Tanaïs du chenet, meilleure pouliche de 3ans cette année

Autres informations / 24.06.2010

Tanaïs du chenet, meilleure pouliche de 3ans cette année

AUTEUIL, Jeudi Prix Sagan (L)

La ??JDG?Jumping Star ??Tanaïs du Chenet (Poliglote) a

triomphé dans le Prix Sagan (L) et s’installe comme la meilleure pouliche de

3ans cette année. Propre sœur du meilleur 4ans en steeple-chase, la ??JDG

Jumping Star ??Saint du Chenet – sacré dans le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) –

Tanaïs du Chenet fait aujourd'hui mieux que son frère, qui n'avait débuté en

obstacle qu’à l’automne de ses 3ans, sans pouvoir s’imposer. D’un modèle

important, Tanaïs du Chenet a encore une belle marge de progression et, comme

l'a déclaré son jockey, Régis Schmidlin : « C'est une petite crack pour

l'automne ». Pour sa deuxième sortie seulement, la protégée de Marcel Rolland a

disposé assez nettement des meilleurs éléments de sa génération. « Ma seule

crainte, c’était son manque de métier, nous a expliqué son mentor. Ça ne se

déroulait pas bien en début de parcours, elle était un peu sur la main, ça

n’avançait pas et toutes les pouliches étaient éparpillées. Mais elle s’est

finalement bien détendue et a bien gagné. » La représentante de Magalen Bryant

a filé les animatrices puis est venue par le chemin de l’extérieur pour asseoir

sa supériorité devant sa compagne de couleurs Las ventas (Poliglote) et

Katkovana (Westerner). Tanaïs du Chenet dispose d’un grand potentiel. « Elle

était un peu gênée par ses ovaires et peut-être encore aujourd’hui, nous a

confié David Powell, le manager de l’écurie. Du coup, à l’automne, hors saison

de monte, elle sera beaucoup mieux et encore plus à 4ans sur le steeple-chase.

»                 

 

Une histoire de doublé

Si la course a été marquée par le doublé des représentantes

de Magalen Bryant, Tanaïs du Chenet et Las Ventas, ces deux 3ans sont aussi

toutes les deux nées du même étalon, Poliglote (Sadler’s Wells). Avec Saint du

Chenet en fer de lance pour le steeple-chase, Young Poli et ces deux pouliches

sur les balais, la réussite de Poliglote est totale.

 

Las ventas, meilleure que sa mère

Las Ventas n’a pas déçu son entourage en se classant

deuxième du Prix Sagan. En constante progression depuis ses débuts, elle ne

s’est jamais classée plus loin que troisième en quatre tentatives à Auteuil. «

Elle court très bien, mais je pense que la gagnante est une championne. Elle se

fait course après course et ça sera certainement beaucoup mieux à l’automne. »

Née de la bonne vie de Reine (Mansonnien), Las Ventas est meilleure que sa mère

selon son entourage, comme nous l’a confié David Powell.

« Guillaume Macaire m’a dit qu’il pensait que sa mère

n’aurait pas été capable de faire ça au même âge. C’est de bon augure pour la

suite. »

 

Tchela, la poule aux œufs d’or

Élevée par Marie-Laure Besnouin, Tanaïs du Chenet est la

fille d’une des meilleures poulinières d’obstacle, Tchela (Le Nain Jaune), qui

a couru vingt-huit fois sans gagner, prenant cependant deux places de Groupe

sur les gros obstacles. Tchela s’est rattrapée au haras puisqu’elle a donné

seize produits dont : Ma Royale, deuxième du "Grand Steeple" au terme

d’une remarquable fin de course, mais aussi deuxième du Prix Alain du Breil

(Gr1) et gagnante du Prix Ingré (Gr3) ; Saint du Chenet, vainqueur des Prix

Fleuret (Gr3) et Jean Stern (Gr2) ; Galant Moss (Tip Moss), deuxième du Prix

Renaud du Vivier (Gr1) et troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil

(Gr1) ; Jocelin (Épervier Bleu), deuxième du Grand Steeple-Chase de Deauville

(L) ; et enfin Orthence (Épervier Bleu), deuxième du Prix Wild Monarch (L).

Depuis Tanaïs du Chenet, sa mère Tchela a eu deux produits : Union du Chenet

(Kahyasi), un 2ans, et viva Tchela (Astarabad), un yearling.