Eva-maria haefner pour la première fois à deauville

Autres informations / 12.08.2010

Eva-maria haefner pour la première fois à deauville

LE BUZZ

DES VENTES


Tout le monde connaît son nom, mais personne ne

l'avait encore vue aux ventes de Deauville. Eva-Maria Haefner, la fille de Walter

Haefner, a repris Moyglare Stud depuis trois ans. Son père aura cent ans dans

quatre semaines (il est né le 13 septembre 1910) et elle a décidé de reprendre

le flambeau, laissant ainsi de côté son travail dans des centres pour personnes

handicapées. Elle parle très bien le français, qu'elle a appris à l'école, et

elle nous a accordé quelques minutes pratiquement à sa descente d'avion. « Je

suis arrivée ce matin à neuf heures, je n'ai pas encore eu le temps de visiter,

de m'imprégner de l'ambiance, mais je suis ravie d'être ici. Mon père me

racontait beaucoup comment c'était ici, ce qu'il y faisait et aujourd'hui

[vendredi], nous vendons deux chevaux à Arqana. Il me dit souvent que l'on ne

vient pas à Deauville seulement pour les affaires, c'est une place de vente

différente des autres, elle a sa particularité, son climat. » Moyglare Stud n'a

pas vendu de chevaux à Deauville depuis 1970. Fiona Craig, conseillère du

haras, est arrivée lundi. "Moyglare" présente deux chevaux : un mâle

par Elusive Quality, #25, qui passe en vente ce vendredi et un mâle par Mr.

Greeley, samedi. Fiona Craig nous a dit : « Les deux chevaux sont arrivés

dimanche. Je suis ravie, nous avons eu plus de visites encore que nous

l'espérions. » Cela faisait une vingtaine d'année que Moyglare exploitait les

chevaux qu'il produisait. Ils sont arrivés à 170 chevaux   et désirent maintenant réduire l'effectif à 100 chevaux.

Ainsi, ils vendent et ils ont choisi Deauville pour deux d'entre eux. « C'est

en "souvenir" de mon père qui aime beaucoup la France. Il a travaillé

à Paris. Et, par ailleurs, je pense aussi que nous devons changer un peu »,

poursuit Eva-Maria Haefner. À 52 ans, la fille de Walter Haefner prend un «

nouveau départ » en reprenant les affaires de son père, aussi bien dans les

chevaux – la grande passion de Walter Haefner – que dans son bureau en suisse.

« Comment dit-on en français quand ça sort du cœur ?», nous demande Eva-Maria.

L’émotion ? « Oui, c'est cela, l’émotion. Les chevaux procurent beaucoup

d'émotion à mon père. »