Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Lucien barrière grand prix de deauville (gr2): shimraan, à cinq semaines de l’"arc

Autres informations / 29.08.2010

Lucien barrière grand prix de deauville (gr2): shimraan, à cinq semaines de l’"arc

C'est parce qu'ils se retrouvent en bas du tableau grâce au poids pour âge que les 3ans ont toujours une bonne place dans le Lucien Barrière Grand Prix de Deauville (Gr2)   ouvert   aux   chevaux   d'âge. Cette année, la JDG rising Star Shimraan (Rainbow Quest) et Goldwaki (Dalakhani) en ont profité pour préparer l'"Arc" si tout se passe bien ou mieux encore. Le but est de ne pas "prendre dur" avant la grande échéance sous un poids léger (55 pour Shimraan et 53,5 pour Goldwaki) dans un terrain qui sera souple, mais pas excessivement abîmé grâce au transfert de nombreuses courses sur la P.S.F. Mais cela ne suffit pas pour motiver un entourage de courir un bon 3ans dans le Grand Prix de Deauville car pour gagner cette épreuve, il faut aussi être certain de la tenue de son poulain. Le Grand Prix de Deauville se court sur 2.500m, dans un terrain souvent très souple, et l'histoire de la course nous apprend qu'il faut un vrai cheval de 2.400m… et plus. En dix ans, un lauréat sur deux du Grand Prix de Deauville était un cheval pouvant bien faire sur 3.000m. Getaway (2008) a pris la deuxième place du Prix Gladiateur (Gr3), marend (2005) a couru sur 3.000m, Policy maker (2003) a débuté sur 2.000m et a couru sur trois kilomètres en fin de carrière, Polish Summer (2002) a pris la deuxième place du Prix Maurice de Nieul (Gr2) et du "Vicomtesse Vigier" (Gr2), enfin, russian hope (2000) a remporté le Prix  Lutèce (Gr3). Les 3ans prennent souvent part au Grand Prix de Deauville et le gagnent aussi très régulièrement. Depuis 2000, quatre des dix lauréats avaient 3ans. Dimanche, Shimraan et Goldwaki possèdent une belle chance de l'emporter. Shimraan n'a pas couru le Grand Prix de Paris (Gr1) que Behkabad (Cape Cross) – son compagnon de couleurs – à remporté pour l'entraînement de Jean-Claude Rouget. En revanche, Goldwaki, lui, a couru dans le Gr1 du 14 juillet et a terminé quatrième. Les carrières de Shimraan et Goldwaki ont d'ailleurs été gérées très différemment. Shimraan a couru seulement trois fois. Il a débuté cette année, en mai, parce qu'il n'est pas précoce, et s'est imposé dernièrement dans le Prix Eugène Adam (Gr2) alors qu'il était le moins expérimenté du lot. Depuis, Alain de Royer Dupré a annoncé que l'"Arc" – dans lequel il n'est pas engagé – était son objectif car c'est « un vrai cheval de 2.400m », nous avait-il déclaré quand il l'avait repassé sur 2.000m dans l'"Eugène Adam". S'il se gère bien, ce fils  de Rainbow Quest qui ne devrait avoir aucun mal avec le terrain souple, peut remporter le Grand Prix de Deauville. Si Shimraan a suivi une voie classique tout en faisant l'impasse sur les "gros morceaux" du printemps, Goldwaki, lui, a une histoire un peu particulière. C'est un cheval qui ne montre pas grand-chose ou même rien le matin et son entourage a eu besoin de quelques courses pour situer ses limites. Il a débuté à 2ans, à Fontainebleau, puis ce pensionnaire d'André Fabre a été orienté vers Lyon-Parilly où il a couru et gagné trois fois avant de "revenir" à Paris et de s'imposer dans le Prix du Lys (Gr3), de peu devant mashoor (Monsun).

REDWOOD, UN VISITEUR AUX DENTS  LONGUES

Le Grand Prix de Deauville n'est pas très bien placé dans le calendrier pour accueillir les étrangers. C'est vrai que l'an dernier, c'est un Anglais – élevé en France – qui s'imposait, Jukebox Jury (Montjeu), mais il était l'unique représentant étranger dans la course. Cette année, deux visiteurs prendront le départ. Présenté par Barry Hills, redwood (High Chaparral) est  un adversaire très sérieux. Il a remporté, il y a un mois, les Glorious Stakes (Gr2). Deuxième des Princess of Wales's Stakes (Gr2) avant cette victoire, il est en net progrès, il possède le niveau et de la fraîcheur, souvent un bel   atout dans les terrains souples. Le deuxième visiteur est également Anglais, c'est monitor closely (Oasis Dream), entraîné par Michael Bell qui a déclaré : « Le cheval est dans une superbe forme. Nous avions aussi allied Powers [gagnant du Grand Prix de Chantilly, ndlr] dans la course, mais finalement il disputera le Grand Prix de Baden-Baden pour aller chercher le terrain lourd. À Deauville, il a aussi beaucoup plu, mais j'espère qu'il fera beau ce week-end. » Michael Bell n'a couru qu'une seule fois Monitor Closely cette année. Et pour sa grande rentrée, il a pris la septième place d'un Gr2 à York. En théorie, Monitor Closely ne représente pas une grande menace dans cette épreuve.

 

POUVOIR ABSOLU A LE BON PROFIL

L'an dernier, Pouvoir absolu (Sadler's Wells) n'avait été devancé que d'un nez dans le Grand Prix de Deauville par Jukebox Jury.    Il possède en effet tout à fait le profil d'un cheval fait pour cette course. Il aime le terrain souple, il possède énormément de tenue et aussi beaucoup de qualité au regard de sa régularité au niveau Groupe depuis un an. De plus, il arrive avec beaucoup de fraîcheur puisqu'il n'a pas été vu depuis ses malheurs de la fin juin… Cinquième du Grand Prix de Saint-Cloud après avoir été gêné, il compte avant cela une troisième place dans le Grand Prix de Chantilly (Gr2). Pouvoir Absolu possède du caractère, il porte d'ailleurs les œillères et à Chantilly, il en avait fait preuve durant le parcours pour ne s'incliner qu'à la lutte.

LA LIGNE LÉGÈRE DU PRIX DE  REUX

Chaque année, le Grand Prix de Deauville rassemble un lot dans l'ensemble relativement modeste. On y voit plus souvent de bons chevaux de Gr2 que des champions. D'ailleurs, la ligne du Prix de Reux (L), qui ne passe pas pour la meilleure Listed de l'année, est très bien représentée : ses trois premiers seront au départ. Au début du mois d'août, c'est winter Dream (Act One), un ancien cheval de handicap de Robert Collet, qui s'imposait dans une arrivée  très  serrée.  Il  devançait  telluride   (Montjeu)   et marinous (Numerous). Winter Dream réalisait la meilleure performance de sa carrière ce jour-là et dans le lot plus relevé du Grand  Prix  de  Deauville,  il  est  difficile de lui voir une chance ainsi qu'à Telluride, même aide par  l'assouplissement des pistes, et Marinous. Robert Collet présente également La Boum (Monsun), la seule femelle du lot qui n'a pas encore montré son meilleur niveau du début de saison mais dont l'agenda est chargé depuis le printemps 2008.

UN PEU D'HISTOIRE

Le Grand Prix de Deauville a été créé en 1866. Il portait le nom de Coupe de Deauville puis a pris son appellation définitive en 1871. Depuis 1990, il se court sur 2.500m. Il s’est couru sur 2.700m de 1973 à 1989.

LES ÉTRANGERS DANS LA COURSE

Depuis l’après-guerre, un Italien s’est imposé en 1961 (molvedo, alors âgé de 3 ans – vainqueur ensuite de l’"Arc"). Au palmarès, on compte dix victoires anglaises, dont cinq à l’actif de Paul Cole.

RECORDS

Huit victoires pour André Fabre (le record). Jukebox Jury, lauréat en 2009, est l'unique lauréat anglais âgé de 3ans. Avant lui, aucun autre ne s'était imposé. Temps record de l’épreuve : 2’40”50 (2000) Temps record du parcours : 2’36”60 (campero, Prix de Reux 1977)

LES 3ANS

Les 3 ans à s’être imposés : 26 au total depuis l’après-guerre. Le dernier est Jukebox Jury qui succédait à irish wells en 2006.

LE GRAND PRIX ET L'"ARC"

Voici les vainqueurs du Grand Prix après-guerre qui ont pris part à l’arrivée de l’"Arc" la même année : alizier (2e en 1950), molvedo (vainqueur en 1961), Lionel (3e en 1966), Swain (3e en 1995), cherry mix (2e en  2004).