Fasig tipton les yearlings américains démarrent du bon pied

Autres informations / 14.07.2010

Fasig tipton les yearlings américains démarrent du bon pied

Le premier jour de la vente de juillet de Fasig-Tipton

à Lexington, au Kentucky, est toujours très attendu. Cette vacation scelle

l'ouverture du marché 2010 des yearlings, et en ce sens, elles indiquent la "température"

du marché. Le monde international du pur-sang avait son attention fixée sur

Lexington car nul n'ignore les effets récessifs de la crise économique sur les

courses et l'élevage américains. Le marché était hésitant l'an dernier, et l'on

s'interrogeait sur la tendance de cette première vacation.

DES CHIFFRES EN PROGRESSION

Au fur et à mesure des enchères, les observateurs

n'ont pas caché leur grand soulagement : tous les indicateurs sont revenus au

vert. La moyenne et la médiane affichent toutes deux la même progression, 11%,

alors que les poulains se vendaient dans la même proportion que l'an dernier,

soit 63%. Le yearling le plus cher, un fils de Medaglia d'Oro, acheté par le

Cheikh Mohamed, a fait afficher un prix de 450.000$, contre 400.000$ en 2009.

Or il s'agissait déjà l'an dernier d'un fils de Medaglia d'Oro, acquis par le

même propriétaire de Dubaï. C'est pour cela que la comparaison de tous les

paramètres quantitatifs, pour cette première journée de vente, indique que le

marché s'est rétabli dans le positif, ce qui laisse augurer une atmosphère

favorable pour les grandes ventes d'août : Fasig-Tipton Saratoga aux USA et

Arqana Deauville. Réconfortant aussi le fait que le leader de Dubaï ait acheté

trois poulains pour un total de 820.000$, étant de loin le premier acheteur du

jour. De ce fait, les suspicions quant à l'engagement de Darley dans le

pur-sang ne sont plus d'actualité, et c'est une bonne nouvelle pour l'élevage

mondial.

UN YEARLING

ATTRACTIF

On se doutait que

le #159 ferait le top. D'une part, c'est un fils de Medaglia d'Oro, le père de

Rachel Alexandra, qui confirme, de par ses nombreux gagnants cette année, être

l'étalon en vogue. D'autre part, ce yearling est le frère de Principle Secret

(Sea of Secrets), victorieux cette année des Best Pal Stakes (Gr2), à Del Mar.

C'est Dick O'Gorman qui a signé l'achat, car le conseiller de Cheikh Mohamed,

John Ferguson, a dû prendre un avion

au début de la vente. Son assistant,

Joe Osborne, expliqua plus tard que John Ferguson avait vu plusieurs fois le

poulain au haras, et qu'il était pour lui de loin   le meilleur sujet de ce premier jour, se déplaçant fort bien comme ne manqua

pas de le souligner Meg Levy (Bluewater Sales) – figurant parmi les

meilleurs consigners américains –,

qui a présenté le poulain pour le compte de Southern Equine (Mike Moreno), l'éleveur. Et quand les observateurs se

sont demandés pourquoi Moreno ne l'avait

pas gardé, lui qui avait annoncé à ses débuts qu'il courrait sa production, Meg

Levy a rappelé que les temps ont changé, que les factures devaient êtres

réglées, et qu'aujourd'hui il y avait un nombre important de vendeurs, y

compris ceux qui ne l'avaient pas prévu !

UNE TENDANCE NOUVELLE

Cette dernière remarque est à rapprocher d'un autre constat qu'a

résumé le président de Fasig-Tipton, Boyd Browning : parmi les produits des

nouveaux étalons de première production, seuls se sont vendus à un prix conséquent les yearlings issus d'étalons

du haut du marché (Street Sense, Hard Spun, Any Given Saturday, Discreet Cat) ; alors qu'à l'inverse, les produits

d'étalons de première année moins chers que ceux mentionnés ont fait des prix

vraiment bas, voire ont été retirés malgré des réserves faibles. Cette tendance, qui

demande à être vérifiée durant le deuxième jour et à Saratoga dans trois

semaines, suggère que le marché se tourne vers les yearlings qui présentent des

"garanties". En ce sens, quitte à acheter des produits de jeunes

étalons, autant "taper" dans ceux qui sont les plus estimés (donc les

plus chers), comme si le marché se tournait vers les valeurs confirmées et non

vers l'aventure à bas prix.