Prix du finistere : polyfleur avec une bonne marge de manoeuvre

Autres informations / 12.04.2011

Prix du finistere : polyfleur avec une bonne marge de manoeuvre

Cinquième

en débutant dans le Prix d’Essai des Pouliches, Polyfleur (Poliglote) a ouvert

son palmarès à l’issue du Prix du Finistère. La pouliche de Guillaume Macaire

s’est imposée assez facilement, non sans faire preuve d’un peu de caractère. En

effet, la fille de Poliglote (Sadler’s Wells) a tenté de dérober à plusieurs

reprises, une première fois dans le tournant du chemin de fer et une seconde

fois dans la phase finale, où elle a fait un petit écart vers la lice.

Polyfleur a du tempérament mais aussi de la classe. Elle a sans doute encore

besoin de se montrer moins fougueuse pour tenter sa chance à Auteuil, mais

semble avoir le "gaz"nécessaire pour y faire de bonnes valeurs.

Durant le premier tour, elle a évolué dans le sillage de Miss Lino (Trempolino)

avant de prendre la voie de la corde dans la ligne d’en face. C’est à ce

moment-là qu’elle a pris les commandes des opérations et ne les a ensuite plus

lâchées. Elle devance finalement Under (Le Malemortois), qui a montré

d’importants progrès, et Miss Lino. Gaspatir (Muhtathir) a couru très sagement

dans le sillage des animatrices et a fini dans le proche sillage du trio de

tête, laissant les autres poursuivantes à bonne distance.

UNE

BONNE FAMILLE D’OBSTACLE

Polyfleur

a été élevée par Salomon Benaroche, elle est née de Poliglote et Fleur d’Ajonc

(April Night), une jument qui s’est montrée très régulière dans la catégorie

des handicaps en plat, participant à l’arrivée de vingt-cinq de ses

trente-trois sorties. Elle est la mère de deux chevaux d’obstacle qui ont

évolué chez Guillaume Macaire, Les Petits Carrés (Mansonnien), qui s’est classé

deuxième du Prix de Pouilly à Auteuil, et Solotremp (Trempolino), qui a gagné

en haies et en steeple-chase. Notons aussi que Polyfleur a une propre soeur

yearling nommée Polid’ajonc.