Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix noailles (gr2) : un "groupe" de chevaux domine par grand vent

Autres informations / 25.04.2011

Prix noailles (gr2) : un "groupe" de chevaux domine par grand vent

Demi-longueur,

courte tête, courte encolure, tête. Voilà les écarts qui ont séparé les cinq

premiers du Prix Noailles (Gr2) couru pour la première fois sur 2.000m et à la

fin du mois d’avril. À l’issue de ce deuxième Groupe préparatoire au Prix du

Jockey Club (Gr1), on devait y voir plus clair sur la génération des poulains

de 3ans. Mais le verdict de cette épreuve ressemble plus à celui d’un gros

handicap qu’à celui d’une course de sélection printanière. Pourtant, le rythme

imprimé par Cayman Islands (Shirocco), leader de Grand Vent  (Shirocco), le lauréat, a été régulier. On ne

peut donc pas invoquer l’allure de la course pour justifier l’arrivée serrée.

Grand Vent a galopé en cinquième position, légèrement tendu, avant de se

décontracter dans la descente. Au pavillon, il a placé une longue accélération

pour prendre le meilleur et résister à l’assaut de ses rivaux. Jockey du

lauréat, Maxime Guyon a déclaré au micro du cheval émetteur : « Sa rentrée à

Saint-Cloud était en terrain lourd et ça n'est pas trop sa tasse de thé. Mais

il s'est bien comporté et n'a pas fini loin du gagnant. Aujourd'hui, le terrain

était à sa convenance, c'est un cheval qui a beaucoup de vitesse et il a pu

l'exprimer. C'était un poulain un peu compliqué auparavant, avec du caractère

et il pouvait se montrer brillant. Il a beaucoup mûri, est devenu plus

"cool" et on peut profiter de sa vitesse désormais.  » Grand Vent avait fait un "truc" à

2ans en gagnant à Maisons-Laffitte. Il avait perdu beaucoup de terrain au

départ avant de revenir s’imposer plaisamment. Troisième du Prix Thomas Bryon

(Gr3) en finissant loin des deux premiers, Grand Vent venait de prendre la

troisième place du Prix François Mathet (L). On sait que les pensionnaires

d’André Fabre affichent des progrès pour leur deuxième course de l’année. Et

surtout qu’ils sont souvent proches de la vérité lorsqu’ils courent à l’étage

supérieur après avoir échoué auparavant à un niveau inférieur. Cela s’est

encore vérifié dans ce Prix Noailles avec le succès de Grand Vent, troisième

d’une Listed puis lauréat de Gr2.

DURER

ALLAIT FACILEMENT UN PEU TROP TOT

Vainqueur

d’une "B" sur le sable deauvillais, Durer (Motivator) a couru de

première pour ses débuts dans les Groupes. Vite installé dans le sillage du

leader, Cayman Islands, Durer a dû le relayer peu après l’entrée de la ligne

droite. Il allait alors facilement un peu trop tôt et a été contraint de

prendre le meilleur. Courageux, il a conservé le premier accessit. « Il a été

devant assez tôt, nous a confié Jean-Claude Rouget, entraîneur de Durer. Je

suis content car il court très bien. »

LA BELLE

HISTOIRE DE TOUZ PRICE

Premier

partant dans un Groupe pour son entraîneur, Jean- Michel Lefebvre, Touz Price

(Priolo) n’était pas attendu à pareille fête. Pourtant, il a déjoué tous les

pronostics en prenant une bonne troisième place, prolongeant son effort

jusqu’au bout. Après une victoire cagnoise puis une deuxième place dans une

"B" derrière Oppenort (Aussie Rules) contre lequel il a pris sa

revanche dimanche, Touz Price a démontré que ses progrès n’étaient pas finis. «

C’était mon premier partant de Groupe…, nous a dit Jean-Michel Lefebvre. Le

cheval nous satisfait car il n’y a pas grand-chose à l’arrivée. Il progresse et

je pense que sur 2.400m, il aurait fini plus près. C’est un cheval qui ne montre

pas beaucoup de choses le matin. Désormais, nous n’avons plus trop le choix des

engagements et nous allons donc continuer dans cette voie tout en veillant à sa

bonne récupération. » Little Storm n’a pas pu imiter son père, Anabaa Blue

(Anabaa), lauréat de ce Gr2 en 2001, mais il a, comme la majorité de ses

rivaux, très bien couru. Venu en dehors après avoir attendu parmi les derniers,

il a déployé une belle action pour prendre une plaisante quatrième place. 

CRISPIN

DE MOUBRAY : « GENZY SERA MIEUX SUR PLUS LONG »

Élu JDG

Rising Star à l’issue de sa victoire clodoaldienne, Genzy (Gentlewave) passait

un test sérieux dans ce Prix Noailles. Seulement cinquième au papier, sa sortie

est cependant loin d’être décevante. Loin durant le parcours, il s’est faufilé

à la corde dans la ligne droite, refaisant pas mal de terrain. Comme un cheval

de distance classique. « C'est un peu frustrant mais tout de même encourageant,

nous a déclaré Crispin de Moubray qui représente les intérêts du propriétaire,

Michael Watt. Genzy est un bon cheval et on va désormais l'orienter vers le

Prix Hocquart, sur 2.200m. Il sera mieux sur plus long. Son jockey nous a dit

qu'il avait préféré venir avec les autres, il pensait qu'il n'avait pas le

temps de faire le tour de ses adversaires. Mais il a fait deux cents mètres

très vite ; c'est dommage, j'aurais aimé le voir finir à l'extérieur. »

LE

PREMIER GAGNANT DE GROUPE EN FRANCE DE SHIROCCO

Élevé

par Darley, Grand Vent est un fils du beau et bon Shirocco qu'entraînait

également André Fabre. Il est d’ailleurs son premier produit vainqueur de

Groupe dans l’Hexagone. Grand Vent est issu de Housa Dancer (Fabulous Dancer),

également au travail chez l'entraîneur cantilien, qui n'a pas montré autant de

précocité que son fils. Elle a débuté au mois de septembre de ses 2ans, puis

n'a été revue qu'à 3ans, âge auquel elle a remporté le Prix Finlande (L) avant

de tenter sa chance dans la "Poule", sans succès. Troisième ensuite

du Prix d'Astarté (Gr2, à l'époque), elle a été exportée aux États-Unis où elle

a pris une deuxième place de Gr1 à 5ans. Housa Dancer est aussi une soeur de

Housamix (Linamix), gagnant du Prix Thomas Bryon (Gr3) à 2ans et du Prix Niel

(Gr2) l'année suivante, une tête devant Poliglote, pour l'entraînement d'André

Fabre. Au haras, Housa Dancer a également donné Bushman (Maria's Mon), gagnant

de Listed et de Gr3 sur 1.700m en Angleterre, à 5ans. Une petite soeur de Grand

Vent, Soho  (Cape Cross), courait sous

l'entraînement d'André Fabre, mais elle n'a jamais pu gagner. Grand Vent est

aussi l'arrière-petit-fils de la championne de Maurice Zilber, Hippodamia

(gagnante du "Boussac", deuxième du "Saint-Alary" et du

"Diane").