Compte-rendu du conseil d’administration de france galop ; 53 millions d’euros pour le nouveau longchamp

Autres informations / 17.05.2011

Compte-rendu du conseil d’administration de france galop ; 53 millions d’euros pour le nouveau longchamp

Le

Conseil d’administration de France Galop s’est réuni le lundi 16 mai, sous la

présidence d’Édouard de Rothschild.

LA

RESERVE POUR REGULATION DES ENCOURAGEMENTS A L’ELEVAGE PORTEE A 18,4 M€

Le

Conseil d’administration a procédé à l’arrêté des comptes 2010 qui se solde par

un résultat net bénéficiaire de 13,6M€, résultant à la fois du développement de

l’activité du PMU, se traduisant par une progression de son chiffre d’affaires

ainsi que des différentes modifications de la fiscalité d’État applicable aux

paris hippiques intervenues en 2010. Dans ce contexte spécifique, le Conseil

d’administration a décidé d’abonder la réserve pour régulation des

encouragements à l’élevage de 4,8 millions d’euros, portée à 18,4 millions

d’euros. Édouard de Rothschild a souligné que cette affectation s’inscrivait

dans le cadre d’une politique volontariste de soutien aux allocations dans les

prochaines années.

LA

DIMENSION STRATEGIQUE DU NOUVEAU LONGCHAMP

Le

Conseil d’administration a examiné les réflexions en cours concernant le

programme des réunions de courses dans le cadre du nouveau Longchamp. À ce

titre, Henri de Pracomtal, Administrateur délégué à la conduite du projet, a

informé le Conseil de la liste des six équipes d’architectes retenues dans le

cadre du concours de maîtrise d’oeuvre du nouveau Longchamp : Dominique

Perrault Architecture, Wilmotte & Associés SA, Massimiliano Fuksas

Architecture, Christian de Portzamparc, Populous, Tilke Gmbh & Co KG. Le

lauréat du concours sera désigné par le maître d’ouvrage à la mi-octobre, à

l’issue du jury de sélection dont la prochaine réunion se tiendra le 14

septembre prochain. Le Conseil a décidé d’augmenter la réserve spécifique à ce

projet de 2,5 millions d’euros en la portant à 53 millions d’euros. À cette

occasion, Édouard de Rothschild a rappelé que dans le contexte d’une vive

concurrence d’offres de loisirs,  un

nouveau Longchamp prenait une dimension stratégique pour l’avenir, le

développement et le rayonnement des courses françaises.

LE

"MOULIN DE LONGCHAMP" CHANGE DE DATE

Le

Conseil d’administration a examiné et approuvé le programme national du second

semestre dont les principales modifications lui ont été présentées. Il s’agit

notamment du déplacement du Prix du Moulin de Longchamp du 1er au 2e dimanche

de septembre, plaçant celui-ci le week-end du Prix Vermeille, dans une position

centrale, à un mois du Prix Jacques Le Marois et à un mois des "Queen

Elisabeth II".

LES

TRAVAUX DE LA P.S.F. DE CHANTILLY DEBUTERONT MI-JUILLET

Le

Conseil d’administration a, par ailleurs, pris connaissance de la prochaine

décision de la Communauté de communes de l’aire cantilienne de porter sa

participation financière à la réalisation de la P.S.F. de Chantilly à 1,4

million d’euros et constaté que, de ce fait, les conditions posées par le

Conseil d’administration au titre du plan de financement étaient désormais

remplies. Les travaux débuteront dès la mi-juillet pour s’achever en décembre

2011. Dans ce cadre, le Conseil d’administration a validé le transfert des onze

réunions prévues initialement à Chantilly pendant cette période. Hubert Tassin

a rendu compte et partagé les réflexions de la cellule trot/galop, qui s’est

réunie à plusieurs reprises depuis le début de l’année 2011. Il a notamment

évoqué le positionnement des sociétés-mères dans le nouvel environnement

concurrentiel et les conséquences fonctionnelles et structurelles qui

pourraient en découler à terme. Le Conseil a en outre approuvé la transmission

au prochain Comité d’un ensemble de modifications au Code des Courses. À la

requête de l'Association des entraîneurs de galop, le Conseil d'administration

a réaffirmé son attachement à l'application intégrale de l'article 37 du Code

des Courses qui prévoit un prélèvement obligatoire de 0,25 % des sommes perçues

au profit de l'association des entraîneurs à laquelle ils adhèrent.