Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix d’indy (gr3) : tanaïs du chenet entre en campagne

Autres informations / 20.03.2011

Prix d’indy (gr3) : tanaïs du chenet entre en campagne

Pour

cette troisième réunion dominicale consécutive sur l’hippodrome d’Auteuil,

c’est au tour des meilleurs hurdlers de 4ans de faire leur retour à la

compétition. L’occasion de revoir en piste la JDG Jumping Star Tanaïs du Chenet

(Poliglote), lauréate l’an dernier du Prix Cambacérès (Gr1). Depuis ses débuts

en compétition, la pensionnaire de Marcel Rolland a réalisé un parcours quasi

sans fautes. Elle n’a été battue qu’une seule fois, lors de sa rentrée

automnale dans le Prix Georges Pelat. Tanaïs du Chenet a ensuite remis les pendules

à l’heure et a même remporté le Gr1 de fin d’année dans un style éblouissant,

laissant ses premiers poursuivants à une quinzaine de longueurs. Très

impressionnante, elle n’a toutefois pas été élue meilleure 3 ans de l’année par

le magazine Courses & Élevage, distinction qui a été décernée à une autre

championne, Nikita du Berlais (Poliglote) qui l’avait nettement dominée dans le

Prix Georges Pelat. Malgré l’étonnement de l’entourage de Tanaïs du Chenet, sur

l’impression visuelle, Nikita du Berlais mérite son titre de meilleure 3ans.

Mais, d’un point de vue sportif, elle n’était pas au départ du Prix Cambacérès,

victime d’ennuis de santé, et cette distinction aurait alors dû revenir à la

représentante de Magalen Bryant. Les absents ont toujours tort, nous dit

l’adage, mais il ne s’est pas appliqué à Nikita du Berlais.

ESTORIL,

UN POULAIN EN DEVENIR

Le

protégé de Guy Cherel, Estoril (Enrique), s’est montré très impressionnant lors

de ses deux dernières sorties victorieuses à Auteuil. Facile vainqueur du Prix

Robert de Lipowski devant Taïkun Tino (Lost World), futur gagnant du Prix

Général de Saint-Didier (Gr3) à Enghien, Estoril a ensuite remporté aussi

facilement le Prix Chalet. Mais Estoril ne s’est imposé que sur des pistes

lourdes et il ne devrait pas trouver pareil terrain ce dimanche, sauf si la

pluie refait son apparition dans la nuit de samedi à dimanche. GUILLAUME

MACAIRE TENTE LA PASSE DE TROIS

Vainqueur

des deux dernières éditions du Prix Jacques d’Indy avec ses champions Bel la

Vie (Lavirco) et Long Run (Cadouda l ) , G u i l l a u m e Macaire présente

deux de ses pensionnaires. Ils arborent tous les deux la casaque rayée gris et

grenat de Jacques Détré et se présentent comme de bons outsiders. Commençons

avec la JDG Jumping Star Monpilou (Saint des Saints), très facile lauréat du

Prix Finot (L), qui se présente invaincu en trois sorties sur les balais. Mais

Monpilou n’est pas un cheval facile et, après ses débuts, il a fait quelques

difficultés. Son entourage l’a peut-être présenté un peu tôt dans la discipline

du steeple-chase, et le cheval s’est montré très tendu, voire stressé.

Guillaume Macaire a alors repris son bâton de pèlerin et lui a

"dégotté" un engagement facile à Pau, face à des anglo-arabes. Cette

course lui a redonné un peu de moral, et il s’est ensuite imposé relativement

facilement dans le Prix Camille Duboscq (L). Le travail de gestion de Guillaume

Macaire commence à payer avec Monpilou, il retrouve désormais Auteuil, où il a

connu ses désillusions, espérons qu’il n’appréhende pas trop l’échéance une

fois sur le champ de course. L’autre représentant de Jacques Détré est Titre en

Jeu (Robin des Champs), un poulain qui a remporté ses deux premières courses

sur les balais d’Auteuil. Titre en Jeu est très apprécié de son mentor et, par

péché d’orgueil, il a couru le Prix Chalet, ce qui représentait sa troisième

course en à peine plus d’un mois. Titre en Jeu a été nettement battu par

Estoril, mais n’a pas encore dit son dernier mot.

JEAN-PAUL

GALLORINI AURA AUSSI DEUX CHANCES DE BRILLER

Si

Jean-Paul Gallorini ne présente pas son champion Ceasar’s Palace (Voix du

Nord), l’impressionnant lauréat du Prix André Massena (L), l’entraîneur

cantilien sera toutefois doublement représenté dimanche. Katkovana (Westerner)

semble être sa meilleure chance, mais l’élève du Comte Pierre de Montesson est

plus une pouliche de terrain profond et pourrait alors être prise de vitesse.

Elle a toutefois signé quelques belles performances, se classant notamment

deuxième du Prix Bournosienne (Gr3), avant de triompher pour ses débuts en

steeple-chase dans le Prix Roger de Minvielle (L). À terme, la voie des gros

obstacles lui est promise, mais elle a suffisamment de classe pour remporter un

Gr3 sur les balais. Prince Pretender (Great Pretender), son deuxième atout, est

un gagnant du Prix Finot (L), qui s’est ensuite classé quatrième du Prix

Cambacérès. Il a déjà fait sa rentrée en 2011, en plat, de manière à s’ouvrir

un peu les poumons. C’est donc affûté et prêt à s’employer qu’il s’engage

aujourd’hui.