Seulement dix restantes dans le "diane

Autres informations / 09.06.2010

Seulement dix restantes dans le "diane

À l’inverse du "Jockey Club" la semaine dernière,

le Prix de Diane (Gr1) n’a pas attiré les foules. À l’issue du deuxième forfait

de mercredi matin, elles ne sont plus que dix sur les rangs. La veille, il

restait treize engagées, mais Galaxidi (High Chaparral), Dariyana (Medicean) et

Pink Symphony (Montjeu) ont disparu de la liste. Sachant que plusieurs

candidatures sont encore incertaines, même avec la supplémentation attendue de

Sandbar (Oasis Dream) jeudi matin, elles seront très peu dans ce classique

cantilien.

 

Rosanara, seule pouliche de la Poule d’Essai sur les rangs

Quatrième malheureuse de la Poule d’Essai des Pouliches

(Gr1), la ???jDG Rising Star ??Rosanara (Sinndar) est la seule de cette course

à figurer encore sur les rangs du Prix de Diane (Gr1). Les autres pouliches de

la Poule d’Essai s’étaient pour certaines donné rendez-vous dimanche dernier

dans le Prix de Sandringham (Gr2), survolé par joanna (High Chaparral). Special

Duty (Hennessy), lauréate de la "Poule", est elle programmée pour

courir les Falmouth Stakes (Gr1) et sa dauphine, Baïne (Country Réel), un temps

attendue au départ du Prix de Diane, ne pourra y prendre part, car elle s'est

blessée.

 

FRANÇOIS DOUMEN ARRÊTE L'OBSTACLE

Mercredi soir, François Doumen nous a confirmé qu'il avait

décidé d’arrêter d’entraîner en obstacle afin de se consacrer exclusivement au

plat. L'ensemble de son effectif de chevaux d’obstacle devrait être placé chez

son fils, Thierry. Nous reviendrons plus largement sur cette information dans

une prochaine édition.

 

Aucune étrangère au départ

À l’issue du premier forfait, il ne restait qu’une

concurrente étrangère, Pink Symphony, entraînée par Paul Cole. Celle-ci ne

figure plus dans la liste, laissant finalement les Françaises entre elles. C’est

assez logique finalement, car avec la victoire de Special Duty dans les

"Guinées" anglaises (Gr1) et la deuxième place de l’ex-Française Anna

Salai (Dubawi) dans les "Guinées" du Curragh (Gr1), les britanniques

se sont rendu compte que leur génération de femelles était inférieure à la

nôtre. Il faut remonter à 1998 et au Prix de Diane de Zainta (Kahyasi) pour ne

trouver aucune concurrente étrangère au départ du Prix de Diane.

 

Peu de partantes : c’est déjà arrivé !

Certaines éditions du Prix de Diane ont été pauvres en

quantité, mais pas en qualité. En 2005, elles n’étaient que neuf contre Divine

Proportions (Kingmambo), et en 1994, seulement huit contre East of the Moon

(Private Account). Également, en 1987, lorsque Indian Skimmer (Storm Bird) a

battu Miesque (Nureyev) dans le Prix de Diane, il n’y avait que onze partantes.

Aux courses, il n’y a pas de règles et quantité ne rime pas avec qualité.