25 octobre 2008, santa anita. breeders’ cup mile (gr1 – 1.600m) : 1re

Autres informations / 02.08.2010

25 octobre 2008, santa anita. breeders’ cup mile (gr1 – 1.600m) : 1re

GOLDIKOVA

L’ALBUM

GOLDIKOVA PULVÉRISE SES ADVERSAIRES

Pour sa première expérience à l’étranger, Goldikova

s’essaye au rêve américain. Finalement, c’est le Breeders’ Cup Mile qui a été

choisi plutôt que le Breeders’   Cup   Filly and Mare Turf. Pleine de ressources à

l’entrée de la ligne droite, Goldikova va crucifier l’opposition, s’imposant à

la manière des cracks. Du travail d’orfèvre de la part de Freddy Head et de son

équipe, qui ont su entretenir la petite flamme de nervosité chez la pouliche.

Dans le rond, Goldikova faisait une nouvelle fois ces petites "mimiques"

qui prouvent son état de forme. Et vingt-et-un ans après sa première victoire

dans le Breeders’ Cup avec Miesque,

Freddy Head réalise un nouvel exploit dans cette saison 2008 qui restera dans

les annales. Fait rare, ses propriétaires prennent la parole sur le

plateau d’Equidia. Ils parlent de la championne avec des propos que nous avions

relatés : Alain Wertheimer : « Au cours de l’année, elle a fait tout ce que

l’on attendait d’elle. Elle ne nous a jamais déçus. Elle restera à

l’entraînement à 4ans : il n’y a aucune raison de la rentrer si elle peut

continuer à courir au meilleur niveau. Les chevaux peuvent parfaitement courir

à 4ans ou 5ans s’ils sont bons. Quand on n’est pas un éleveur commercial, ce

qui est notre cas, on peut se permettre des challenges comme celui-ci. Et

objectivement, on n’a pas souvent l’occasion d’avoir des chevaux comme elle. »

Gérard

Wertheimer : « Je ne dirais pas que le fait d’avoir appartenu à la même

génération que Zarkava a été une malchance. Si elle n’avait pas été là, et que

nous avions gagné la Poule ou le Diane, nous aurions peut-être fait un autre

chemin… Donc c’est très bien comme ça. Cette victoire a une saveur

extraordinaire. Elle est sensationnelle. C’est le seul mot qui me vient. » Le

mot de la fin reviendra à Freddy Head : « Ce qui me fait peut-être le plus

plaisir, aujourd’hui, c’est qu’elle a gagné alors qu’elle n’avait jamais tourné

à gauche de sa vie. Depuis sa victoire dans le Prix du Moulin de Longchamp,

nous avons beaucoup travaillé pour qu’elle s’adapte bien à ce nouveau tracé.

Donc la victoire d’aujourd’hui, c’est la somme des tous les petits réglages du

matin. Ensuite, elle a très bien pris son déplacement, elle a eu un très bon

vol. Le matin, elle s’est montrée très professionnelle, s’adaptant parfaitement

à la piste. C’est vraiment une pouliche intelligente. Pour moi, c’est un très

grand moment, dont je me souviendrai toute ma vie. Quand on arrive à un certain

âge, on connaît le prix et la difficulté des choses. Du coup, on attache plus

d’importance à des moments comme celui-ci. Et ils nous tiennent encore plus à

cœur. Cette année, j’ai gagné neuf Gr1. C’est impossible à imaginer. Tomber sur

de tels champions et que tout se passe bien… La vie m’a beaucoup gâté. » Au passage, Freddy Head devient le premier homme

à remporter le Breeders’ Cup comme jockey et comme entraîneur.

GOLDIKOVA

PARMI LES SIENNES

Dimanche,

Goldikova  (Anabaa) a remporté son dixième Gr1,

comme Miesque. Pour devenir la meilleure jument européenne de tous les temps,

il faut maintenant qu'elle batte Dahlia et ses onze victoires. Pour repère, JDG

a répertorié quelques-unes de ces grandes championnes ayant marqué l’histoire

du turf, en ne retenant que celles qui étaient entraînées en Europe.