Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix de chaillot (f) : andromeda galaxy evolue sur une autre planete

Autres informations / 04.04.2011

Prix de chaillot (f) : andromeda galaxy evolue sur une autre planete

Le Prix

de Chaillot (F) est une épreuve convoitée pour les inédites de 3ans. Les

lauréates ne répètent pas toujours,  mais

le style du succès d’Andromeda Galaxy (Peintre Célèbre) laisse penser que

l’avenir de cette "bleue" sera rose. Christophe Soumillon en est

convaincu : « Disons qu’elle est à classer plutôt parmi les bonnes que les

moins bonnes gagnantes de ce maiden. » Pour nous également, et c’est donc en

toute logique que nous lui attribuons une JDG rising star. Après avoir galopé

au sein du peloton, en épaisseur, Andromeda Galaxy a en effet dévoilé une

longue accélération dans la phase finale, en allant bien droit, se montrant

déjà très "pro" pour ses premiers pas. Il faut dire que la pouliche

d’Élie Lellouche a déjà un certain métier derrière elle, car, comme le confie

son entraîneur, elle aurait dû débuter plus tôt : « Je voulais la courir dans

le Prix des Marettes, l’été dernier à Deauville, mais elle a souffert d’une

jarde, et nous l’avons donc arrêtée. Elle travaille bien le matin, se montrant

très sérieuse. Elle n’est pas encore fleurie, et devrait donc progresser

là-dessus. Elle a tous les engagements classiques, et c’est évidemment une

pouliche estimée au sein de l’écurie. » Christophe Soumillon expliquait quant à

lui : « Elle s’est montrée un peu verte à la sortie des boîtes et a fait

quelques écarts dans la distance. Mais ensuite, elle s’est montrée sérieuse.

J’ai préféré la décaler dans la ligne droite pour qu’elle ait ses aises, car

elle a une grande action et une longue accélération. Elle le fait assez facilement.

»

LA

SURPRISE DALARUA

L’autre

bonne note de la course est à mettre au crédit de Dalarua (King’s Best), qui a

longtemps galopé en dernière position, avant de venir bien conclure, à

l’extérieur. Stéphane Wattel était agréablement surpris par les débuts de sa

pouliche. « Oui, je suis étonné, dans le bon sens, et c’est mieux ainsi ! Elle

ne travaillait pas de façon très impressionnante le matin. J’avais demandé à

son jockey d’attendre, car je craignais que la distance ne soit un peu longue,

surtout sur une piste assouplie. Je l’ai reçue yearling, mais ne l’ai débutée

que maintenant. Elle n’est pas issue d’une famille spécialement précoce. »

Dalurua a mis beaucoup de temps pour entrer dans sa stalle, mais son entraîneur

nous a indiqué qu’elle ne posait pas ce genre de problème le matin.

Testostérone (Dansili) a également fourni un effort prometteur, à l’extérieur,

alors qu’elle avait galopé à la corde, en troisième ligne, s’élançant de la

stalle numéro un. Pascal Bary était satisfait des débuts de sa pensionnaire : «

Je suis très content d’elle. Ce sont des débuts prometteurs, d’autant plus

qu’elle a attendu longtemps dans sa boîte, étant rentrée parmi les premières.

Elle va recourir un maiden dans trois semaines. La préférence des produits de

Dansili pour des pistes rapides n’est pas une règle absolue, il faut aussi voir

le "papier" maternel, et celle-ci est issue d’une fille de Sadler’s

Wells. L’état de la piste ne semble pas avoir été un réel problème pour elle. »

LA

FAMILLE D’ARCANGUES

Elevée

par Dayton Investments, Andromeda Galaxy est une soeur du tout bon Aizavoski

(Monsun), qui a montré beaucoup de tenue en se classant troisième du Prix Niel

(Gr2), mais aussi du "Chaudenay" (Gr2) sur 3.000 mètres. Altamira, le

premier produit d’Arlésienne (Alzao), une propre-soeur d’Andromeda Galaxy,

avait également montré de la qualité en course, prenant la deuxième place du

Prix de Boulogne (L) sur 2.000 mètres. Le fait de gloire d’Arlésienne a été une

troisième place dans le Prix de Flore (Gr3). La poulinière doit mettre bas une

propre soeur ou un propre frère d’Andromeda Galaxy cette année. La pouliche est

une digne descendante de l’une des meilleures souches Wildenstein, celle

d’Almyre (Wild Risk), mère d’Art Bleu (Legend of France), Ashmore (Luthier),

gagnant du Prix de Chaudenay (Gr2), Acoma (Rheffic) et Albertine (Irish River),

la deuxième mère d’Arlésienne. Albertine a produit le champion Arcangues

(Sagace), lauréat du Prix d’Ispahan mais aussi du Breeder’s Cup Classic (Grs1),

ainsi qu’Agathe (Manila), gagnante du Prix de Psyché (Gr3) et Alamo Bay

(Nureyev).