Zagora, la belle des "marettes" s’envole vers le "diane

Autres informations / 02.05.2010

Zagora, la belle des "marettes" s’envole vers le "diane

LONGCHAMP, Dimanche

Prix Vanteaux (Gr3)

 

Depuis 1995, 75% des gagnantes du Prix des Marettes (F) sont

devenues black type. Cette épreuve pour inédites, disputée à Deauville, est une

course très importante dans le programme de sélection français et voir sa

lauréate 2009 s’imposer brillamment dans le Prix Vanteaux (Gr3) est un vrai

plaisir. La ???JdG Rising Star ??Zagora (Green Tune) a littéralement déposé ses

quatre adversaires ce dimanche à Longchamp. On ne l’avait encore jamais vue

avec une si belle action. Placée en deuxième position, elle est venue aux

avant-postes toute seule et, en changeant simplement son bâton de main,

Christophe Soumillon s’est envolé vers un très facile succès. « Je voulais

vraiment attendre le dernier moment pour venir car en dernier lieu, elle a eu

une course dure. Mais elle est venue devant alors que je tirais dessus ! En

deux foulées, elle a déposé les autres », a déclaré le pilote.

 

Sur le Prix de diane sans passer par le

"Saint-alary"

« Le Prix Saint-Alary se court trois semaines avant le Prix

de Diane cette année. Courir les deux n’est donc pas un bon plan pour moi. Nous

allons donc très certainement aller directement sur le "Diane" », a

expliqué Jean-Claude Rouget, entraîneur de Zagora. La pouliche a en effet gagné

son ticket pour le classique cantilien et, sur l’impression qu’elle a laissée

aujourd’hui face à un lot somme toute pas extrêmement relevé, son nouvel

entourage a le droit de rêver. Martin Schwartz, son propriétaire américain,

ainsi que Michel Zerolo, co-éleveur de la pouliche avec Éric Puerari et qui s’est

occupé de la transaction, étaient déjà à l’honneur l’an dernier dans le

"Diane" avec Stacelita (Monsun). Jean-Claude Rouget l’avait

d’ailleurs d’abord emmenée sur le Prix Saint-Alary qu’elle a brillamment

remporté, mais en 2009, il se disputait quatre semaines avant le grand

rendez-vous.

 

Un nouveau prospect classique pour martin Schwartz et michel

Zerolo

Celui qui s’est lui-même surnommé le pit bull dans un livre

dont il est l'auteur, a acheté, cette année encore, une pouliche de Groupe

capable de faire l’arrivée, voire de remporter un classique français. L’an

dernier, Martin Schwartz avait été sur le devant de la scène avec un achat

qu’il avait effectué l’année précédente, celui d’Elusive Wave (Elusive City –

gagnante de la Poule d’Essai des Pouliches), puis avec Stacelita, qu’il avait

acquise par l’intermédiaire de Michel Zerolo également, avant qu’elle ne

remporte le Prix de Diane. Cette année, il possède en Zagora une nouvelle

prétendante aux classiques. Les deux hommes font confiance à Jean-Claude Rouget,

l’entraîneur des trois pouliches, qu’il faut évidemment associer à cette

formidable réussite.        

 

l’entraînement d’Yves de nicolay

C’est à Deauville que Zagora était entraînée. Installée dans

les boxes d’Yves de Nicolay, elle a remporté pour lui les Prix des Marettes (F)

et de La Plaisanterie (B), s’est classée quatrième du Prix des Réservoirs (Gr3)

et deuxième du Prix La Camargo (L). Achetée par Martin Schwartz, la pouliche

est passée chez Jean-Claude Rouget avec lequel le propriétaire tra-

vaille. « On doit cette victoire à Yves de Nicolay car elle

est arrivée il y a douze jours chez moi et je n’ai rien fait de particulier

avec elle, a expliqué Jean-Claude Rouget. Aujourd’hui, elle m’a surtout plu

dans sa façon de faire, la manière qu’elle a eu de déployer ses foulées. Ça m’a

l’air très bien ! »

 

On a vu On Verra

Derrière la gagnante, On Verra (Smart Strike), deuxième du

Prix Marcel Boussac (Gr1), a rassuré tout le monde en prenant la deuxième

place. Et celle que l’on avait vue à 2ans a repris ses galons. Pour elle, ce

sera soit le Prix SaintAlary, soit le Prix de Diane. Avec sa guêtre habituelle

au postérieur droit, la pouliche est apparue au rond de présentation un peu

plus éclatée que lors de sa rentrée dans le Prix Finlande (L – 5e). Visiblement,

sa course de rentrée lui a fait du bien. Placée en position d’attente, On Verra

a fourni une bonne fin de course pour devancer l’animatrice de l’épreuve, Gold

Harvest (Kaldounévées – 3e). Son entraîneur, François Doumen, nous a déclaré :

« Elle montre ce que l’on aurait voulu voir en dernier lieu. Aujourd’hui, cela

s’est joué sur un sprint et elle devance celles qui la précédaient durant le

parcours, excepté Zagora. Pour le Prix de Diane, je ne sais pas encore, mais la

distance plus longue sera un atout, ainsi que le nombre de partantes, et le

rythme soutenu des courses comme celles-ci. Mais je ne l’ai pas encore comme

j’aimerais l’avoir, elle n’a pas un très beau poil, mais elle a pris de la

force, c’est certain. »        

 

la famille de Titus livius

Élevée par Éric Puerari et Oceanic Bloodstock (Michel

Zerolo), Zagora provient des ventes Arqana d’août 2008, où elle a été acquise

95.000€ par Suprina. Sa mère, Zaneton (Mtoto), qui n’a pas couru, a donné deux

produits avant Zagora. Elle est la génitrice de Party lover (Tobougg),

entraînée par Myriam Bollack-Badel, et qui a succédé à West Wind

(Machiavellian) au palmarès du Prix de La Chapelle-en-Serval (B).

La deuxième mère, Party Zane, s’est placée de Listed sur le

sprint.

La troisième mère, Party doll (Be my Guest) est triple

gagnante de Listed et s’est placée au niveau Gr3. Party Doll a donné au haras

trois chevaux black type, dont l’étalon Titus livius (Machiavellian).

Quelques jours après la victoire de Zagora à Deauville, sa

sœur par Enrique a été achetée aux ventes Arqana par Alain Decrion pour

140.000€.

Le père de Zagora, Green Tune, étalon au Haras d’Etreham,

réussit bien dans ces épreuves pour débutants de Deauville. En 2008, avec son

fils fuissé – futur deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1) –, il enlevait le

Prix de Crèvecœur (F), pendant des "Marettes".