Workforce sort de l’ombre et laisse ses adversaires dans le brouillard

Autres informations / 05.06.2010

Workforce sort de l’ombre et laisse ses adversaires dans le brouillard

L’ÉVÉNEMENT      

EPSOM (GB), Samedi

Samedi, le Derby d'Epsom (Gr1) est revenu à Workforce

(King's Best) qui a laissé son plus proche adversaire à sept longueurs. Monté

par Ryan Moore, il a offert à son jockey un doublé dans les Oaks et le Derby

anglais, et ce, seulement à sa troisième sortie publique. Malgré son peu

d'expérience, Workforce avait été mis plus d'une fois en exergue ces derniers

jours dans ce petit lot de douze partants. Car ce pensionnaire de Sir Michael

Stoute avait tout de même terminé deuxième des Dante Stakes (Gr2), l'une des

meilleures préparatoires au classique anglais

Le Derby d’Epsom (Gr1) a joué pleinement son rôle. Il a

permis de "sortir" le meilleur poulain de 3ans britannique, Workforce

(King’s Best), alors que le flou régnait sur la génération des 3ans

outre-Manche. L’ascension du pensionnaire de Sir Michael Stoute était néanmoins

prévisible puisqu’il venait de finir deuxième dans les Dante Stakes (Gr2), mais

il n’avait que deux sorties au compteur. Un manque d’expérience qui pouvait lui

être préjudiciable, d’autant qu’il fallait remonter à 1996 avec Shaamit (Mtoto)

pour trouver trace d’un poulain n’ayant couru que deux fois avant son succès

dans le Derby. Mais il n’en a rien été. Le poulain de Khalid Abdullah a fait

forte impression en s’imposant de sept longueurs, un écart à comparer avec les

dix longueurs de Shergar (Great Nephew), vainqueur du Derby en 1981, également

sous l’entraînement "Stoute". « Il était vraiment très bon,

aujourd’hui, a déclaré Sir Michael Stoute. Il a un très bon tempérament et je

suis heureux de cette victoire pour le prince [Khalid Abdullah] et Ryan [Moore]

qui a toujours eu confiance en ce poulain. Nous avions été gentils avec lui en

début de carrière et les meilleurs à chacune de ses sorties. La statistique

selon laquelle les chevaux qui ont couru les Dante Stakes n’ont pas répété ici

ne m’inquiétait pas plus que cela. Les choses n’ont pas été forcément dans le

sens de mon poulain parce que je voulais lui donner deux courses bien

auparavant. Il n’y avait aucune pression pour qu’il coure ce samedi à Epsom. Je

pensais qu’il aurait une véritable chance. Les

"Dante" ne se sont pas courus comme je l’aurais

souhaité. Mais aujourd’hui, il était vraiment très bon, n’est ce pas ? »

Attentiste parmi les derniers, aux côtés de Rewilding (Tiger Hill), Workforce a

plongé à la corde à six cents mètres du poteau et s’est lancé à la poursuite du

leader at First Sight (Galileo). Il l’a dépassé à trois cents mètres du disque

avant de filer au poteau, ne faisant que prendre du champ sur ses rivaux.

 

Le cinquième derby de Sir michael Stoute

On colle souvent une étiquette à un entraîneur dès lors

qu’il a une réussite importante avec une catégorie de chevaux. Sir Michael

Stoute compte par exemple des succès de prestige avec les chevaux d’âge. Il

sait en effet faire vieillir ses pensionnaires, ce qui laisse à penser que

Workforce a encore une marge de progression. Mais Sir Michael Stoute est aussi

habile avec la jeune promotion. Ce samedi, il a enlevé son cinquième Derby

d’Epsom après les victoires de Shergar (1981), Shahrastani (1986), Kris Kin

(2003) et north Light (2004).

C’est en revanche la troisième fois que le prince Khalid

Abdullah enlève ce Derby d’Epsom après les succès de Quest for Fame (1990) et

Commander in Chief (1993). Il a déclaré : « Comme tout le monde, je suis

heureux. C’est une très bonne chose, même si j’ai déjà gagné le Derby

auparavant. C’est un magnifique poulain. Nous l’avons vu aujourd’hui. »                      

 

Le doublé "Oaks-derby" pour Ryan moore

Ryan Moore a signé sa première victoire classique dans les

Oaks d’Epsom (Gr1) ce vendredi, en selle sur Snow Fairy (Intikhab). Samedi, il

a remporté le Derby, le plus important des classiques, avec Workforce. Depuis

2004 et le doublé de Kieren Fallon avec north

Light (Danehill) et Ouija Board (Cape Cross) dans ces mêmes

épreuves, plus aucun jockey n’avait réussi pareil exploit. « Pour moi, le Derby

est la course la plus importante, a confié Ryan Moore. C’est un jour spécial et

je vais faire une grande fête avec ma famille, mes amis et mes collègues.

Workforce a eu un bon parcours sans à coups et tout s’est ouvert. Mais j’ai

préféré prendre mon temps durant le parcours. Il a produit une superbe

accélération. C’est une grande performance. C’est un grand cheval et le terrain

rapide ne lui convient pas spécialement. Mais j’espère que le meilleur est à

venir. Je m’attendais à ce qu'il coure bien mais j’étais inquiet à cause du

terrain. » Double Cravache d’or en Angleterre, Ryan Moore va maintenant tenter

de s’imposer dimanche dans le Prix du Jockey Club (Gr1) avec ice Blue (Dansili)

et imiter Lanfranco Dettori, vainqueur en 2007 du Derby avec authorized

(Montjeu) et du french derby avec Lawman (Invincible Spirit).

 

Un deuxième qui laisse des doutes

Le verdict de ce Derby d’Epsom 2010 peut laisser quelques

doutes sur la qualité du lot qui a terminé derrière Workforce. Deuxième à

100/1, At First Sight était censé jouer le rôle de "leader". Un rôle

dont il s’est acquitté tout en menant avec plusieurs longueurs d’avance. Mais,

à cinq cents mètres du poteau, il était encore en tête et a longtemps fait

illusion. Même Rewilding ou Jan Vermeer (Montjeu) n’ont pu le "refaire"

pour finir. Certes, il venait de prendre la troisième place du Derby Trial

Stakes (Gr3), une excellente préparatoire, mais il ne paraissait pas disposer

d’une première chance, surtout en menant à un bon rythme. Aidan O’Brien, son

entraîneur, a simplement déclaré au sujet du dauphin de Workforce : « At First

Sight a très bien tenu jusqu’au bout. »

 

Trois partants dans les cinq premiers pour aidan O’Brien

Aidan O’Brien avait trois partants dans ce Derby : At First

Sight, qui termine deuxième, mais aussi Jan Vermeer, quatrième et middas Touch

(Galileo), cinquième. « Vous ne pouvez qu’être heureux avec une telle

performance, a déclaré l’entraîneur de Ballydoyle. Je suis vraiment satisfait.

» Pourtant, celui que l’on attendait le plus dans ce Derby, Jan Vermeer, n’a pas

eu le comportement que l’on attendait. Il a eu un très bon parcours mais il est

resté dans son action. « Mon cheval ne m’a pas laissé une grande impression,

aujourd’hui », a avoué Johnny Murtagh. À sa décharge, Jan Vermeer n’avait pas

eu une "vraie course" dans les Gallinule Stakes (Gr3), n’ayant jamais

besoin de s’employer dans la phase finale. Et surtout, il a perdu deux fers

durant la course.

 

Lanfranco dettori : « Je vois bien Rewilding devenir un

cheval pour le St Leger »

Longtemps parmi les derniers, avec Workforce, Rewilding a

marqué Jan Vermeer durant le parcours. Dans la ligne droite, il l’a suivi dans

son effort et il a été chercher au courage la troisième place, regagnant de

nombreux rangs. « Il tient très bien et je le vois bien devenir un cheval pour

le St Leger (Gr1) », a expliqué Lanfranco Dettori, son jockey. Son entraîneur,

Mahmood Al Zarooni, a donc réussi une belle performance en terminant troisième

pour sa première participation au grand classique anglais.

 

Des enseignements pour le "Jockey Club"

Le verdict du Derby d’Epsom a conforté les lignes de deux

poulains au départ du Prix du Jockey Club (Gr1) dimanche : Cape Blanco

(Galileo) et la ???jdg Rising Star ? Planteur (Danehill Dancer). Cape Blanco a

en effet dominé le lauréat du Derby d’Epsom, Workforce, de plus de trois

longueurs dans les Dante Stakes. Planteur a, lui, battu d’une longueur et demie

Rewilding dans le Prix Noailles (Gr2), lequel a conclu troisième samedi.

Workforce et Cape Blanco ont donc conforté les chances de deux des favoris du

Derby cantilien.

 

Un grand succès pour King’s Best

Père de Workforce, King’s Best (Kingmambo) produit ainsi son

premier gagnant de Derby. Vainqueur des 2.000 Guinées (Gr1) en 2000, King’s

Best est étalon au Haras du Logis où il fait la monte à 15.000€. Il est le

frère d’Urban Sea (Miswaki), lauréate du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) 1993

et surtout formidable poulinière, mère notamment de Sea The Stars (Cape Cross)

et Galileo (Sadler’s Wells).