Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Longchamp – mercredi 14 juillet

Autres informations / 13.07.2010

Longchamp – mercredi 14 juillet

LE JUDDMONTE GRAND PRIX DE PARIS EN NEUF QUESTIONS

À la veille du Juddmonte Grand

Prix de Paris (Gr1), Jour de Galop vous propose une analyse de la course à

travers neuf questions (comme neuf partants) que nous nous sommes posées. La

refonte du programme en 2005 a fait passer la distance du Grand Prix de 2.000m

à 2.400m et, avec le recul des cinq années, nous vous proposons quelques

analyses sur ce qu'est devenu le "nouveau" Grand Prix de Paris. Par

ailleurs, les partants définitifs et les montes du Grand Prix de Paris ont été

connus ce lundi matin. Ils seront neuf au départ (un chiffre comparé aux

éditions précédentes en page 2) et deux chevaux ont donc été retirés : Shimraan

(Rainbow Quest) et Fencing Master (Oratorio). Le premier nommé reste sur une

deuxième place dans   le Prix de l'Avre (L), première préparatoire au Grand Prix de Paris (Gr1).

Le deuxième cité, Fencing Master, était

l'un des trois

"O'Brien" en lice après le premier forfait. Finalement, il n'en reste

plus qu'un, Jan Vermeer, car At First Sight est sorti au deuxième forfait.

Fencing Master venait de prendre la sixième place des Hampton Court Stakes (L)

après une dixième place dans les "Guinées" irlandaises(Gr1).

LE G.P. DE PARIS

EST-IL CONDAMNÉ PAR SA POSITION SUR LE CALENDRIER ?

Le rôle du Grand Prix de Paris pose des questions

depuis son passage sur 2.400m, la distance dite classique. De l'avis de la

majorité, le Grand Prix de Paris n'est pas le "nouveau" derby

français, il a son programme avec ses propres préparatoires (Prix de l'Avre,

Prix du Lys), mais, placé un mois et demi après le "Jockey Club",

n'est-il pas aussi la consolante de ce dernier ? C'est une question qui mérite

d'être posée. Et celle-ci induit donc que le Grand Prix de Paris pourrait être

placé trois semaines après le Prix du Jockey Club et non un mois et demi plus

tard. Dans la lancée du classique de Chantilly, les chevaux qui peuvent tenir

les 2.400m pourraient ainsi disputer le Grand Prix. Car un poulain qui tient

cette distance à 3ans est aussi prêt à la parcourir à la fin du mois de juin

qu'au milieu du mois de juillet. L'avancement du Grand Prix de Paris

permettrait alors de ne plus faire de cette épreuve un Gr1 isolé du programme

européen printanier.

UNE

ÉPREUVE QUI SOURIT PRINCIPALEMENT AUX CHEVAUX

TARDIFS. EST-CE GRAVE ?

 Placé au mois de juillet, après les grandes

joutes européennes, le Grand Prix de Paris s'offre en théorie aux chevaux un

peu plus tardifs, qui n'étaient pas prêts ou qui ne s'étaient pas entièrement

révélés au mois de juin. Depuis 2005, quatre des cinq lauréats ont en effet

débuté à l'âge de 3ans et deux, Montmartre et Zambezi Sun, ont effectué leurs

premiers pas dans le Prix Juigné (F), la bonne course d'inédits pour des

tardifs. Le seul lauréat à avoir débuté à 2ans est Cavalryman. Ce profil de

lauréats est un des éléments qui empêchent un peu le G.P. de Paris de prétendre

au statut de "classique". Car qui dit classique dit performance de

niveau Gr1 au printemps.

RECHERCHE DÉSESPÉRÉMENT

PRÉPARATOIRE AU G.P. DE PARIS…

Depuis 2005, les cinq lauréats

du Grand Prix de Paris ont emprunté des voies différentes. Scorpion venait

de   l'Irish Derby (2e), Montmartre et

Zambezi Sun du Prix du Jockey Club (nulle part et quatrième), Rail Link venait

de gagner le Prix du Lys (Gr3 - la voie "officielle") et Cavalryman,

le Prix Matchem (L) après avoir pris la deuxième place du Prix Greffulhe (Gr2).

Après le Grand Prix de Paris, un cheval a gagné le Prix de l'Arc de Triomphe

(Gr1), c'est Rail Link. Cavalryman a couru la grande épreuve française et s'y

est classé bon troisième. Les autres gagnants du Grand Prix de Paris n'ont pas

couru ou n'ont pas fait l'arrivée de l'"Arc". Zambezi Sun l'a couru

et s'est classé huitième. D'ailleurs, après sa victoire dans le Grand Prix,

Zambezi Sun n'a plus regagné un Gr1, sa meilleure performance post-Grand Prix

de Paris étant une victoire dans le Qatar Prix Foy (Gr2). Scorpion, premier

vainqueur de la nouvelle version, a remporté deux autres Grs1 : les St Leger

Stakes et le Coronation Cup. Enfin, Montmartre est parti au haras après sa blessure contractée dans le

Grand Prix de Paris

55,7

CONTRE 53,8 : LE RATING EST MEILLEUR DEPUIS LA RÉFORME DE 2005

Nous avons sélectionné les

valeurs des cinq derniers lauréats du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1)

nouvelle formule, celui couru sur les 2.400m de Longchamp et celles des cinq

derniers gagnants du Gr1 disputé jusqu’en 2004 inclus sur 2.000m. En calculant la

moyenne des cinq lauréats du Grand Prix de Paris sur 2.400m, on obtient 55,7 de

valeur. À l’inverse, la moyenne des cinq vainqueurs du Gr1 entre 2000 et 2004

est de 53,8, ce qui démontre que les valeurs des lauréats du Grand Prix de

Paris sont plus élevées depuis la refonte du programme.

A PRIORI

UN BON

CREUSET D’ÉTALONS (EN ATTENDANT D’AVOIR UN PEU PLUS DE RECUL)

Après avoir couru jusqu'à l'âge

de 5ans, Scorpion est parti au haras chez Coolmore où il officie toujours à

4.000£ la saillie. Rail Link, représentant du prince Khalid Abdullah, est

stationné à Juddmonte aux côtés de son père, Dansili, alors que Zambezi Sun,

qui portait également la casaque princière, a ensuite été acheté pour sa

carrière d'étalon et officie désormais au Haras de la Hêtraie, chez Pascal

Noue. Montmartre qui a fait briller les couleurs de la casaque Aga Khan dans le

Grand Prix a été en partie acheté par les Haras nationaux. L'établissement

public a pris trente des cinquante parts et les vingt dernières ont été

partagées entre des particuliers. Après avoir refusé de saillir, Montmartre a

pris sa nouvelle vie d'étalon du bon côté.

 

NOMBRE DE PARTANTS

L’ÉDITION

2010 EST PILE DANS LA MOYENNE

Cette année, le lot de neuf

partants ne peut pas être considéré comme un petit peloton en comparaison aux

cinq Grand Prix de Paris auxquels nous venons d'assister. En effet, cette

épreuve a pour habitude de réunir relativement peu de partants. De 2005 à 2009,

ils étaient au maximum neuf dans l'épreuve, excepté dans l'édition 2008

remportée par Montmartre qui a exceptionnellement affiché treize partants au

départ. En moyenne, sur les cinq dernières années, le Grand Prix a rassemblé

9,2 partants et le nombre d'engagés cette année prouve donc une chose :

Planteur – deuxième du Prix du Jockey Club – n'a pas "fait le vide".

TOUT SUR ALLESSON, L'X DE LA

COURSE

Lundi, Nicolas Clément a décidé

de laisser Allesson (Ransom O'War) dans la liste des engagés du Grand Prix de

Paris. Il nous a expliqué son choix : « C'est vrai que c'est un pari un peu

fou, mais nous avons des raisons de le courir [Nicolas Clément a supplémenté à

bon escient Pain Perdu dans le "Jockey Club", dont il a fini

troisième, ndlr]. C'est mon meilleur 3ans, le seul que j'avais engagé dans le

Prix du Jockey Club et le Grand Prix de Paris. Il n'a couru que deux fois car

il a eu du mal à sortir de l'hiver. Il  a

été malade et a raté une bonne partie du printemps. Il a gagné son maiden en

étant loin d'être à 100% et ses exercices matinaux m'ont montré qu'il était

capable d'être aligné dans une telle épreuve. Je voulais aussi courir une

Listed avant d'arriver sur le Gr1, car deux courses, c'est peu, mais il a eu un

petit souci au pied et nous n'avons pas pu courir. »