Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix rohan (l) : prince picard, le deuxième atout de marcel rolland

Autres informations / 07.03.2011

Prix rohan (l) : prince picard, le deuxième atout de marcel rolland

Sur les

cinq dernières éditions du Prix Rohan (L), Marcel Rolland en a remporté trois.

S’il était très attendu avec Amarak (War Chant) ce dimanche, c’est son deuxième

atout, Prince Picard (Sleeping Car) qui a eu le dernier mot. « Prince Picard

m’a beaucoup plu, j’ai trouvé le cheval très détendu, relax et il a fini avec

beaucoup de vitesse. J’avais demandé à son jockey de rester sage derrière car

il était totalement inédit, au contraire d’Amarak, qu’on a mis un peu plus à la

pointe du combat. On fera probablement le contraire la prochaine fois. Mais,

concernant Prince Picard, je trouve qu’il fait une très bonne performance car

c’est très difficile pour un cheval inédit de s’imposer dans ce type d’épreuve.

» Prince Picard est venu chercher son succès en finissant très vite sur ses

adversaires. Bon nombre d’entre eux avaient consommé la plupart de leur

"gaz" en tête du peloton, et seulement les plus durs ont pu tenir

jusqu’au bout pour se disputer les accessits. Prince Picard a préféré laisser

faire ses adversaires devant, se concentrant plus sur sa propre course. Et

lorsque Grégory Adam a ouvert les mains, c’est une fusée qu’ils ont vu filer

vers la victoire.

TIGER

VILLAGE SATISFAIT SON ENTRAÎNEUR

Très

appuyé par les parieurs, Tiger Village (Tiger Hill) se présentait dans ce Prix

Rohan comme un gagnant de gros handicap en plat. C’est donc avec une bonne

expérience des courses qu’il débutait en obstacle avec la confiance de son

entourage. Toujours à la pointe du combat, il s’est montré très dur pour finir,

mais n’a malheureusement pas pu contenir le retour de Prince Picard, tout en

faisant tout de même une très bonne ligne droite finale. « Il fallait qu’il

fasse une bonne valeur aujourd’hui, nous a confié Nicolas Millière. C’est quand

même un cheval qui a gagné un Quinté en plat. On est deuxième aujourd’hui, bien

entendu, j’aurais préféré gagner, mais on ne sera pas enfermé pour la suite. »

SUNNY

VIC N’ÉTAIT PAS PRÊTE

Troisième

de la course, Sunny Vic (Robin des Champs) défendait les intérêts de François

Belmont. La jument de 5ans restait sur une victoire en plat à Saint-Cloud dans

le Prix Chloris en terrain lourd au mois de novembre. Elle n’avait pratiquement

plus sauté à l’entraînement depuis le mois de mai et a pourtant franchi toutes

les difficultés sans faire une erreur. « Elle n’avait pas beaucoup de travail,

nous a dit François Belmont, mais elle est douée. On voulait la garder en plat

l’année dernière alors elle n’a pratiquement jamais sauté depuis plusieurs

mois. Ce qu’elle fait est très bien, elle va probablement se diriger vers le

Prix Hubert de Navailles désormais, une course que j’ai remportée l’année

dernière avec Boytard (Tôt ou Tard) qui avait fini, comme elle, à la troisième

place du Prix Rohan. »

UN

CERTAINMONSIEUR N’A PAS ABDIQUÉ

Contrairement

à Granitik (Intikhab) et Amarak, avec qui il a mené les débats, Un

Certainmonsieur (Timboroa) n’a jamais baissé de pied dans la phase finale et a

fini à une honorable quatrième place. Le pensionnaire de Mickaël Seror a mis en

oeuvre son sérieux sur les obstacles et ses qualités de cheval de plat pour finir.

« C’est un cheval très sérieux, nous a dit son entraîneur. Il est allé au bout

de son effort, sans craquer. Mais il paraissait un peu perdu durant le

parcours, changeant constamment de pied. Ce qui est probablement dû au fait

qu’il a pris les commandes des opérations de bonne heure, et qu’il découvrait

tout ce qui se présentait devant lui. »

LA

FAMILLE DE SUMMARY

Prince

Picard porte un nom trompeur puisqu’il a été élevé en Seine-et-Marne. C’est un

fils de Sleeping Car et Move Again (Noir et Or), une jument qui a gagné dans de

gros handicaps à Longchamp et à Auteuil. Il est le frère de Summer (Lomitas),

gagnante en haies et en steeple-chase. Summer est aussi la mère de Summary

(Ballingarry), un bon cheval d’Arnaud Chaillé-Chaillé, vainqueur du Prix de Pouilly

l’année dernière, avant de prendre la troisième place du Prix Robert Lejeune

(L), la quatrième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr3) et la sixième du Prix

Cambacérès (Gr1). Flying Machine (Lightning), la deuxième mère de Prince

Picard, est à l’origine de Boxing Day (Deep Roots), un multiple placé de

Groupes en plat sous les couleurs de l’écurie Wildenstein.