Un show aqps international au lion d’angers

Autres informations / 10.09.2010

Un show aqps international au lion d’angers

AU COEUR DE

L’ACTU

Deux semaines après le concours de modèles et allures de

Decize, a eu lieu la douzième édition du Show AQPS du Lion d’Angers,

qui a réuni les meilleurs

éléments de l’Ouest. De nombreux professionnels

étaient présents ce mercredi au Lion d’Angers. Entraîneurs, propriétaires, éleveurs et

courtiers venus de France et de Grande-Bretagne ont fait le déplacement. Avec l’aide

du FRBC, qui a organisé

un voyage dans l’Ouest

pour des propriétaires irlandais, la bonne humeur

et le commerce

étaient au rendez-vous. « Tout s’est

bien passé, le Lion d’Angers

commence à être connu, nous a

confié Michel de Gigou. Le FRBC nous a donné un bon coup de main, le voyage qu’ils

avaient organisé était providentiel. Il

y a eu du commerce et les professionnels du secteur sont venus, en majorité

dans l’après-midi pour voir les 2ans. Le jury était disparate, entre éleveurs

du Centre et locaux et professionnels français et britanniques. La douzième

édi- tion du concours de modèles

et allures du Lion d’Angers

est une réussite. »

LES

PRODUITS DE LE BALAFRÉ DOMINENT

LE CONCOURS

Le concours des 2ans est le plus suivi et ce

sont deux pro- duits de l’étalon national le Balafré (Groom Dancer),  qui ont décroché la palme.

Le meilleur 2ans est une pouliche, upsie

qui est donc une fille de Le Balafré et Medjie (Cyborg), une sœur du bon Parker (Baby Turk). Upsie

a été présentée par Jean-Luc Couétil.

Sa domination ne s’est pas arrêtée là puisque chez les mâles de 2ans, le

représentant de Valérie Aumont, uruguay du Mesnil, fils de Le Balafré et Bellevue du Mesnil (Air du Nord),

une anglo de complément, a dominé

sa catégorie. « Les produits de Le Balafré qui ont été pré- senté étaient de

bons produits, poursuit Michel de

Gigou.

Je ne pense pas que l’étalon surfe

sur la vague de son meil-

leur représentant Polar Rochelais, d’autant plus que l’on n’annonçait que très

rarement les origines des chevaux. Le

concours était impartial et la plupart des chevaux étaient présentés par des

étudiants de l’école des lads de Laval. » Dans la matinée avait lieu le championnat des foals,

c’est un mâle de l’élevage d’Oudairies, cher à Michel de Gigou, qui a remporté

le concours général. Il est né de Maresca sorrento et louisville deux (Ragmar), une jument issue d’une grande famille de l’élevage

Cyprès, celle de Bilbao V (Bad

Conduct). Le poulain a finalement dominé une

pou- liche précoce, née de until sundown et lady d’oudairies (Sleeping Car).