Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Objectif : consolidation

Autres informations / 13.08.2010

Objectif : consolidation

Pour calmer les ardeurs des jeunes enthousiastes, les

boursiers entonnent leur dicton préféré : les arbres ne montent pas au ciel !

En cinq années d'existence, Arqana n'a fait que progresser à grands pas, la

moyenne passant, entre 2005 et 2009, de 70.000€ à 113.000€. Une progression

d'autant plus remarquable qu'une crise frappe l'économie mondiale depuis 2008,

et que le monde du pur sang anglo-saxon en souffre. Ce double constat nous commande d'être "raisonnablement

optimiste" pour la vente arqana d'août 2010 qui s'ouvre en ce

vendredi à Deauville. Le soleil qui inondait l'établissement de ventes jeudi

créait une fois encore une atmosphère peu propice à la prudence que nous venons

d'invoquer. Des professionnels du monde entier parcouraient dans tous les sens

l'espace d'Arqana, comme si une frénésie de découverte motivait tous ces

acteurs. Reconnaissons tout de suite que les "modèles" sont au

rendez-vous, et il est clair que le niveau atteint à Deauville, s'il est à

mettre au crédit des organisateurs, repose principalement sur une offre de

grande qualité. Fini le temps des yearlings "entre deux eaux", objets

de critiques malicieuses et partisanes de la part des coutiers étrangers.

Deauville Arqana est devenue l'affaire de professionnels, sans doute au

détriment du pittoresque, mais le résultat se constate dans la qualité des

yearlings présentés, et par voie de conséquence dans les innombrables victoires

des chevaux estampillés Arqana Deauville. Deauville a rejoint Newmarket, Kill

et Lexington, chacun à son échelle. Nous jouons dans la cour des grands, et

c'est pourquoi la prudence est requise à l'ouverture de ce vendredi, car nous

sommes à l'intersection de deux tendances : d'une part, le marché mondial du

pur-sang qui marque une pause de reconstruction comme nous l'indiquions dans la

semaine les résultats américains de Saratoga, et d'autre part, l'effet dynamique

des courses françaises, de ses allocations toujours en hausse, de la solidité

de notre pari mutuel. Autant d'éléments positifs qui "portent" la

réalité française. Jean qui pleure, Jean qui rit, la conjoncture

est contradictoire dans cette sortie de crise, et il est clair que la perspective la plus vraisemblable pour

ces ventes est celle d'un raffermissement et d'une concentration de la tendance

entre 80.000€ et 120.000€. Moins de gros chiffres et beaucoup

de sérieux utile.

Bref, un vrai marché

durable, tant pour les acheteurs que

pour les éleveurs.