Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les plus grandes étoiles de la galaxie abdullah

Autres informations / 08.10.2010

Les plus grandes étoiles de la galaxie abdullah

 

1980 : PREMIÈRE VICTOIRE

CLASSIQUE AVEC KNOWN FACT

L’année 1980 marquera un bond en avant pour les

couleurs du prince Khalid Abdullah. Le 3 mai, known fact, un che- val acheté yearling à Keeneland deux ans plus

tôt, remporte les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1), devenant le premier gagnant

classique de Khalid Abdullah. Gagnant à 2ans des Middle Park Stakes (Gr1),

Known Fact était alors un cheval un peu compliqué qui s'assagit durant l’hiver

suivant. Les "Guinées" de 1980 n’ont pas laissé un souvenir

impérissable côté français. En effet, nureyev

y avait été déclassé pour avoir gêné posse. Known Fact, non concerné par cet incident et qui avait fait

sa course, avait donc récupéré sur le tapis vert ce succès après avoir seulement

concédé une encolure à Nureyev. Cinquième du "Jacques Le Marois"

(Gr1) pour sa rentrée en août, Known Fact gagnera ensuite trois courses en

autant de sorties, dont deux Grs2.

1985 : RAINBOW QUEST, LE PREMIER ARC-WINNER DU

PRINCE

Déjà l'un des ténors de sa génération à 2ans (2e

d’el gran Señor dans les

Dewhurst Stakes, Gr1), rainbow

Quest  a emprunté la voie

classique l'année suivante. Après une deuxième place dans les Craven Stakes

(Gr3), il a terminé quatrième des 2.000 Guinées (Gr1). Mais c'est sur des distances

supérieures au mile qu'il s'est véritablement "épa- noui" sous

l'entraînement de Jeremy Tree. Il a ainsi traversé la Manche pour se classer

troisième derrière darshaan et Sadler's wells dans le "Jockey

Club des étalons" en 1984. Puis il a fait mieux encore dans l'Irish Derby

(Gr1), terminant une nouvelle fois deuxième d'El Gran Señor. Lauréat pour sa

rentrée des Great Voltigeur Stakes (Gr2), il figure parmi les favoris du Prix

de l'Arc de Triomphe de Sagace.

Cet "Arc" a été la plus mauvaise course de sa carrière. Enervé par le

défilé et rebuté par le terrain lourd, il avait terminé dans le lointain.

RAINBOW QUEST, GAGNANT

DE L’“ARC” DANS LE BUREAU DES COMMISSAIRES

C'est en effet à 4ans que Rainbow Quest a

remporté ses deux Grs1. Il a gagné le Coronation Cup au "petit galop"

devant un lot modeste. Puis, dans les Eclipse Stakes, il s'est heurté à pebbles, devenue ainsi la première

pouliche à s'imposer dans cette épreuve. Troisième des "King George"

(Gr1) derrière petoski et oh So Sharp, il a retrouvé à l'automne

Longchamp et l’“Arc”, où l'attendait le tenant du titre, Sagace, muni de

bandages. Cette édition 1985 a fait couler beaucoup d'encre : Sagace,

courageux, a passé le poteau en vainqueur, devenant le premier cheval depuis alleged à réaliser un doublé dans

l’“Arc”. Mais il avait versé sur sa gauche et bousculé par deux fois rainbow Quest qui, après une enquête

de sept minutes seulement, avait été déclaré vainqueur sur tapis vert. Jeremy

Tree avait vu juste en l'amenant sur cet "Arc" avec de la fraîcheur.

Il a permis au prince Khalid Abdullah de remporter une première victoire dans

l’“Arc” avec ce poulain élevé par Alan Clore qu'il avait acheté 950.000$

1986 : DANCING BRAVE, UN "ARC"

MÉMORABLE

L’"Arc" 1986 remporté par dancing Brave est l’un des meilleurs

de l’histoire et sans doute le meilleur de la décennie 80. Du premier au neuvième,

tous les chevaux avaient gagné au moins un Gr1 et les analystes de l’époque

s’accordaient à dire que l’arrivée avait été d’une grande limpidité et

correspondait bien au niveau des chevaux. La vic- toire de Dancing Brave dans

le championnat du monde des pur-sang couronnait une saison splendide, seulement

entachée d’une deuxième place dans le Derby d’Epsom (Gr1) imputée à la monte du

jockey de l’époque de Dancing Brave, Greville Starkey. Pour beaucoup, Dancing

Brave était meilleur que Shahrastani,

le lauréat du Derby d’Epsom, et Dancing Brave leur donnera raison en devançant

ce dernier dans les "King George" et dans l’"Arc". Acheté

yearling à Keeneland, Dancing Brave fut un cheval rare, doté d’une accélération

hors du commun. Il fut d’ailleurs le premier cheval à gagner les 2.000 Guinées

– dans lesquelles il battut green

desert – en début de saison, puis l’"Arc" la même année.

Depuis, seul un cheval de la trempe de Sea

the Stars a réussi à faire de même.

1989 : DANEHILL, CHAMPION

SPRINTER ET FUTUR TOP-ETALON

Élevé

par Juddmonte, Danehill a été orienté en début d’année sur 1.600m. Troisième des 2.000 Guinées de Newmarket

et quatrième dans l’équivalent irlandais

(Grs1), il se révèlera totalement en étant raccourci. Il remportera d’abord

un Gr3 sur 1.200m à Ascot

(Cork and Orrery Stakes) avant de glaner en fin de saison le Haydock Sprint Cup

 (Gr1).

DANEHILL, LE CHEF DE

RACE

Entré en tant qu'étalon à Coolmore en 1990, Danehill

sera envoyé en Australie où il connaîtra une formidable réussite.  Il fera ensuite la navette entre l’hémisphère

Nord et l’hémisphère Sud et, jusqu’à sa mort en 2003, il fera parler de lui. Il

a même été étalon pendant un an au Japon. Danehill a produit 349 stakes

winners, parmi lesquels on peut citer rock

of gibraltar, dylan thomas,

duke of Marmalade, intercontinental, Banks hills, grey lilas, george

washington, redoute’s choice,

aquarelliste, westerner… Danehill a véritablement

"tracé" au haras et ses fils les plus recherchés sont dansili et danehill dancer.

1990 : DOUBLÉ DERBY D’EPSOM - JOCKEY CLUB

Le printemps 1990 sera de toute beauté pour l’écurie

Abdullah. Après la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) de houseproud – entraînement d’André Fabre , Sanglamore et Quest for fame gagneront à trois jours

d’intervalle le "Jockey Club" et le Derby d’Epsom (Gr1). Jusqu’alors,

seuls deux propriétaires avaient réussi cet exploit, Marcel Boussac en 1950 (Scratch & galcador) et Nelson Bunker Hunt en 1976 (Youth et empery).

Sanglamore et Quest for Fame ont tous deux été élevés par Juddmonte et Quest

for Fame appartenait à la première génération des "rainbow  Quest".

Sanglamore et Quest for Fame étaient tous deux entraînés par Roger Charlton,

âgé de quarante ans. Ce dernier était l’assistant de Jeremy Tree et avait pris

sa suite lorsque ce dernier prit sa retraite à la fin de l’année 1989

2003 : LE DOUBLÉ

INÉDIT DE NEBRASKA TORNADO

En juin,

l’invaincue nebraska tornado apporte

un deuxième Prix de Diane (Gr1) au tandem André Fabre - Khalid Abdullah.

Pouliche compliquée pour se rendre au départ, Nebraska Tornado possédait

néanmoins beaucoup de classe. Revue à Deauville, elle se présentera au depart du

"Jacques Le Marois" (Gr1) mais n’y terminera que sixième, essuyant la

première défaite de sa carrière. Son entraîneur insiste sur 1.600m  avec elle et la présente trois semaines plus

tard dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), très relevé cette année-là.

Cette fois, Nebraska Tornado ne fera pas de détail, devenant la première à

réaliser le doublé Prix de Diane-Prix du Moulin de Longchamp. Cette même année,

l’écurie du prince Khalid Abdullah enregistrera beaucoup de succès, dix-huit au

niveau Gr1 – année record. En France, on a pu voir étoile Montante (Prix de la Forêt) et american post (Prix Jean-Luc Lagardère et Racing Post Trophy en

Angleterre). Outre-Manche, oasis dream devint

l’un des meilleurs sprinters de sa génération en remportant le July Cup et les

Nunthorpe Stakes (Grs1). Aujourd’hui, il est devenu un étalon très recherché.

De l’autre côté de l’Atlantique, empire

Maker devient le second classique de Khalid Abdullah en gagnant les

Belmont Stakes (Gr1) après Flute (Kentucky Oaks 2001). Cette année aux US est

aussi marquée par les succès de heat

haze dans les Beverly D Stakes et les Matriarch Stakes (Grs1).

 

2006 : 2EME

ARC GRACE A RAIL LINK

Le printemps 2006 avait été un peu entaché par la

rétrogradation de price tag dans

la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Mais un 3ans sera le rayon de soleil de

l’écurie en se révélant au fil de ses sorties. Tombé en débutant, puis deuxième

d’un maiden le 10 mai, rail link mit

les bouchées doubles en s’imposant dans le Prix du Lys (Gr3), puis le Juddmonte

Grand Prix de Paris (Gr1). De retour à l’automne, il résiste jusqu’au bout à

celui qui deviendra un des "chouchous" de Longchamp, Youmzain, dans le Prix Niel (Gr2)

avant de s’engager dans "l’Arc de Triomphe" (Gr1). André Fabre y

présente deux autres chevaux, hurricane

run, tenant du titre, et Shirocco.

Rail Link, bien que meilleur 3ans français, est le moins joué des trois,

d’autant plus qu’un japonais a attiré les enjeux de tous ses compatriotes, deep impact. Rail Link ne se laissera

pas impressionner et, après un bon parcours donné par Stéphane Pasquier, il va

attaquer et battre Deep Impact tout en résistant au retour incisif de pride. Il apporte un troisième

"Arc" à Khalid Abdullah et permet à Stéphane Pasquier de gagner ses

galons de premier jockey français pour le prince. Rail Link est un pur produit

maison, puisque fils de dansili et

de docklands, deux chevaux

élevés par Juddmonte.

FOCUS SUR 3 JUMENTS D’EXCEPTION DE JUDDMONTE FARM  : WORFORCE, SPECIAL DUTY, BYWORD, TWICE OVER

ET MIDDAY

Suite à la victoire de workforce dans l’"Arc", l’écurie du prince Khalid

Abdullah compte cette année treize victoires de Gr1. Trois parmi elles sont des

classiques : les 1.000 Guinées et la Poule d’Essai (Grs1) de Special duty, ainsi que le Derby

d’Epsom (Gr1) de Workforce. Ce dernier a d’ailleurs réalisé un doublé pas si

fréquent en gagnant le ruban bleu et l’"Arc" la même année. Seulement

cinq avant lui y étaient parvenus : Sea

the Stars, Sinndar, lammtarra, Mill reef  et Sea 

Bird. Outre les deux classiques Workforce et Special Duty, l’écurie

a enregistré de beaux succès cette année grâce à Midday (Nassau Stakes, Yorkshire Oaks et Prix Vermeille, Grs1), twice over (Eclipse Stakes, Gr1) et Byword (Prince of Wales’s Stakes,

Gr1). L’ex-Française proviso réalise

également une belle saison puisqu’elle compte cette année trois victoires de

Gr1 aux États-Unis. Juddmonte Farm a eu trois poulinières élues Broodmare of

the year : hasili, Slightly dangerous et toussaud. Nous vous proposons un focus

sur ces trois poulinières qui ont marqué l’histoire des courses, ainsi que la

descendance détaillée d’Hasili, dont nous avons vu de nombreux produits

s’illustrer en France. Il existe d’autres poulinières très présentes dans les

pedigrees des gagnants de Juddmonte. On peut citer par exemple docklands, mère de rail link, crossharbour et chelsea

Manor ; Bahamian, la mère de wemyss

Bight, et dont descendent Beat

hollow, Bellamy cay, reefscape, Martaline, coastal path,

oasis dream et Zenda ; razyana – dont la mère, Spring adieu, était une sœur de northern dancer –, la mère de danehil ; viviana, mère de tates

creek et Sightseek,

gagnantes à elles deux de quatorze courses de Groupe aux États-Unis dont neuf

Grs1, et également mère de Quest to

peak, la mère de Special duty ;

et Zaizafon, la mère de Zafonic et Zamindar… Élevée par Juddmonte, hasili sera placée chez Henri-Alex Pantall. Elle gagnera une

Listed, le Prix des Sablonnets (L) et, fait amusant, elle a terminé deuxième du

Prix Imprudence (Listed à l’époque), derrière une autre future poulinière

d’exception, coup de génie (Mr.

Prospector). Ce qu’il y a d’amusant aussi avec Hasili, c’est qu’elle a gagné

quatre courses, et ces quatre-là correspondent à ses seules associations avec

Goulven Toupel. Mais c’est au haras qu’Hasili se révélera pleinement, donnant

cinq gagnants de Gr1, faisant mieux que dahlia

ou fall  aspen. Hasili a été élue broodmare of

the year en 2006 en Angleterre. Concernant Hasili, sa mère, kerali, a été une poulinière assez

formidable, donnant sept gagnants – dont Hasili. Kerali se retrouve être l’aïeule

de beaucoup de bons chevaux dont les gagnants de Gr1 promising lead et leroidesanimaux,

ainsi que les gagnants de Gr2 three

valleys et Treat Gently (Prix de Malleret), et la multiple placée de Gr1

et gagnante de Gr3 visit. Élevée comme rainbow Quest par Alan Clore, Slightly dangerous est gagnante des Fred Darling Stakes (Gr3) en

1982 et porte le nom d’un film américain des années 40. Elle a été achetée par

James Delahooke – premier courtier de Khalid Abdullah – et fut placée chez

Barry Hill. Outre sa victoire de Gr3, elle a également pris la deuxième place

des Oaks (Gr1) remportés par time

charter. Au haras, elle donnera naissance à dix vainqueurs et sera élue

brood-mare of the year aux États-Unis en 1997. À la différence d’hasili et Slighlty dangerous, toussaud

est gagnante de Gr1. Elle était entraînée par Bobby Frankel et a obtenu

ses titres sur le sol américain sur 1.600m après avoir commencé sa carrière en Angleterre.

Entrée au haras en 1994, elle a été élue broodmare of the year en 2000. Elle

est morte en 2009, à l’âge de 20 ans.

LES ENTRAÎNEURS PARLENT DU

PRINCE

Nous avons rencontré trois entraîneurs du prince :

Christiane Head-Maarek, Pascal Bary et David Smaga, qui sont revenus avec nous

sur la relation qu’ils entretiennent avec le grand propriétaire et sur le

plaisir qu’ils ont à entraîner ses chevaux.

CHRISTIANE HEAD-MAAREK « C’EST

UNE CHANCE DE TRAVAILLER POUR LUI »

« Cela fait longtemps que je travaille pour le prince

Khalid Abdullah. Cela remonte aux années 80. Je crois que j’ai commencé à travailler

pour lui car il avait acheté des chevaux de l’écurie Aland, qui appartenait à

mon père et à Roland de Chambure. Cela a commencé comme cela. J’ai eu la chance

d’entraîner beaucoup de bons chevaux pour le prince, alors c’est difficile d’en

ressortir un en particulier. Pour moi, c’est une chance pour un entraîneur de

travailler pour lui, car il possède un élevage fabuleux. C’est quelqu’un de

formidable, qui connaît bien ses chevaux. Il suit beaucoup ce qu’il se passe et

même s’il a des managers, c’est toujours lui qui prend la décision finale.

C’est quelqu’un qui fait confiance à ses entraîneurs, avec qui on peut échanger

quand il vient voir ses chevaux. »

DAVID SMAGA «

CHAQUE ANNÉE, C’EST UN PLAISIR DE VOIR LES YEARLINGS DESCENDRE DU CAMION »

« J’ai commencé à entraîner pour le prince quand Maurice Zilber a arrêté son

activité d’entraîneur. J’ai donc pris sa suite en 2005. C’est un rêve pour tout

entraîneur de travailler pour quelqu’un comme le prince Khalid Abdullah. On

reçoit des chevaux qui ont les origines suffisantes pour gagner n‘importe

quelle course. On a en plus de bons rapports avec son staff, que ce soit avec

Claude Beniada ou Lord Teddy Grimthorpe. Le prince est une personne que l’on ne

voit pas souvent, mais quand c’est le cas, on est reçu par un vrai prince. Le

meilleur cheval que j’ai entraîné pour lui est Modern Look, gagnante du Prix de

Sandringham et qui s’est ensuite malheureusement accidentée dans les Coronation

Stakes alors qu’elle était favorite. Chaque année, c’est un vrai plaisir de

voir ses yearlings arriver, d’ouvrir la porte et de les voir descendre du

camion. »

PASCAL BARY «

TRAVAILLER POUR LE PRINCE, CELA SORT DE L’ORDINAIRE » « J’ai reçu mes

premiers chevaux du prince à la mort de François Boutin. J’étais très content,

mais j’aurais préféré que François reste en vie. J’ai eu de très bons chevaux

pour lui, mais je détacherais Price Tag, distancée sévèrement de la Poule

d’Essai, et Zambezi Sun, gagnant du Grand Prix de Paris. Juddmonte est un élevage

"top", c’est fabuleux de travailler pour eux. Khalid Abdullah nous

fait confiance, il est très fidèle et on peut prendre notre temps avec les

chevaux. Cela sort vraiment de l’ordinaire. »

ILS ONT ENTRAÎNÉ POUR LE PRINCE

JEREMY TREE, L’HOMME DES

PREMIERS  SUCCÈS (21 DÉCEMBRE 1925 - 7 MARS 1993) Jeremy Tree a

commencé sa carrière dans les courses en 1947. Il s’installe à Newmarket en

1952 avant de se baser à Beckhampton. Il remporte son premier classique en 1963

grâce à only for life, gagnant

des 2.000 Guinées. Il gagnera quatre classiques dans sa carrière, dont un pour

le prince : les 2.000 Guinées avec known

fact en 1980.  Il sera aussi

l’entraîneur de rainbow Quest,

gagnant en 1985 de l’“Arc de Triomphe” et du Coronation Cup. Lorsque le prince

a commencé à avoir des chevaux, Jeremy Tree était son principal entraîneur. Il

prendra sa retraite en 1989 et passera le flambeau à Roger Charlton, qui a

longtemps été son assistant et gagnera en 1980 et le Derby d’Epsom et le

"Jockey Club", respectivement avec Quest for fame et Sanglamore.

GUY HARWOOD, L’HOMME DE

DANCING  BRAVE NÉ LE 10 JUIN 1939 Jockey dans sa jeunesse, Guy

Harwood s’installe comme entraîneur en 1966 à Coombelands racing stables après

avoir obtenu sa licence un an plus tôt. Il lui a fallu faire un choix entre les

chevaux et le garage automobile de son père et il a finalement choisi les

chevaux, d’obstacle dans un premier temps. Au début des années 70, il s’associe

avec James Delahooke, éleveur et manager et tous   deux dénichent ela Mana Mou. Perfectionniste, il faisait venir des containers de

foin de 10 tonnes venus du Nord-Ouest des États-Unis, là où l’avoine était la

meilleure selon lui. Pour le prince, il entraînera le cheval de l’année 1986, dancing Brave. Il a pris sa retraite

en 1996 et sa fille, Amanda Perrett, a pris sa relève et entraîne d’ailleurs

pour le prince.

MAURICE ZILBER, LE GENIE (2 DÉCEMBRE 1920 - 21 DÉCEMBRE 2008) Venu

d’Egypte, Maurice Zilber a tout gagné en France. Il tentait même des excursions

à l’étranger qui ont été couronnées de succès comme avec dahlia, empery et nobiliary.

C’est seulement vers la fin de sa carrière d’entraîneur que Maurice Zilber

entraîna pour le prince. Il gagna d’ailleurs le dernier Groupe de sa carrière

en 2001 avec prove dans le Prix

Chloé (Gr3). À cette époque, Christophe Lemaire montait souvent pour Maurice

Zilber et monta également des chevaux du prince. Cela permit à ce jockey,

devenu une référence aujourd’hui, de se faire connaître.