Young tiger : le champion relève le "défi" bordelais

Autres informations / 29.05.2010

Young tiger : le champion relève le "défi" bordelais

RÉSULTATS

BORDEAUX-LE BOUSCAT, SAMEDI

 « La piste

bordelaise, les 1.900m, le bon terrain : ce n’est pas son sport ! C’était la

course la plus dure à gagner. » Le champion du Défi du Galop, Young Tiger

(Young Tiger), a su relever le "Défi" bordelais qui se dressait

devant lui, pour le plus grand plaisir de son entraîneur, François Rohaut.

Comme un vrai champion, il est capable de s’adapter à des contraintes de

parcours ou de terrain. En deux sorties à Bordeaux, son meilleur résultat avait

été sa deuxième place dans le Grand Prix bordelais édition 2009. Cette fois,

Young Tiger a brisé la glace sur cette piste particulière. Attentiste dans le

dos de Rento (Medaaly), Young Tiger a bénéficié d’un très bon parcours, peut

être même trop bon, puisqu’il s’est retrouvé en tête un peu tôt, à quatre cents

mètres du poteau. D’ordinaire dernier assaillant, il a montré une autre facette

de son talent, qu’on lui connaissait déjà : son courage. À cent mètres du

poteau, il est reparti sous les attaques, gagnant d’une courte encolure. Il a

d’ailleurs étonné son jockey, jeanbernard Eyquem : « Aujourd’hui, il m’a

surpris, le "vieux", en plaçant un gros changement de vitesse. Je

n’aime pas trop lui mettre de coup de cravache et ça me fait mal au cœur de lui

en mettre. Là, je lui en ai mis deux et il l’a fait sûrement. Il a un cœur

énorme et on ne trouve plus trop de superlatifs pour lui. » Malgré son âge

(9ans), Young Tiger a peu couru du fait de problèmes de jambes, qui ont

peut-être été un mal pour un bien, lui permettant de durer à un bon niveau.

Mais comme François Rohaut nous l’a répété : « Il est un ton au-dessus de ces

chevaux-là. C’est un vrai cheval de Groupe mais on n’a pas envie de le courir

dans ces courses car on a un beau programme dans le "Défi". »

 

Le Gran Premio de madrid, prochain objectif de Young Tiger

Young Tiger, c’est aussi un champion qui se partage entre

deux pays : la France, où il marque le Défi du Galop, et l’Espagne, pays de son

propriétaire, Javier Gispert, où il est invaincu en cinq sorties. On se

souvient d’ailleurs des mots du propriétaire hispanique : « Il a couru cinq

fois en Espagne et a gagné à chaque fois et c’est important pour moi. » Son «

amour de cheval » comme il l’appelle, avait signé un authentique triplé lors de

la réouverture de l’hippodrome de la Zarzuela en 2005. Une performance qui lui

avait valu le titre de cheval de l’année en Espagne. Cette fois, il s’apprête à

préparer la plus belle course du programme madrilène, comme nous l’a avoué son

entraîneur : « On va maintenant oublier le Défi du Galop pour courir le Grand

Prix de Madrid (A, 2.400m, 27/06). » Le public espagnol suit les performances

de Young Tiger avec attention et s’il réussit à remporter le Gran Premio, il

marquerait alors l’histoire des courses hispaniques. Seul petit défi qui se

dressera face à lui : l’état du terrain qui devrait être proche du léger, même

si la piste madrilène est toujours en bon état.

 

Young Tiger vers un doublé historique dans le Défi du Galop

Young Tiger est le tenant du titre du Défi du Galop. L’an

passé, il avait remporté quatre Listeds, toutes supports du "Défi" :

le Grand Prix de Lyon, la Copa de Oro (L) à San Sebastian, le Grand Prix de

Nantes et le Prix Max Sicard. Il avait ainsi décroché le bonus de 200.000€

promis au vainqueur. Mis à part son escapade madrilène, qui devrait lui faire rater

le Grand Prix de Lyon, ses autres courses devraient avoir pour cadre des étapes

du "Défi" et rien ne s’oppose à ce qu’il s’impose pour la deuxième

année consécutive dans ce challenge. Un exploit qui n’a jamais été tenté et

réalisé depuis la création du "Défi".

 

Xavier Thomas-Demeaulte : « Être deuxième de Young Tiger,

c’est comme une victoire »

Quatrième du Vase d’Argent (L) à Toulouse, macondo (Kendor)

a été remarquable. Le partenaire de robertocarlos Montenegro a produit un bon

effort en pleine piste, arrivant à la hauteur du futur vainqueur sans pour

autant lui prendre l’avantage. Il se classe néanmoins bon deuxième. « Être

deuxième de Young Tiger, c’est comme une victoire. Il réalise vraiment une

performance formidable. »

 

Troisième, Skins Game (Diktat) a tracé un parcours

prometteur sur 1.900m. Longtemps en dernière position, il semblait battu dans

le tournant final, étant monté aux bras par Ioritz Mendizabal. Mais dans la

ligne droite, il a suivi Macondo dans son effort, finissant plaisamment. « c’était

un test sur cette distance, nous a expliqué son pilote. Il a eu un très beau

passage et je pense qu’il aurait gagné sur plus long. »

 

Le neveu de Fabulous hostess

Élevé par le vicomte A. De Rose, Young Tiger est un cheval

qui vieillit bien, comme son père, Tiger hill (Danehill), double gagnant de Gr1

à 4ans. Sa mère, Youngolina (Trempolino), a remporté quatre courses dans le sudouest.

Elle compte neuf produits, dont trois gagnants, et Young Tiger est le seul avec

du caractère gras. La deuxième mère de Young Tiger, Young hostess (Arctic

Tern), provient de l’élevage "Wertheimer" et s’est classée deuxième

de Gr3. Elle est la mère de Fabulous hostess (Fabulous Dancer), triple gagnante

de Groupe et tout autant au niveau Listed. Young Hostess se retrouve également

comme aïeule dans les pedigrees de colony Band (Dixieland Band), gagnante de

Listed et candidate au Prix de Diane (Gr1), et de Dolma (Marchand de Sable),

triple gagnante de Listed.