Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Longchamp, dimanche - prix du moulin de longchamp (gr1)

Autres informations / 06.09.2010

Longchamp, dimanche - prix du moulin de longchamp (gr1)

LE JOUR DE GLOIRE DE

FUISSÉ

Dimanche, à Longchamp, la star – et JDG?Rising Star, c’était Fuissé (Green Tune). Pas seulement

parce qu’il a gagné au finish le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Mais parce

qu'aussi, avant le départ, il a éjecté deux fois son pilote, Stéphane Pasquier,

et la deuxième fois a été la "bonne" pour Fuissé, puisqu’il a même pu

se "sauver". Il a galopé, seul, pendant plusieurs minutes, sur la

piste de Longchamp, passant en sens inverse dans la ligne droite sous les

applaudissements du public. Le périple de Fuissé a duré une quinzaine de

minutes avant que son cavalier du matin, Charley Rossi, ne remette la main sur

lui. Il a fallu ensuite que Fuissé rejoigne ses camarades de jeu qui

l’attendaient en chauffant au soleil tout en tournant derrière les stalles. Et

cela au pas ou au petit trot seulement, en main. Car, après deux chutes dues à

deux écarts au canter, il n'était plus question de prendre des risques. Cela a-t-il joué sur le résultat final ?

Peut-être, mais la vérité du poteau d’arrivée a été en faveur de Fuissé. «

Quand on l’a rattrapé, on m’a demandé si le cheval courait. J’ai dit "oui,

bien sûr qu’il court" ! Il y a vraiment eu beaucoup d’émotion dans cette

course » expliquait après l'épreuve Alec Head, son éleveur. Mais si, d’un

côté, Fuissé a monopolisé toute l’attention, cela ne doit pas faire oublier le

côté plus sombre de ce Prix du Moulin de Longchamp.

En effet, le champion et JDG Rising

Star Lope de Vega (Shamardal)

n’a été que l’ombre de lui-même. Son "coup de pompe" dans le Prix Jean Prat (Gr1) inclus, cela fait

maintenant deux fois que Lope de Vega déçoit

franchement

UNE COURSE EN OR

POUR FUISSÉ

 L’entourage

de Fuissé était très confiant avant le "Jacques Le Marois" (Gr1).

Mais le cheval n’y a terminé que quatrième, à six longueurs du troisième, Paco boy (Desert Style), qu’il a cette

fois laissé à près de deux longueurs. La raison de ce réveil de Fuissé tenait

dans la tactique de course, ce qu’expliquait Christiane Head-Maarek après la

course : « C’est comme cela qu’il faut le monter. À Deauville, il s’est retrouvé

nez au vent tout le parcours. Là, il a pu attendre et quand il attend comme

cela, bien décontracté, il déploie ses foulées pour finir… Quand Fuisséest

frais comme il l'était aujourd’hui, il peut faire des écarts comme cela. » Des

écarts qui ont visiblement marqué Stéphane Pasquier, jockey de Fuissé.

Lorsqu’il est revenu aux balances, le jockey était écarlate, de la même couleur

que la casaque du Haras du Quesnay ! D’ailleurs, Stéphane Pasquier, par

prudence, n’a pas couru les courses suivantes au programme de Longchamp. Il ne

sera pas non plus en selle lundi car il boitillait en se rendant sur le podium.

Essoufflé, le jockey s'est exclamé : « Vous voyez que les courses sont un vrai

sport ! J'ai fait quatre kilomètres en courant 

avant de pouvoir prendre le départ !

»

LES CHAMPION STAKES DE NEWMARKET ENVISAGES

 Lorsqu’il a un des chevaux en point de pire et qu’il est

bien détendu, Fuissé est capable de tenir 2.000m. C’est pourquoi son entraîneur

évoquait comme prochain possible un Gr1 sur 2.000m : « Rien n’est décidé, mais

les Champion Stakes de Newmarket sont une possibilité. Je pense qu’il peut

faire 2.000m sans problème quand il a une course comme celle qu'il a eue aujourd’hui. » S’il court à

Newmarket, Fuissé essayera de faire mieux que son frère, Full of Gold (Gold Away) aujourd’hui étalon –, sixième

en 2008 dans l’édition

remportée par New Approach (Galileo).

"L’ÉCHAUFFEMENT"

AVANT LE DÉPART EST UNE BONNE CHOSE ?

Au trot, les chevaux font avant le départ des

heats, plus ou moins poussés selon les aptitudes du cheval. Au galop, c’est

différent, les chevaux se rendent au départ au petit canter, sans forcer, après

avoir bien souvent marché au moins une heure dans les écuries. On peut se poser

la question de savoir si l’échauffement prolongé qu’a eu Fuissé avant la course

a joué en sa faveur ? D’autant qu’à Deauville récemment, et ce n'est pas la

première fois, on a vu une pouliche, Clear Coast, galoper

sur la piste en sable avant de s’imposer dans une course B. Il y a plusieurs années, Sporting Life

avait réalisé une étude sur les chevaux lâchés avant le départ. De cette analyse ressortait que plus la distance de

la course était courte, plus les chevaux lâchés avant le départ avaient

une bonne réussite en courant une fois rattrapés. Cela vaut surtout pour des courses comme le Prix de

l’Abbaye de Longchamp (Gr1), mais plus on allonge le tir, plus la statistique

devient mauvaise.

CHARLEY ROSSI : « FUISSÉ EST UN CHEVAL AVEC

BEAUCOUP DE FORCE ET IL LE MONTRE » Assistant chez Christiane Head-Maarek,

Charley Rossi monte Fuissé le matin. Il le connaît et lui aussi a été "mis

à terre" par ce géant. Après la victoire de Fuissé, il nous a parlé du

cheval, qu’il connaît donc sur le bout des doigts : « On ne peut pas dire que

Fuissé est un cheval qui n’est pas évident. C’est juste qu’il a beaucoup de

force et il le montre en faisant beaucoup de facéties. Mais une fois au travail,

il est sérieux. En course, il a besoin d’un parcours caché. C’est pour cela

qu’il n’a pas eu un bon classement dans le "Jacques Le Marois". Ce

n’est pas vraiment une question de terrain. C’était bien sûr un peu inquiétant

de le voir s’échapper avant le départ, car on a toujours peur qu’il perde son

influx. Mais c’est un vrai champion et aujourd’hui, il a montré sa vraie

valeur, celle qu’il me montre le matin. J’ai eu la chance de monter des chevaux

comme Passager, Quiet Royal ou Hello Morning, mais lui, c’est vraiment la classe au-dessus. Il a

vraiment une puissance extraordinaire. Tout ce qu’il lui faut dans un parcours,

c’est un cheval en point de mire et qu’il soit détendu.  »

RIO DE LA PLATA

EXEMPLAIRE

Gagnant du Grand Critérium (Gr1) en 2007,

puis très bon à 3ans, Rio de la Plata (Rahy)

est un cheval qui a connu de nombreux problèmes de santé. Il venait de prouver

dans un Gr2 à York qu’il était toujours aussi combatif et a confirmé dans le

"Moulin" en se classant deuxième. Mickael Barzalona, qui le montait –

et le découvrait –, a choisi la bonne option en restant devant   au côté de la JDG?Rising Star Siyouni  (Pivotal).

Et, dans la phase finale, Rio de la Plata a même eu un instant l’avantage avant que ne fonde sur lui

Fuissé. Membre du "team" Godolphin, William Balding était content

et  disait : « Rio de la Plata a fait une

très bonne course. Tout s’est passé comme prévu, sauf le résultat final… Le

gagnant est juste venu fondre sur nous à la fin. »

SIYOUNI MANQUE UN

PEU DE TENUE

En selle sur la JDG?Rising Star Siyouni, Christophe Lemaire n’a pas hésité à aller

devant, imprimant un rythme peu sélectif à l’épreuve. Longtemps, on a pensé

qu’il tenait le bon bout, mais Siyouni a perdu la victoire, puis la deuxième

place tout la fin, craquant dans les tous derniers mètres. Christophe Lemaire a

choisi la bonne option, car quand on n’est pas sûr de la tenue de son cheval,

il vaut mieux aller devant et mettre le peloton au pas – ce qui se ressent sur

le temps de l’épreuve. Visiblement, Siyouni ne tient pas assez 1.600m, ce que

nous disait Alain de Royer Dupré, son entraîneur, après la course : « Siyouni

court très bien, il n'est battu que sur le fil, mais a cédé pour finir. Le mile

est probablement trop long pour lui. Il devrait donc courir le Prix de la Forêt

(Gr1). »

PACO BOY EMMURÉ

Visuellement, Paco Boy détenait beaucoup de

ressources dans le sillage de Siyouni. Mais jamais il n’a vraiment eu le

passage, terminant quatrième en laissant des regrets. Aurait-il gagné ? Pas

sûr, mais Richard Hughes, son jockey, regrettait que ce "Moulin" ait

été une course "à la française", sans train, ce qui a désavantagé son

partenaire.

UNE FAMILLE

"HEAD"

La famille de Fuissé possède un solide passif

"Head". En effet, Fuissé est le frère de Full of Gold (Gold Away),

lau- réat en 2007 du Critérium de Saint-Cloud (Gr1) et désormais étalon. La

mère de Fuissé, Funny Féerie (Sillery), a également produit Flagstaff

(Numerous), racheté yearling suite

à la victoire en débutant de Fuissé. Il a couru trois fois et a pris une bonne

deuxième place pour ses débuts avant de quelque peu décevoir à Longchamp. En remontant les ramifications

de Fuissé, on tombe sur les champions "Head", tels que Silvermine (Bellypha), lauréate de la

Poule d’Essai (Gr1) en 1985 (grande année) et dauphine de triptych (Riverman) dans le Prix des

Marettes (F) en 1984. La troisième mère de Fuissé, Messénie (Lyphard), était déjà élevée par Alec Head. Cette

lauréate à Longchamp a donné en Funny Pearl

(Irish River, 2e mère), une

lauréate en haies à Auteuil ! À la

suite de Fuissé et Flagstaff , on trouve une femelle de 2ans, Finella, par

Kingsalsa, et un mâle yearling, Francastel, par Gold Away. Francastel est donc

le propre frère de Full of Gold.

LES CHRONOS

UN TEMPS ASSEZ MOYEN

Siyouni

ayant mis tout le monde au pas, le

temps global de ce "Moulin de Longchamp"

n’a rien d’exceptionnel et n'est même que très légèrement supérieur à

celui du Quinté Plus du jour. Cela

rehausse la  performance de Fuissé qui, monté dernier, trouvait donc des conditions

défavorables pour s’imposer. Il

réalise d’ailleurs un temps moins bon que lorsqu’il s’était imposé facilement

sur ce parcours dans le Prix de Montretout (L) au mois de mai.

SUR LA PISTE

FUISSÉ (1ER) : longtemps dernier,

a tardé à trouver son action au début de la ligne droite. Puis, après

être venu entre les chevaux, est venu arracher la décision sur le fil, avec sa

grande action habituelle. Fuissé s’était longtemps échappé avant le départ.

RIO DE LA PLATA

(2E) : toujours au contact de l’animateur, Siyouni, a bien suivi le

mouvement quand ce dernier a accéléré. Un moment, Rio de la Plata a fait figure

de lauréat avant que Fuissé ne vienne lui prendre le meilleur dans les derniers mètres.

SIYOUNI (3E) : a mené la course à un rythme peu soutenu,

puis a bien accéléré au début de la ligne droite. Il a bien répondu à l’attaque

de Rio de la Plata avant de ne s’avouer vaincu que dans les cent derniers

mètres, pêchant par manque de tenue.

PACO BOY (4E) : toujours côté corde, dans le sillage de

Siyouni, il n’a jamais vraiment eu le passage dans la ligne droite, laissant

des regrets alors qu’il avait, semble-t-il, les ressources pour obtenir un

meilleur classement.

LOPE DE VEGA (5E) :

brillant à l’arrière-garde en début de course, a tenté de venir à l’entrée

de la ligne droite avant de rester dans son action, ne pouvant inquiéter les premiers.

VIA MEDICI (6E) : bien détendue dans le sillage de Rio de la

Plata, Via Medici est venue "comme pour gagner" à mi-ligne droite

avant de plafonner. Elle pourrait

être très dangereuse à l’avenir sur 1.400m ;