Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les deux ans de chantilly sont-ils effectivement moins presents en 2010 ?

Autres informations / 09.09.2010

Les deux ans de chantilly sont-ils effectivement moins presents en 2010 ?

L’EDITORIAL

PAR MAYEUL CAIRE

Depuis quelques jours, on entend ici et là que

Chantilly a été très peu représenté au départ des meilleures courses pour 2ans.

Voilà pourquoi, à la veille du Prix d’Aumale, Gr3 réservé aux pouliches de

2ans, nous avons voulu savoir si cette impression (ou cette rumeur) était

vérifiée. Pour cela, nous avons recherché l’origine (en termes de centre d’entraînement)

de tous les partants de 2ans dans les courses black-type (Listeds et Groupes)

depuis le début de l’année, en nous arrêtant au Critérium de l’Ouest (L)

qui   a  

eu   lieu   lundi à Craon. Et nous sommes remontés

jusqu’en 2006 pour savoir si, oui ou non, les Cantiliens sont particulièrement

discrets ou non dans les stakes réservés à la jeune génération. en étudiant notre tableau, plusieurs

tendances se dessinent : Chantilly est effectivement moins présent cette

année dans les stakes pour 2ans. Jamais, depuis 2006, le centre parisien

n’avait eu aussi peu de partants dans cette catégorie. Jusqu’ici, l’année la

plus basse était 2008 – mais même celle-ci était supérieure à 2010 (33% contre

31%). La norme, pour Chantilly, c’est 43% de partants (2006-2010). Avec 31%

cette année, on en est donc très loin. Deuxième 

remarque,  la   province signe une année record en termes de participations

dans les stakes pour 2ans. C’est vrai en pourcentage, comme le montre notre

tableau (49% contre 34% sur la période) ; mais cela se vérifie également en

valeur absolue : en 2010, la province a eu 66 partants à ce niveau alors que

son record était jusqu’ici de 49 (2008). Maisons-Laffitte

et l’étranger sont stables sur la période étudiée. Ce qui montre que les

revirements de pourcentages sont vraiment un match Chantilly vs Province.

Voire, lorsque l’on se penche sur le détail des partants, un match Chantilly vs

Pau. Comment expliquer la tendance 2010

? D’abord, gardons de tirer des conclusions trop définitives : il suffit

de comparer 2010 à 2009 ou encore 2008  

à 2007 pour

voir que, d’une année sur l’autre, une tendance peut totalement s’inverser. Ce

qui signifie que ce que l’on constate en 2010 ne correspond absolument pas une

tendance lourde, à une tendance de long terme.Il

s’agirait donc d’un « micro-climat » propre à 2010. En ce sens, le dur hiver

subi en région parisienne, dont on sait qu’il a retardé les maisons classiques cantiliennes,

a certainement joué son rôle. Et finissons en constatant que, les années

précédentes, la tendance générale s’était rééquilibrée en fin d’année. On saura

bientôt si c’est aussi le cas en 2010… Etude réalisée avec l’aide de Christopher Galmiche,

journaliste à JDG.