Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix de fontainebleau (gr3) : glaswegian decouvre le haut niveau par la grande porte

Autres informations / 25.04.2011

Prix de fontainebleau (gr3) : glaswegian decouvre le haut niveau par la grande porte


 

Le Prix

de Fontainebleau (Gr3) était très attendu, il confrontait les meilleurs 3ans

français sur la distance du mile et devait être riche en enseignements. Son

verdict est encore très flou. Son lauréat, Glaswegian (Selkirk), s’essayait pour

la première fois à ce niveau et la course a été décapitée par un déroulement

particulier. Dans les quatre cents premiers mètres, pratiquement l’intégralité

des jockeys étaient débout sur leurs étriers de façon à retenir leur monture,

jusqu’à ce que le concurrent britannique Hung Parliament (Numerous) prenne le

commandement. Il y a eu des coups durant le parcours, des malheureux,  et finalement une arrivée qui s’est jouée sur

un coup de dés. Elle aurait même probablement été différente avec un autre déroulement.

Mais rendons à César ce qui lui revient de droit car Glaswegian ne doit son

succès à personne. D’autant plus que la ligne droite de Glaswegian dans le Prix

Machado (B, 2e) annonçait une victoire prochaine. En position d’attentiste, il

a semblé pris de vitesse mais n’a finalement jamais cédé. Une fois bien lancé,

il est allé au bout de son effort et a remporté son Gr3 au terme d’une arrivée

qui s’est jouée dans un mouchoir de poche. « J’avais déjà eu de bonnes

sensations pour sa rentrée, a confié Stéphane Pasquier. Il avait fait une

remarquable ligne droite. Aujourd’hui, il confirme qu’il est un très bon

cheval. C’est un poulain assez lourd, ce qui explique qu’il mette plus de temps

pour s’élancer. Mais lorsque le tracteur est en action, il avance et ne

s’arrête jamais. » Le tracteur, c’est évidemment Glaswegian, dont le nom

représente le gentilé de la ville de Glasgow. Ce cheval compact est un fils de

l’étalon de Lanwades Stud, Selkirk (Sharpen Up), qui réalise d’ailleurs un beau

couplé puisque son autre fils, Rosanabad, est revenu de l’arrière-garde pour

s’emparer de la deuxième place dans les dernières foulées. « Visiblement, il a

le niveau de ces courses, nous a dit Jean-Claude Rouget. On verra plus tard ce

que l'on va faire avec lui. Mais, c'est certain, sa sortie est très

prometteuse. » Le programme de Rosanabad n’était pas encore tout à fait défini.

Pour l’instant, il a toujours couru sur la distance du mile et pourrait bien y

rester encore une fois de plus.

LES

MALHEURS DE TIN HORSE

Le

protégé de Didier Guillemin et JDG Rising Star Tin Horse (Sakhee) a fini à une

très bonne troisième place et peut avoir quelques regrets. Il a été malheureux

à plusieurs reprises. Au départ, il a beaucoup tiré, comme la plupart de ses

adversaires, puis a réitéré lorsque son meilleur rival, la JDG Rising Star

Maiguri (Panis) est venu à ses côtés. Dans la ligne droite, son entourage a

vécu un véritable cauchemar. Coincé dans le sillage de ses rivaux, il n’a

jamais vraiment pu s’exprimer mais a terminé son parcours à une demi-longueur

du gagnant. « Le cheval court très bien, c’est vraiment dommage qu’il n’y ait

pas eu de rythme, confie son mentor. Il a tiré comme les autres puis a été très

malheureux dans la ligne droite. Mais il fait quand même un bon bout quand ça s’est

ouvert. Je crois qu’il avait le niveau pour s’imposer aujourd’hui et je suis un

peu déçu que ça ne soit pas le cas. »

QUID DES

FAVORIS ?

La JDG

Rising Star Barocci (Deep Impact) et Salto (Pivotal) étaient les deux favoris

de ce Prix de Fontainebleau. Ils découvraient tous les deuxLongchamp et se sont

contentés  respectivement des quatrième

et sixième places. Le premier nommé a fait un temps figure de potentiel

lauréat, mais a butté sur la ténacité de ses rivaux qui sont bien plus

expérimentés, comme l’a souligné Élie Lellouche : « Il a été obligé de sortir

un peu tôt, car il était derrière Maiguri qui ne progressait plus vraiment.

Dans la Poule d'Essai, il devrait y avoir plus de rythme, cela va l'avantager.

Il manque encore un peu d'expérience.Ce n'était que sa troisième sortie. »

Quant à Salto, qui restait sur une deuxième place dans le Critérium

International (Gr1), il a fourni son effort en pleine piste, mais n’a pu être

vraiment menaçant. « C'est une bonne course de rentrée, nous a dit Pierre-Yves Bureau,

le racing manager de l’écurie Wertheimer & Frère. Il n'est pas ridicule et

Freddy Head a toujours dans l'idée de courir la Poule d'Essai avec lui. Il

découvrait Longchamp et le tracé ne lui a pas posé trop de problème, même s'il

a fait une faute, à un moment, dans la descente. C'est un cheval un peu

imposant et il avait certainement besoin de cela. »

LE NEVEU

D’ETOILE MONTANTE

L’élève

de Juddmonte Farms est né de Selkirk et Starfan (Lear Fan), une pensionnaire de

John Gosden qui s’est classée quatrième du Prix Marcel Boussac (Gr1), ce qui

constitue sa meilleure performance. Glaswegian est son quatrième produit, elle

avait auparavant donné naissance à Fan Club (Zamindar), qui a pris part à

l’arrivée de cinq de ses sept sorties sous la férule de David Smaga. Glaswegian

est aussi le neveu d'Étoile Montante (Miswaki), lauréate du Prix de la Forêt,

deuxième du Prix Marcel Boussac (Gr1) de Six Perfections (Celtic Swing), et du

Prix Maurice de Gheest mais aussi troisième de la Poule d’Essai des Pouliches

(Grs1).