A l’assemblee generale des actionnaires du galop

Autres informations / 05.04.2011

A l’assemblee generale des actionnaires du galop

Lors de

l’A.G. du 5 mars, la présidente, Corine Barande-Barbe, rappelle que, par leur

action, les Actionnaires du galop exercent une vigilance salutaire sur les

différents projets présentés par la direction au comité de France Galop. Ainsi,

certaines dérives, en particulier budgétaires, dont les propriétaires feraient

les frais, peuvent-elles être évitées ou minorées. Et l’idée d’une réforme du

juridictionnel semble faire son chemin, avec l’élection nominative des

commissaires pour quatre ans. L’assemblée ressent un malaise profond et

inquiétant pour l’avenir à la fois chez les propriétaires et les éleveurs. L’analyse

des indicateurs de la filière a été sans cesse repoussée : il est souhaité

d’urgence un état des lieux et des solutions concrètes. L’augmentation des

allocations est la grande priorité sans occulter les améliorations de survie indispensables

sur le terrain.

IMPLICATIONS

DE L’OUVERTURE ET ROLE DU PMU

Les

conséquences de l’ouverture semblent positives, mais le rôle accru du PMU

souffre d’une regrettable déconnexion d’avec les impératifs des acteurs.

L’application récente des articles de la loi concernant les entraîneurs et les

agents est commentée et des conflits d’intérêt sont évoqués. Le budget

publicité du PMU 2010 est ressenti comme exorbitant en regard de celui des

sociétés de courses. Qu’en sera-t-il pour 2011 ? Une transparence totale du PMU

et de France Galop est souhaitée, jusqu’aux grilles des salaires.

COMMUNICATION             

Rappel

des deux axes principaux : la transparence, et la volonté de mettre en oeuvre

une rénovation plus rapide, l’institution manquant de réactivité.

DROITS

ET PROTECTION DES ACTEURS - LES MANDATS

Il est

convenu d’exiger de France Galop qu’aucun prélèvement de pourcentage sur les

gains ne puisse plus être effectué sur le compte des membres par les

associations de propriétaires et éleveurs sans disposer d’un mandat à cet

effet, comme c’est le cas, d’après un contrôle effectué sur un échantillon

d’adhérents. Les fonds ainsi récoltés alimentent ensuite les campagnes électorales,

créant une disparité. Il est stupéfiant que cette pratique d’enrôlement systématique

et parfois involontaire continue ! Beaucoup de membres de France Galop ne sont

même pas au courant de la ponction dont ils font les frais chaque année.

LES

CONFLITS : PREVENTION ET RESOLUTION

Les

récentes polémiques mettant à jour des dysfonctionnements, des questions se

posent : peut-on être à la fois transporteur de chevaux et décideur au C.A. qui

organise la régionalisation des courses ? Peut-on, de même, être à la fois

propriétaire, agent de jockeys et opérateur de paris ? Pour protéger l’intérêt

général, la présidente propose de demander la mise en place d’une commission, à

France Galop, chargée de veiller à éviter les conflits d’intérêt au sein de

l’institution, et en particulier au conseil d’administration.  Les vice-présidents proposent aussi la mise

en place d’une commission de médiation à France Galop pour la gestion des

conflits internes, afin de garantir aux acteurs l’écoute, puis les réponses

auxquelles ils ont droit. 

LA

CONCURRENCE PARIS/PROVINCE ET ETRANGERE, LES TRANSPORTS

Les

propriétaires parisiens se sentent isolés et surtaxés. L’application disparate

des lois sociales et de la convention collective creuse un fossé : Paris

fournit 45 % des partants P.H.H. avec 30 % des chevaux et 48 % des salariés du

territoire. De plus en plus de chevaux viennent de l’étranger occuper des boxes

en meetings, ou stationnent discrètement à Chantilly, sans subir les mêmes

taxes que les chevaux officiellement entraînés en France. D’où une inégalité de

traitement. Et une "injustice" : ces chevaux venus de l’étranger où

les dotations sont plus faibles viennent souvent courir dans une catégorie très

inférieure à leurs aptitudes. On voit des chevaux de Listed courir des réclamers.

En cas d’éliminations, ne devraient-ils pas être écartés avant les autochtones

? Le programme pourrait-il les "obliger" à courir à leur niveau ? Les

primes de transport augmentent de façon exorbitante, grevant le budget des

allocations… Doit-on les supprimer ? La réinjection de ce budget en prix de

courses ferait surtout l’affaire des concurrents venus de l’étranger et

risquerait de réduire le nombre des partants et le montant des enjeux. Il faut

d’abord mettre le budget à plat et définir avec les acteurs les priorités

productives.

LES

ELECTIONS

La

réflexion sur les candidatures nationales, régionales, des Actionnaires est

entamée. Pour des raisons obscures, les dirigeants en place ayant décidé de

maintenir le scrutin de listes, il faut s’attendre à une campagne électorale

négative et contre productive : toujours la même bataille de clans qui

paralysent le travail et la construction. Les Actionnaires du galop veulent

arbitrer les débats en défendant l’intérêt général. On constate de graves

dissensions dans l’association majoritaire, des "combines" y sont

dénoncées et nous avons été contactés pour former des listes régionales

transparentes. La communication via nos adhérents régionaux se développe. Notre

interactivité est notre force : nos outils, en proportion avec nos moyens, sont

légers et peuvent être développés : notre site internet ainsi que le Blogalop

sont des vecteurs utiles, la page Facebook est appelée à évoluer. Chaque

adhérent peut créer de nouvelles vocations d’Actionnaires du galop. L’assemblée

générale est l’occasion de réaffirmer notre liberté de pensée et notre

indépendance …Notre système initial de fonctionnement est unique, avec une

seule cotisation à l’année, incluant l’assurance et excluant, contrairement aux

autres associations, tout prélèvement automatique d’un pourcentage sur les

gains en course de nos adhérents. Une différence très symbolique de notre

priorité de défendre les intérêts des propriétaires et éleveurs en toute

transparence. Selon ce principe du volontariat, nos adhérents qui le souhaitent

peuvent soutenir l’association Actionnaires du galop pour les élections 2011,

télécharger leurs bulletins d’adhésions et bien sûr correspondre via le site

www.actiongalop.com et le Blogalop : http://actionnairesdugalop.blogspot.com/

Membre

actif : cotisation de 60 € par an - Membre bienfaiteur (100 € ou + par an)

Assurance

responsabilité civile : tarif forfaitaire de 10 €/an

Adhésion

+ assurance = 70 € ou 110 € si bienfaiteur.

Actionnaires

du galop – 40 avenue de la Grande Armée – 75017 Paris »

Communiqué

de presse