Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix philippe de watrigant (d)

Autres informations / 13.12.2010

Prix philippe de watrigant (d)

RESULTATS

TOULOUSE, DIMANCHE

BOTTEGA RENOUE AVEC LA VICTOIRE SUR SA PISTE FÉTICHE

bottega (Mineshaft) n’avait plus gagné depuis le 11 novembre 2009, date

de sa victoire dans le Critérium du Languedoc (L) sur la piste très souple de

Toulouse. En retrouvant l’hippodrome de la Cépière ainsi qu’un terrain et une

distance dans ses cordes, le pensionnaire de Mauricio Delcher-Sanchez a pu

signer la troisième victoire de sa carrière. De fait, il s’est brillamment

imposé dans le Prix Philippe de Watrigant (D). Comme nous l’avions rappelé dans

notre précédente édition, Bottega avait été contraint de courir les grandes

épreuves espagnoles pour les 3ans sur 2.400m, une distance trop longue pour

lui. En effet, il n’y a pas de bonnes courses sur 2.000m, la distance idéale de

Bottega, de l’autre côté des Pyrénées. C’est pourquoi le Prix Philippe de

Watrigant apparaissait comme un bon engagement. Et Bottega ne l’a pas laissé

passer. On peut dire qu’il a gagné du départ à l’arrivée. Très bien sorti des

stalles, il s’est installé dans le dos de l’animateur Gris d’Honneur (Baroud

d’Honneur), le long de la corde. Dans le tournant final, alors que tous ses

adversaires étaient sollicités, Bottega se rapprochait sur la main de son

jockey, Julien Grosjean. Ce dernier a attendu la mi-ligne droite pour le lancer

franchement et utiliser sa cravache. Dans les cent derniers mètres, Bottega est

reparti pour l’emporter très facilement. Étant donné le peu de débouchés

qu’offre le programme ibérique pour un cheval comme lui, il est possible que

l’on retrouve Bottega en France dans les prochains mois. Il a d’ailleurs le

profil d’un cheval capable de réussir dans les étapes du Défi du Galop courues

sur 2.000m. « C’était un cheval qui avait bien fait à 2ans sur cette piste mais

en Espagne, il n’avait pas trouvé de distances dans ses cordes, nous a expliqué

Julien Grosjean. Il avait néanmoins fait l’arrivée de tous les grands prix

espagnols. Il est encore perfectible, je pense. Il est venu très facile et

quand je lui ai donné une petite claque, il s’est enclenché. Je pense que

c’était sa dernière course de l’an- née et maintenant, son entourage va peut

être attendre la réouverture mi-mars de Madrid. »

LA CUADRA MADRONOS, UNE CÉLÈBRE ÉCURIE ESPAGNOLE

Bottega appartient à Felix Sanz, le propriétaire de la Cuadra Madronos

qui est une des écuries les plus prestigieuses en Espagne. Les couleurs rayées

gros vert et rouge se sont déjà distinguées par le passé, avec bien sûr Equiano

(Acclamation) – qui les a portées avant d’être vendu précédemment à son succès

dans les Kings Stand Stakes (Gr1) – mais aussi avec la championne espagnole

Jacira (Sillery) – lauréate de dix courses dont la Copa de Oro (A) –, Fol

Parade (Parade Marshal) – également vainqueur de la Copa de Oro, mais aussi du

Derby espagnol (A), devenu étalon –, de baldoria (In the Wings) – gagnante du

Gran Premio de Madrid (A) et cheval de l’année en Espagne –, ou encore avec

Victory (Baptize), lauréat du Premio Veil-Picard (C), l’équivalent du Critérium

de Saint-Cloud (Gr1) en Espagne, qui a malheureusement dû mettre un terme à sa

carrière après une blessure.

BOTTEGA, UN DESCENDANT DE

MIESQUE

Élevé par Flaxman Holdings,

Bottega possède un pedigree assez hétéroclite. En effet, sa mère, Sun is Up

(Sunday Silence) porte le suffixe JPN (pour Japon). Sun is Up était entraînée par Pascal Bary et a couru quatre fois en France, sans succès. Elle est une fille de moon is Up (Woodman), gagnante en France du Prix de Lieurey (L). Mais le pedigree de Bottega

prend une autre dimension au niveau de sa troi-sième mère, qui n'est autre

que la légendaire miesque (Nureyev), championne aux dix Grs1 et grande

génitrice.