Al quoz sprint (gr2) : j j the jet plane en toute logique……les français ne demeritent pas

Autres informations / 26.03.2011

Al quoz sprint (gr2) : j j the jet plane en toute logique……les français ne demeritent pas

Épouvantail

au départ de l’Al Quoz Sprint (Gr2), le sud-africain J J The Jet Plane (Jet

Master) n’a pas failli, même s’il s’est imposé de peu. Il n’a pas bénéficié

d’un parcours très limpide, étant longtemps emmuré, et le français War Artist

(Orpen), entraîné par Rodolphe Collet et monté par Olivier Peslier, a bien

failli en profiter. Parti de très loin et esseulé du côté extérieur de la

piste, War Artist a longtemps eu la victoire en main. Mais le poteau est arrivé

un peu trop tard, et J J The Jet Plane est venu ajuster le représentant

français dans les toutes dernières foulées. C’est dommage, mais être battu par

J J The Jet Plane est loin d’être une honte. Ce sprinter est en effet considéré

par les handicapeurs mondiaux comme l’un des meilleurs sprinters internationaux

avec un rating de 122. C’est donc une très grande valeur qu’a réalisée War

Artist, qui a supporté tout le poids de l’offensive samedi, ce qu’a regretté

Olivier Peslier : « J’étais tout seul…Il n’y avait personne pour progresser

avec moi et les derniers mètres ont été un peu durs… » Autre français au

départ, Mar Adentro (Marju) n’a pas démérité non plus. Un peu débordé en début

de parcours, il a tout de même réussi à accrocher les premiers quand ça a

accéléré et, finalement, il se classe neuvième, pas si loin des premiers. Son

jockey Christophe Soumillon a trouvé « qu’il avait fourni une très belle

course. »

DEUXIEME

AL QUOZ SPRINT POUR J J THE JET PLANE

En 2009,

J J The Jet Plane avait déjà remporté cette course. Mais elle se déroulait à

Nad Al Sheba et faisait partie du programme du Super Thursday sur une distance

de 1.200m. Cette année, J J The Jet Plane visait plutôt le Dubai Golden Shaheen

(Gr1). Mais sa course de rentrée sur le Tapeta a été très mauvaise, et son

entourage s’est rabattu sur le sprint sur gazon. C’était la bonne option, comme

l’expliquait Lucky Houdalakis, entraîneur du cheval: « À l’origine, il devait

courir le Gr1 sur le sprint. Sa rentrée a été désastreuse, alors on l’a remis

sur le gazon et c’était beaucoup mieux. Cette course était donc une bonne proie

pour lui. Mais la distance de 1.000m n’est pas sa meilleure distance. C’est un

peu court pour qu’il puisse faire sa meilleure valeur. »