Le chef de race est mort mardi apres-midi : sadler’s wells : 1981-2011

Autres informations / 27.04.2011

Le chef de race est mort mardi apres-midi : sadler’s wells : 1981-2011

Sadler’s

Wells s’est éteint mardi après-midi, de mort naturelle, dans son paddock

irlandais de Coolmore Stud. Il avait 30ans. Il aura été, avec Danzig (mort en

2006), le meilleur continuateur de l’inégalable Northern Dancer au haras. « One

of the most influential stallions of all time » (un des étalons les plus

influents de tous les temps) a écrit le Racing Post mardi soir. Quelques

chiffres suffisent à dire le poids qu’il aura eu sur l’élevage européen :

quatorze titres de champion sire en Angleterre et en Irlande ; trois en France

et trois aux États-Unis ; 293 stakes winners et 74 gagnants individuels de Gr1.

Et, évidemment,  ses fils et filles ont

gagné tous les classiques…même si le Derby d’Epsom lui a résisté jusqu’au

succès de Galileo en 2001. C’est amusant, car Sadler’s Wells lui-même – qui

courait sous la casaque de son éleveur, Robert Sangster (Swettenham Stud) –

n’avait pas couru le Derby. Vincent O’Brien avait préféré y aligner El Gran

Senor (finalement battu par Secreto). Sadler’s Wells, lui, avait pris la

direction de la France, pour disputer le Prix du Jockey Club 1984. Et le fils

de Northern Dancer passa tout près de la victoire dans cette édition de légende

de notre derby : 1er Darshaan, 2e Sadler’s Wells, 3e Rainbow Quest !

Si les derbies sont bien faits pour sélectionner les futurs reproducteurs, que

dire de ces 2.400m du 3 juin 1984 ?! Au haras, Sadler’s Wells dépassera les

excellents Darshaan et Rainbow Quest…notamment par l’habileté de ses

propriétaires. En effet, Sadler’s Wells consacrera et symbolisera la domination

de Coolmore Stud sur le marché du sperme de pur-sang en Europe. Robert Sangster

et John Magnier porteront Sadler’s Wells au pinacle et l’étalon le leur rendra

au centuple – jusqu’à sa dernière journée de monte le 13 mai 2008.  Le patron opérationnel de Coolmore, Christy

Grassick, a dit au Racing Post : « Il était, sans aucun doute possible, le

meilleur étalon que l’Europe ait jamais connu. Il laisse un héritage formidable

à Coolmore avec ses fils Galileo et Montjeu, et ses petits-fils Hurricane Run

et Rip Van Winkle. » Enfin, pour l’anecdote, rappelons que le nom de Sadler’s

Wells fait référence à un des plus anciens théâtres de Londres, fondé en 1683

dans le district d’Islington. Et, par esprit de suite, ce quartier d’Islington

a lui-même donné son nom à l’une des meilleures femelles nées de Sadler’s

Wells.