novembre, où ils

ont retrouvé les herbages. Au début de l’hiver, ils ont regagné leur box et

attaqué la préparation proprement dite. Le jour de la vente, ils ont donc entre

cinq et six mois de travail. Un travail qui s’est fait dans la durée, dans le

calme, en respectant toutes les étapes de maturation du cheval.    

 

« Tous nos 2ans ne sont pas dans la même zone de prix, ce

qui permettra à chacun de pouvoir trouver ce qui correspond à son budget. »

 

Quel est leur stade de préparation, lorsque vous les

présentez aux ventes ?

Ils sont tout neufs, et n’ont jamais vu le gazon avant de

passer sur le ring. Notre volonté est que tous les chevaux soient dans un état

magnifique le jour de la vente, sans être relevés, pour qu’il y ait un gros

potentiel d’évolution après la vente. Nous livrons aux entraîneurs des chevaux

sélectionnés, pour qu’ils puissent les travailler dans les meilleures

conditions. Les acheteurs ne doivent d’ailleurs pas hésiter à venir nous voir

pour avoir plus d’informations sur les chevaux : sur leur comportement, leur

caractère et leur précocité…

 

Aucun de vos chevaux n’est éligible au Bonus Breeze-up.

Pourquoi ce choix ?

Effectivement, nous n’avons pas inscrit nos chevaux au

bonus, car nous le jugeons complètement inadapté à notre philosophie et à notre

manière de préparer les chevaux. En fait, le bonus présente deux grands

désavantages : d’une part, si un consigner veut inscrire un de ses chevaux, il est

obligé d’inscrire aussi tous les autres ; d’autre part, je constate que tous

les bonus sont gagnés dès le mois d’août… or rares sont les chevaux, si on veut

travailler de manière correcte, qui sont capables de courir très rapidement

après les ventes. Donc à quoi sert d’inscrire un cheval à un bonus si l’on

pense qu’il sera raflé avant l’heure ?

De manière plus générale, ce bonus est en contradiction avec

la logique de qualité. Il tire le marché et la préparation vers le bas. Dans

mon idée, on ne "gratte" pas les chevaux pour toucher une prime ;

notre but est de vendre de bons chevaux capables de courir un jour les bonnes

courses.

Cependant, ce bonus pourrait être intéressant pour des

chevaux naturellement précoces, mais c’est rare. Nous en avons peu dans notre

sélection. Mais, encore une fois, il n’était pas envisageable d’inscrire tous

nos chevaux.

 

Avec ou sans le bonus, le marché des 2ans clés en main est

en plein essor sur notre sol. Êtes-vous surpris par ce phénomène ?

Pas du tout ! Ces ventes sont en train de vraiment se

professionnaliser. Les statistiques parlent d’elles-mêmes. La Revue du Galop s’en

est récemment fait l’écho, en signalant qu’en France, au cours des trois

dernières années, un acheteur avait deux fois plus de chance d’acquérir un

cheval black type aux Breeze-up qu’aux ventes de yearlings. Tous nos chevaux

ont été capables de passer toutes les étapes de sélection : pedigree, modèle,

aptitude au travail et à la course, ce qui n’est pas une garantie si on achète

un yearling.

 

« Notre volonté est que tous les chevaux soient dans un état

magnifique le jour de la vente, sans être relevés, pour qu’il y ait un gros

potentiel d’évolution après la vente. »

 

Comment jugez-vous le catalogue de cette année ? Tout le

monde est d’accord pour dire qu’il a fortement évolué ces dernières années et

est aujourd’hui équivalent, en termes de pedigrees, à celui d’une vente de

yearlings du mois d’août et à la Craven Breeze-up de Tattersalls. Étant donné

qu’il s’agit de yearlings achetés sur les meilleures places européennes et

qu’ils ont suivi une préparation pointue, il est logique que ces chevaux soient

très intéressants pour les acheteurs et aient une belle réussite. Aujourd’hui,

acheter un 2ans à la Breeze-up Arqana du mois de mai, c’est se donner toutes

les chances d’avoir un très bon cheval de course.