Les petites histoires du “grand steeple”

Autres informations / 28.05.2011

Les petites histoires du “grand steeple”

Le Grand

Steeple-Chase de Paris (Gr1) est une course mythique, vieille de plus de cent

trente ans. Chaque édition de cette grande épreuve a été passionnante, se

construisant autour de petites histoires. Nous revenons sur les derniers

rendez-vous en évoquant ces” petites histoires” qui ont fait de cette course un

moment inoubliable.

 

2010 :

POLAR ROCHELAIS, LA COURSE PERD DE SON INTERET AU DEPART

L’édition

2010 du Grand Steeple-Chase de Paris est encore dans toutes les mémoires. Elle

s’est jouée au départ lorsque son grandissime favori, Remember Rose, a éjecté

son jockey, Christophe Pieux. Tout s’est joué en quelques secondes, juste avant

le départ, Remember Rose était un peu en retrait, son jockey étant bien décidé

à faire partir son cheval en mouvement. Le champion de Jean-Paul Gallorini

s’est approché des autres, les dépassant au petit trot, puis il est entré parmi

les premiers dans l’aire de départ. Sans chercher à anticiper ou “voler” le

départ, Christophe Pieux et Remember Rose se sont approchés des élastiques,

très concentrés par l’ampleur de l’événement. Mais c’était sans compter sur

Mayev, un adversaire qu’ils n’avaient pas à craindre, qui tentait de refuser le

départ. Probablement pris par le doute, le starter a un instant tergiversé,

tardant à lâcher les élastiques. Mayev a bien refusé le départ, tandis que

Remember Rose à piler devant des élastiques encore devant ses antérieurs. Ce

jour là, le Grand Steeple-Chase de Paris s’est élancé sous les huées du public.

Quant à Polar Rochelais, il s’est fait oublier, avant et pendant la

course,  et s’est laissé emmener jusqu’au

poteau, sans devoir son succès à personne...

 

2009 :

REMEMBER ROSE, LE CHEVALIER CHRISTOPHE PIEUX

Remember

Rose tente sa chance pour la deuxième fois dans le Grand Steeple-Chase de

Paris. Il s’est classé quatrième pour son premier essai, à 5ans, et se présente

désormais comme le principal favori, fort de sa victoire dans le Prix La Haye

Jousselin, l’automne précédent. Remember Rose est associé à Christophe Pieux,

le plus célèbre jockey d’obstacle en activité. Christophe a une réputation qui

le précède, celui d’un homme “dur au mal“ qui ne renonce jamais. Une fois de

plus il a marqué cette édition pour remporter son troisième Grand Steeple. À

près d’un tour du but, Christophe Pieux a percuté la lice dans le tournant de

la Porte d’Auteuil, se fracturant alors le pied. Le violent impact l’a fait

déchausser de ses étriers mais le jockey n’en a pas pour autant perdu ses

moyens. Dans la tension de l’effort, Christophe ne ressent plus la douleur et

se dirige vers le “Juge de Paix” avec une “vilaine“ blessure, le sang coulant

de sa botte. Malgré tout, il est allé au bout de son effort, passant même le

poteau avec dix longueurs d’avance sur son rival Mid Dancer. Une fois le disque

final franchi, Christophe met pied à terre et ressent finalement la

douleur.  Il est alors incapable de poser

le pied, rejoignant les balances soutenu par deux personnes !

 

2008 :

PRINCESSE D’ANJOU, UNE VICTOIRE AU GOUT AMER

Jean-Paul

Sénéchal a pratiquement tout gagné, en obstacle, mais sa victoire, en 2008,

dans le Grand Steeple-Chase de Paris avec Princesse d’Anjou lui a laissé un

goût amer. S’il s’est réjoui du sacre de sa championne, il a été très marqué

par la disqualification de Louping d’Ainay de la deuxième place. Louping

d’Ainay, sa seconde chance dans l’épreuve, avait réalisé une course remarquable

sous la selle de Dean Gallagher. Le grisou a fini à une longueur-et-demie de la

“Princesse” et il l’aurait certainement devancé si le parcours avait été plus

long. Toujours est-il qu’au passage du poteau, les deux représentants de Jean-

Paul Sénéchal se positionnent sur les deux plus hautes marches du podium. Le

bonheur ne sera toutefois que de courte durée. Juste le temps de prendre

quelques photos... Il manquait quelques grammes à Dean Gallagher, à son retour

aux balances, pour faire le même poids qu’à la pesée initiale. Près d’une livre

s’était évaporée dans la nature ! Louping d’ainay a été disqualifié. Dura lex

sed lex...

 

2007 :

MID DANCER, MID DANCER RESTE INVAINCU SUR LES OBSTACLES D’AUTEUIL

Mid

Dancer est, de mémoire, le seul champion à avoir remporté le Grand

Steeple-Chase de Paris en étant invaincu, en obstacle, en France. Même les

“immenses” Katko, Kotkijet ou autre Al Capone II n’ont pu réaliser pareil

exploit. Mid Dancer est allé au bout de lui-même pour aller chercher ce sacre

alors qu’il n’était pas le plus en vue. Les parieurs lui préféraient son compagnon

de casaque Or Noir de Somoza, un 5ans qui venait de tout gagner en

steeple-chase, l’année précédente, et qui n’avait contre lui qu’une incertitude

relatif à la distance. Jacques Ricou, premier jockey du propriétaire irlandais

Sean Mulryan, à l’époque, a même choisi d’être associé à Or Noir de Somoza,

laissant Mid Dancer à un Cyrille Gombeau pour le moins ravi d’une telle

aubaine. Il fallait donc battre à la fois son meilleur ennemi, mais aussi

Princesse d’Anjou, la tenante du titre. Sa tâche lui a alors été largement

facilitée : Or Noir de somoza, qui n’avait pas l’habitude de commettre des

erreurs, a chuté à la rivière des tribunes et Princesse d’anjou l’a imitée un

peu plus loin au passage du rail-ditch and fence. Mid Dancer n’avait alors plus

aucun adversaire digne de son rang et il a passé le poteau en tête avec quinze

longueurs d’avance sur son premier poursuivant.

 

2006 :

PRINCESSE D’ANJOU, FORMIDABLE PETITE PRINCESSE

L’édition

2006 du Grand Steeple-Chase de Paris restera longtemps dans les mémoires. C’est

la championne

Princesse

d’Anjou qui a choisi ce jour pour sortir de l’ombre, elle qui n’avait, jusque

là, remporté qu’une simple Listed, le Prix William Head. Mais Princesse d’Anjou

a surtout réussi l’exploit de triompher dans cette épreuve à l’âge de 5ans, ce

qui n’était plus arrivé à une jument de cette âge depuis La Frégate en 1931.

Grâce à cette performance,  Princesse

d’Anjou s’est inscrite de manière définitive dans l’histoire des courses, au

même titre que la championne Hyères III, lauréate de trois  “Grand Steeple“ de 6ans à 8ans. Ce jour là,

Princesse d’Anjou s’engageait comme un outsider et elle n’avait pas encore

affronté les meilleurs chevaux d’âge de la discipline. Pourtant son succès dans

le Prix William Head (L), quelques semaines plus tôt, aurait dû mettre la “puce

à l’oreille“ aux observateurs. Princesse d’Anjou avait dominé d’une courte tête

un certain Kotkijet, un authentique champion, qui avait déjà remporté deux

éditions du Grand Steeple-Chase de Paris.