Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix rose de mai (l) : la forme a surpasse tout le reste

Autres informations / 20.03.2011

Prix rose de mai (l) : la forme a surpasse tout le reste

Le

regard sur le verdict strict du Prix de Rose de Mai (L) ne nous apprend pas

grand-chose en vue des grandes joutes à venir. Sur ses performances passées,

Peace of Oasis (Oasis Dream) n’avait pas une première chance, loin de là.

Cinquième du Prix Policeman (L) à Cagnes-sur-Mer, pourtant réputé moins relevé

que les premières Listeds parisiennes, elle a vraiment haussé son niveau pour

vaincre samedi. Jean-Claude Rouget n’était pourtant pas vraiment confiant avec

cette pouliche et il lui préférait nettement son autre pensionnaire, laJDG

Rising Star Don’t hurry Me (Hurricane Run), qui se classe, elle, deuxième.

Malgré le résultat de samedi, cette dernière a certainement un peu plus

d’avenir que Peace of Oasis.  Alors,

qu’est-ce qui a fait la différence samedi ? La forme, bien sûr, comme souvent

lors du retour des courses au mois de mars. Peace of Oasis avait l’avantage

d’avoir déjà couru deux fois cette année, et les prétendantes classiques

qu’elle affrontait faisaient leur rentrée. Jockey de Peace of Oasis, Christophe

Soumillon était d’ailleurs un peu surpris et disait après la course : « Je

n’étais pas du tout sûr de mon coup. D’ailleurs, je montais plutôt pour une

place. Je l’ai laissée aller à sa main et j’ai préféré rester à côté de

l’animatrice comme le rythme n’était pas très soutenu. Elle a placé une belle

accélération, mais heureusement que le poteau arrivait. Je sentais que j’avais

la mesure de l’animatrice, mais je ne savais pas comment les autres revenaient

sur moi. Je pense que c’est son maximum pour la distance. On a eu une course

pour nous, et elle a été très professionnelle. » À l’origine, il était prévu

que cette sortie soit la dernière de Peace of Oasis – gagnante à 2ans – et

qu’elle rejoigne le haras. Finalement, son entourage va peut être se raviser et

tenter l’aventure dans une course de Groupe.

TOUS LES

ESPOIRS RESTENT PERMIS AVEC DON’T HURRY ME

Gagnante

en fin d’année à Bordeaux de quinze longueurs, Don’t Hurry Me se présentait

avec l’étiquette de favorite. Engagée dans les Grs1 au contraire de sa compagne

d’entraînement, elle fait partie des espoirs au sein de l’effectif de

Jean-Claude Rouget. Brillante en partant, elle n’a pas démérité pour finir,

revenant terminer fort à la deuxième place. Propriétaire de cette pouliche,

Jean-François Gribomont nous disait après la course : « Elle avait sans doute

besoin de cette course et elle était moins affûtée que beaucoup des

concurrentes qu’elle rencontrait ici. La saison est encore longue, et on garde

tous nos espoirs avec elle. Ce n’était pas aujourd’hui qu’il fallait à tout

prix gagner ! Je suis quand même un peu triste du déroulement de la course.

L’allure n’a vraiment pas été sélective et, pour couvrir les premiers 1.000m,

elles ont mis trois secondes de plus que dans les autres courses. Cela ne l’a

pas avantagé, car elle a un peu de fond. Elle a été allante, mais a tout de

même fait un bon bout. » Jockey de Don’t Hurry Me, Ioritz Mendizabal ajoutait

pour sa part : « J’aurais pu aller devant, mais cela n’aurait pas été bon pour

l’avenir de la pouliche. Elle était un peu fraîche, et j’ai trouvé qu’elle

avait bien accéléré. »

SKALLET

DEVIENT BLACK TYPE

Pour sa

quatrième sortie, Skallet (Muhaymin) a assuré l’essentiel pour sa future

carrière de poulinière : elle est devenue black type. Battue finalement de peu

pour un meilleur classement après avoir animé l’épreuve, elle permet à son

père, Muhaymin (A.P. Indy), de se mettre en avant une nouvelle fois. Elle est

le deuxième cheval black type de cet étalon prometteur qui est aussi le père

d’Action Chope, gagnant l’an dernier du Prix Saraca, une Listed pour 2ans.

Skallet domine Halo de Lune (Halling), qui court bien et donne raison à son

entourage qui a tenté sa chance dans cette épreuve après avoir gagné facilement

un petit maiden à Lyon.

LES

BATTUES NE SONT PAS ENCORE CONDAMNABLES

Quelques

pouliches battues ont réalisé une performance qui apparaît plutôt décevante, vu

la qualité d’ensemble du lot. On pense en particulier à Solémia (Poliglote),

seulement cinquième. Elle n’a pas eu un très bon parcours, étant tout le temps

"parquée" en dehors. Bonne gagnante de sa "B" à 2ans, on

attendra de la revoir et, sur cette seule performance, elle n’est pas

condamnable.

AUX

ORIGINES DE PISTOLET BLEU

Élevée

par l’écurie D., Peace of Oasis est le deuxième produit de Peace Fonic (Zafonic),

une jument qui a remporté son maiden à 3ans sur 2.500m à Chantilly. Peace Fonic

est la soeur de la bonne Peace Dream (Linamix), qui s’est classée cinquième de

la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) de Darjina (Zamindar), avant de prendre la

troisième place d’une Listed à Bordeaux. Sa troisième mère, Pampa Bella

(Armos), a remporté le Prix Pénélope (Gr3), avant de prendre les troisièmes

places des Prix Saint Alary et de Diane (Grs1). Pampa Bella est ensuite devenue

au haras la mère de Pistolet Bleu (Top Ville), un représentant de Daniel

Wildenstein, qui a remporté le Critérium de Saint-Cloud et le Grand Prix de

Saint-Cloud (Grs1) et qui s’est classé troisième du Prix de l’Arc de Triomphe

(Gr1), avant de devenir étalon.