Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix murat (gr2) : polar rochelais frappe un grand coup, rubi ball chute au rail ditch

Autres informations / 17.04.2011

Prix murat (gr2) : polar rochelais frappe un grand coup, rubi ball chute au rail ditch

C’est

une course à deux visages à laquelle nous avons assisté dans le Prix Murat

(Gr2). D’un côté le grand favori, Rubi Ball (Network), a laissé ses chances

s’envoler en effectuant une grosse faute au rail ditch. Il a alors fait tomber

David Cottin. Stupeur dans les tribunes où personne ne voyait le champion de la

famille Papot battu. Mais, comme l’a dit Patrick Papot : « Les courses, surtout

en obstacle, il faut les courir. » L’entourage de Polar Rochelais (Le Balafré)

le sait très bien. L’an dernier, après la chute de Remember Rose (Insatiable),

grand favori, dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le champion de

l’écurie des Dunes s’était imposé facilement dans l’épreuve reine. Mais il

n’avait pas volé sa victoire, tout comme il ne l’a pas volée ce dimanche. «

C’est un phénomène », a avoué Jérôme Zuliani, jockey de Polar Rochelais, après

l’épreuve. Et il a démontré qu’il était toujours au top sur un bon terrain qui

l’améliore encore. Après que sa course de rentrée avait été reculée pour qu’il

soit vraiment au top, "Polar" était finalement reparu dans le Prix

Troytown (Gr3), prenant une prometteuse quatrième place, sans forcer. Sur la

pente ascendante,  il a fourni sa

meilleure valeur. Attentiste dans le sillage de Rubi Ball, il était encore loin

du fougueux animateur Pibrac (Spadoun) à l’entrée de la ligne droite, mais

celui-ci a plafonné. Polar Rochelais est alors venu chercher Doumaja (Cadoudal)

qui avait tenté de "faire le trou"entre les deux derniers obstacles.

Et il l’a battu au sprint pour finir. « Il est monté en puissance, même s’il

n’est pas encore à fond, nous a dit Patrice Quinton, entraîneur de Polar

Rochelais. On n’a jamais douté de lui. Il devrait aller directement sur le

"Grand Steeple" et éviter le Prix Ingré (Gr2). Il va décompresser

huit jours, maintenant, avant qu’on le reprenne. »

LE PRIX

INGRÉ DEVIENT UNE POSSIBILITÉ POUR RUBI BALL

Si tout

s’était passé comme prévu, après ce Prix Murat, Rubi Ball aurait dû aller

directement sur le "Grand Steeple". Mais sa faute et la chute de son

cavalier remettent en question le programme établi. Patrick Papot nous a confié

: «Il n’est pas impossible qu’il coure le Prix Ingré. Il a manqué de vitesse en

arrivant sur le rail ditch et cela ne pardonne pas. » La faute de Rubi Ball au

rail ditch rappelle celle qu’il avait commise à la douve lors de son succès

dans le Grand Prix de Pau (Gr3) 2010, où il avait su se relancer pour aller

l’emporter. Mais le rail ditch n’est pas la douve et la moindre erreur ne

laisse que peu de chance de se rétablir. David Cottin a confié après la course

: « Je n’ai pas réussi à l’avoir devant moi pour sauter. Mais ce n’est pas

grave. C’est le meilleur et il le prouvera dans le "Grand Steeple". »

DOUMAJA

ÉGAL À LUI-MÊME, PISTOLET ROUGE CONFIRME SON TALENT

Comme

dans le Prix Troytown, Doumaja a fait sa course, terminant deuxième. Entre les

deux derniers obstacles, il a fait illusion avant de tomber sur un Polar

Rochelais à son zénith. Guy Cherel nous a déclaré à son sujet : « Il court

bien, même s’il a été un peu vite devant. Il est bien reparti sous l’attaque de

Polar Rochelais mais il l’a pris de vitesse. 

Je le trouve mieux que l’an dernier même s’il n’a pas encore gagné. Il

finit mieux. » L’an dernier, Doumaja avait gagné les Prix Robert de Clermont

Tonnerre (Gr3) et Ingré.  Il lui reste

encore cette dernière épreuve pour passer le poteau en tête avant le

"Grand Steeple". Nouveau venu pour l’entraînement de Guy Cherel dans

les préparatoires au Gr1 du 29 mai, Pistolet Rouge (Polish Summer) a toujours

mené la chasse derrière Pibrac et Rubi Ball. Il s’est donné sans compter, mais

a réussi à conserver courageusement la troisième place. « Il a fait le travail

pour les autres, nous a dit son mentor. C’est un cheval d’avenir mais il s’est

"pris" une course et on va y aller calmement avec lui. »

POLAR

ROCHELAIS, UN PEDIGREE POUR L’OBSTACLE

Polar

Rochelais se montre digne de ses origines. Il est en effet le frère de Sire

Rochelais (What a Joy), vainqueur de dix de ses dix-huit sorties sur les

obstacles dont la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Guy Cherel, qui

l’entraînait, nous avait expliqué : « C’était un sauteur qui avait beaucoup de

classe de plat mais il se montrait très brutal. Il était très bon et possédait

une classe de plat incroyable. Il s’entraînait par exemple avec Fleur du Manoir

(Gairloch) qui était gagnante de Gr3 en plat et il lui menait la vie dure. Il

n’aimait pas non plus sauter en tête car, après, il cassait tout. Le matin,

c’était souvent Isabelle Pacault qui le montait. Malheureusement, quand on

l’avait repris, il avait "bougé". » Polar Rochelais est aussi le

frère de Ta Rochelaise (Carmont), deuxième mère de la championne de cross Nuit

Rochelaise (Dress Parade), et d’Ultra Rochelais (King’s Road), double lauréat

du Prix Georges Courtois (Gr2).