Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix avranchin : cavalier seul de pokerdor

Autres informations / 09.03.2011

Prix avranchin : cavalier seul de pokerdor

Pouliche

de classe sur les haies, Protektion (Protektor) n’a rien pu faire dans le Prix

Avranchin. La pouliche de Gilbert Lenzi a dû se contenter du premier accessit à

vingt longueurs du lauréat Pokerdor (Martaline). Malheureux dans le Prix

Métatéro qui s’était résumé à un walk over, le pensionnaire de Yannick Fouin a

pris les devants dès le premier passage en face. Concentré sur ses sauts, il a

creusé progressivement une grande avance sur ses rivaux et, dès le tournant

final, la cause était entendue pour la victoire. Il ne pouvait plus être

rejoint. Pokerdor s’est donc montré séduisant pour réaliser son cavalier seul.

« L’autre jour, il a joué de malchance, nous a rappelé Yannick Fouin. Il avait

déjà bien couru à Enghien par le passé. Il gagne avec du style et le fait bien.

Il le fait à sa main, mais j’ai eu peur qu’il n’en fasse trop à l’avant. On va

être obligé de gravir les échelons. C’est un cheval à grande action, et je le

préfère sur un bon terrain comme celui d’aujourd’hui. D’ailleurs, je pense que

ses performances sont plus une question de terrain que d’hippodrome. » Vingt-quatre

heures après la démonstration de Pagera (Gentlewave) dans le Prix Gazala (B) à

Saint-Cloud, un nouveau représentant du tandem "Fouin-Pariente" a

fait impression –dans la première épreuve de la journée d’ailleurs – grâce à

Pokerdor qui pourrait avoir le profil d’un bon élément d’Enghien sur les gros

obstacles. Rappelons qu’il a fini troisième du Prix Christian de l’Hermite (L)

cet hiver à Cagnes.

PROTEKTION

AVAIT BESOIN DE CETTE COURSE

Plus

revu depuis sa quatrième place dans le Prix Bournosienne (Gr3), Protektion

faisait ses premiers pas sur les "gros" et, tout en sautant bien le

steeple-chase en course, elle n’a pas été dangereuse pour la victoire. « Elle

n’était pas encore prête et avait besoin de ça, nous a dit son entraîneur Guy Cherel.

Elle s’est bien comportée. Quant à Kadifette (Califet), sa faute au mur l’a

contrariée, mais elle aurait pu tout aussi bien finir à la même place  [3e, ndlr] sans cela. »

LE NEVEU

DE BERTRANICUS ET BECQ ADOREE

Élevé

par son propriétaire, Guy Pariente, Pokerdor est le neveu du bon et regretté

Bertranicus (Take Risks), deuxième du Prix de la Porte Maillot (Gr3) et

vainqueur du Prix Jacques de Brémond (L), et de Becq Adorée (Nombre Premier)

gagnante du Prix Frédéric de Lagrange (L), troisième du Prix de Royaumont (Gr3)

et sixième du Qatar Prix Vermeille (Gr1). Mère de Pokerdor, Becquarette (Nombre

Premier) a gagné cinq courses dont un gros handicap en fin de carrière pour les

couleurs de Guy Pariente qui l’avait eue dans une épreuve "à

réclamer".