Le vase d’argent – 3e etape du defi du galop (l) : aizavoski goute aux joies de la province

Autres informations / 30.04.2011

Le vase d’argent – 3e etape du defi du galop (l) : aizavoski goute aux joies de la province

Aizavoski

(Monsun), à 5ans, ne connaissait jusqu’à présent que les hippodromes parisiens.

Vendredi, il a effectué son premier grand voyage pour se rendre à Toulouse et y

disputer le Vase d’Argent, 3e étape du Défi du Galop (L). Loin de ses terres,

le représentant de l’écurie Wildenstein en a profité pour remporter la première

course principale de sa carrière, ce que curieusement, ce cheval qui n’est

jamais « sorti de l’argent » et qui s’est classé à deux reprises troisième de

Gr2, n’était jamais parvenu à faire. Et pourtant, le terrain léger qu’il a

découvert à Toulouse n’a pas servi ses intérêts, comme l’a expliqué Christophe

Soumillon : « Il est plus à l’aise sur des terrains bien souples voire lourds,

mais je savais qu’il était très bien en ce moment. Pour se rendre au départ, il

ne touchait pas terre ! Je l’ai laissé aller devant, et il avait très belle

action, tout en étant très détendu. Ensuite, en début de la ligne droite, il a

accéléré franchement, et a mis un vrai uppercut à ses rivaux. C’est ce qui fait

sa force : être capable de mener tout en accélérant pour finir. Je pense qu’il

sera capable de gagner son groupe cette année s’il trouve du terrain lourd. »

Elie Lellouche a quant à lui évoqué la suite du programme de son protégé avec

nous : « Il n’est pas impossible qu’il poursuive le Défi du Galop… Il l’air en

effet de bien voyager ! » Parmi ses concurrents touchés mais pas coulés, Zibimix

(Linamix), qui l’a toujours suivi dans le parcours, garde une bonne deuxième

place. Le gris n’avait pas été revu depuis le meeting de Dubai. Livandar

(Fantastic Light), qui restait sur une série de quatre succès, tous acquis sur

des PSF (dont le Grand Prix de la Riviera (L) à Cagnes, dernière étape du Défu

du Galop 2010) a bien conclu pour venir prendre la troisième place. Il montre

qu’il n’est pas uniquement un cheval de sable.

LUMINEUX

4E SEULEMENT

Lumineux

(Motivator), très en vue en raison notamment de sa sixième place dans le

dernier Jockey-Club (Gr1), a été décalé à l’extérieur par Olivier Peslier en

début de ligne droite mais n’a pas été en mesure d’accélérer efficacement et

doit se contenter d’une décevante quatrième place. La grande famille « a » des

Bleus Aizavoski est issu de l’une des meilleures souches Wildenstein, celle

d’Almyre (Wild Risk). La famille a brillé début avril à Longchamp par le biais

de la JDG rising star Andromeda Galaxy (Peintre Célèbre), impressionnante

lauréate du Prix Chaillot. La pouliche n’est autre que la soeur d’Aizavoski.

Altamira (Peintre Célèbre), le premier produit d’Arlésienne (Alzao), avait

également montré de la qualité en course, prenant la deuxième place du Prix de

Boulogne (L) sur 2.000 mètres. Le fait de gloire d’Arlésienne a été une

troisième place dans le Prix de Flore (Gr3). La poulinière doit mettre bas une

propre soeur ou un propre frère d’Andromeda Galaxy cette année. Quant à la

quatrième mère d’Aizavoski, Almyre (Wild Risk), elle a réellement tracé au

haras en donnant Art Bleu (Legend of France), Ashmore (Luthier), gagnant du

Prix de Chaudenay (Gr2), Acoma (Rheffic) et enfin Albertine (Irish River), la

deuxième mère d’Arlésienne. Albertine a produit le champion Arcangues (Sagace),

lauréat du Prix d’Ispahan mais aussi du Breeder’s Cup Classic (Grs1), ainsi

qu’Agathe (Manila), gagnante du Prix de Psyché (Gr3) et Alamo Bay (Nureyev).