L’arrosage des hippodromes en province

Autres informations / 14.04.2011

L’arrosage des hippodromes en province

De

nombreux hippodromes de première catégorie accueillent des réunions P.H.H. et

P.M.H. tout au long de l’année. De nombreux professionnels (entraîneurs et

jockeys) ont remarqué que l’arrosage et l’entretien des pistes ne se faisait

que lors des réunions P.H.H. (ex PMU). Adrien Lacombe, entraîneur d’obstacle à

Senonnes (49), a souhaité réagir à ce sujet :

« Le 10

avril dernier, j’avais un partant en plat sur l’hippodrome de Saint-Malo en

réunion P.M.H. Le terrain était affreusement dur et n’avait pas du tout été

arrosé au préalable. La société est pourtant pourvue d’un système d’arrosage

automatique. Ceci n’est pas normal. Rappelons que c’est un hippodrome de

première catégorie et, qui plus est, un Pôle national. Mais ceci n’est qu'un

exemple parmi tant d’autres ! Ce que je trouve anormal, c’est que nous,

entraîneurs, nous engageons nos pensionnaires sur ces hippodromes dans le but

d’avoir du bon terrain. Sur les petits hippodromes, aux moyens limités, nous le

savons d’avance : les terrains ne peuvent pas toujours être bien praticables.

Mais lorsque nous venons à Saint-Malo ou sur un autre hippodrome de première

catégorie, NON ! Il n’est pas normal de trouver de telles conditions de

terrain. Nous avons tous des propriétaires qui investissent beaucoup d’argent

dans les chevaux de course et qui ne souhaitent pas voir leurs protégés blessés

au bout de deux courses. Car, à répétition, les terrains trop légers, ne sont

évidemment pas bons pour les membres de nos chevaux, nous le savons. C’est une

forme de respect à avoir. Entraîneurs et jockeys, nous sommes sanctionnés à

chaque faute par France Galop. Pourquoi pas les hippodromes? Que fait la

société mère ? Tout ceci est inadmissible. »