Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Coronation stakes (gr1) – royal ascot : cocoricollet !

Autres informations / 18.06.2010

Coronation stakes (gr1) – royal ascot : cocoricollet !

On

l’attendait depuis le début de la semaine et la première victoire française est

enfin arrivée, à l’issue des Coronation Stakes (Gr1). Plus qu’une victoire

c’est même un triomphe puisque les deux pouliches françaises engagées ont pris

les deux premières places. Immortal Verse (Pivotal) a survolé l’opposition,

offrant une deuxième victoire à Robert Collet lors du meeting de Royal Ascot,

vingt-cinq ans après Last Tycoon (Try My Best) dans les King’s Stand Stakes

(Gr1). Nova Hawk (Hawk Wing), la pensionnaire de Rodolphe Collet, le fils, a

pris une très belle deuxième place, en se frayant un chemin au milieu de ses

adversaires. Le père (Robert) devance donc le fils (Rodolphe), mais le plaisir

reste intact pour les deux hommes, même si Robert Collet aurait préféré voir

son fils gagner. « J’ai toujours dit qu’Immortal Verse était la meilleure

pouliche française sur le mile. Aujourd’hui elle prouve qu’elle est même la

meilleure d’Europe. Mon plaisir est aussi grand que ma déception lors des

«Guinées» quand elle a été non-partante derrière les stalles de départ, puis

dans la Poule d’Essai, quand la pouliche n’a pas fait sa course. J’aurais aussi

préféré que mon fils Rodolphe me batte aujourd’hui, mais ça reste un moment de

joie immense. » Après une année de 2ans gâchée par une déchirure musculaire à

l’occasion du Prix d’Aumale (Gr3), Immortal Verse refait parler sa classe,

celle qu’on avait déjà vue lors de ses débuts dans le Prix d’Omméel (B), à

Deauville, et celle qu’on avait revue il y a à peine plus de dix jours dans le

Prix de Sandringham  (Gr2). Immortal

Verse est une championne, elle récompense des mois d’efforts de son entraîneur,

qui a su déceler son talent et l’amener jusqu’au plus haut niveau des courses

internationales. On regrette maintenant que Golden Lilac (Galileo) ait été

rallongée sur 2.100m, car l’Immortal Verse d’aujourd’hui lui aurait sans doute

donné du fil à retordre...

LES

RAISONS DES ECHECS D’IMMORTAL VERSE

Lorsqu’Immortal

Verse a débuté à Deauville l’année dernière, elle a effectué une démonstration

dans une course B, face à des pouliches qui connaissaient déjà la compétition.

Elle n’était pas prévue au départ de cette épreuve, mais les intempéries

deauvillaises avaient déplacées des maidens sur la PSF, ce que ne voulait

surtout pas Robert Collet. « Je savais que ma pouliche avait énormément de

qualité avant ses débuts et je ne voulais pas qu’elle découvre la compétition

sur le sable. On a alors eu le droit de courir cette «B» et elle a causé forte

impression ce jour-là. Ensuite elle a couru un Gr3 et s’est faite une déchirure

à un postérieur pendant la course, elle avait fini deuxième à cinq longueurs de

la gagnante, ce qui ne reflétait pas sa vraie valeur. On a alors longtemps

attendu et je savais que c’était une pouliche classique. Malheureusement le

temps jouait en notre défaveur et quand elle a effectué sa rentrée, elle était

encore «rouillée». Dans les «Guinées», elle a pris peur dans sa stalle à cause

du vent, elle a mis des coups de pieds dans les portes et on a été contraint

d’être non partant puis, dans la Poule d’Essai, il n’y a pas eu de train et il

était impossible de revenir. Mais j’ai toujours dit qu’elle sortait de

l’ordinaire, c’est la meilleure pouliche que j’ai entraîné et ça ne pouvait pas

toujours mal se passer. Elle a une pointe de vitesse exceptionnelle. » Depuis,

Immortal Verse a réalisé une démonstration dans le Prix de Sandringham, avant

son sacre ici, à Royal Ascot.

VERS UN

DUEL AVEC GOLDIKOVA

Désormais

Immortal Verse va suivre le programme deauvillais sur le mile, sa distance de

prédilection. « Elle ne peut pas être rallongée, au contraire de Glorious

Sight. Immortal Verse est faite pour le mile et on va se diriger vers le Prix

d’Astarté (Gr1, Prix Rothschild, ndlr). » Mais dans cette course, il y a déjà

une championne qui s’y prépare. Il s’agit évidemment de la reine Goldikova

(Anabaa), qui a remporté les trois dernières éditions de cette épreuve. Le duel

s’annonce déjà palpitant et on saura alors si la génération des pouliches de

3ans, sur le mile, est un très bon crû.

NOVA

HAWK TOMBE SUR UNE CHAMPIONNE

« S’il

fallait être battu aujourd’hui, autant que ce soit par mon père, nous a confié

Rodolphe Collet. La pouliche a fait sa course, c’est super, mais je crois que

1.600m, c’est finalement un peu le bout du monde. Je suis heureux pour deux

raisons aujourd’hui, mon père m’a battu et c’est plus facile à accepter quand

c’est votre famille qui vous devance. Tout le monde est heureux et, à mes yeux,

Ascot est un merveilleux endroit pour ce type d’émotion. L’année dernière quand

je suis venu pour la première fois avec Sahpresa, la jument était malade et

elle n’avait pu défendre ses chances. Je voulais revenir ici... » Rares sont

les entraîneurs heureux après une défaite, mais la joie était palpable dans le

clan de Nova Hawk, tant pour Rodolphe Collet que pour ses propriétaires. Nova

Hawk est battue par meilleure aujourd’hui, peut-être même par la meilleure

pouliche de 3ans sur le mile. Les deux «Collet» on réalisé, à peu de choses

près, la même course, en attendant tranquillement en queue de peloton que

les choses se lancent. Gérald Mossé et Immortal Verse ont choisi de venir à

l’extérieur, tandis que Stéphane Pasquier est venu prononcer son effort au

milieu des autres. Immortal Verse a placé une phénoménale pointe de vitesse et Nova

Hawk a dominé courageusement le reste de ses rivales. Chapeau bas aux «Collet»,

père et fils, de nousavoir offert un doublé historique, une victoire familiale

qui, sans aucun doute, restera à jamais gravé dans leur mémoire mais également

dans les nôtres.

OU L’ON

REPARLE DE SADLER’S WELLS

Immortal

Verse et Nova Hawk ont un point commun, celui d’être nées de filles du chef de

race Sadler’s wells. C’est donc aussi un doublé pour l’étalon que tous les

éleveurs au monde regrettent déjà. Elles étaient les deux seules pouliches

ayant pour grand-père maternel Sadler’s Wells et cela a forcément eu une

incidence sur leur classement ici à Ascot.

BAREFOOT

LADY COMPLETE LE PODIUM

Si

Barefoot Lady (Footstepsinthesand) a pris la troisième place de cette épreuve à

la cote de 16/1 c’est tout sauf une surprise. La pouliche de Richard Fahey

s’est montrée très lutteuse et a fini seulement à une demi-longueur de Nova

Hawk. Barefoot Lady représentait d’ailleurs la ligne de Nova Hawk puisqu’elle

avait fini à une tête de cette dernière dans les 1.000 Guinées (Gr1). « Elle

est très courageuse, a dit son entraîneur, elle était la première battue dans

la ligne droite, mais elle n’a jamais rien lâché pour finir. » Elle devance

finalement à la lutte I Love Me (Cape Cross) et Together (Galileo), la grande

favorite de l’épreuve.

UN PARI

TROP DIFFICILE POUR MORE THAN REAL

More

Than Real (More Than Ready) était l’une des attractions des Coronation Stakes.

La pouliche américaine entraînée par Todd Pletcher, effectuait une rentrée

après son sacre à 2ans dans le Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1) et

elle découvrait l’Europe. Elle n’a pas apprécié le parcours nivelé d’Ascot, ni

le terrain devenu très souple et n’a pu jouer aucun rôle pour finir. Très

sportivement, son entraîneur a expliqué les raisons de cet échec. « Quand la

course est partie tout allait pour le mieux et il se passait exactement ce

qu’on espérait, mais quand la course a accéléré, elle n’a pas pu changer de

vitesse dans ce terrain. On va la ramener à la maison et lui trouver des

courses qui lui conviennent à Saratoga. » La pouliche américaine était montée

par Olivier Peslier, qui a confirmé les propos de Todd Pletcher : « Elle est

bien partie et on a eu un bon parcours, mais elle a pioché dans ce terrain

quand la course s’est véritablement lancée. »