Longchamp, poule d’essai des pouliches (gr1) : golden lilac est bien la championne attendue

Autres informations / 16.05.2011

Longchamp, poule d’essai des pouliches (gr1) : golden lilac est bien la championne attendue

On

attendait une victoire de Golden Lilac (Galileo) dans la Poule d’Essai des

Pouliches (Gr1), et personne n’a été déçu. Mieux encore, plus qu’un simple

succès, ce fut une véritable démonstration de la représentante du Gestu¨t

Ammerland. Seule au monde après avoir pris l’avantage à quatre cents mètres du

poteau, elle a filé vers son destin, faisant mieux que sa mère, Grey lilas

(Danehill), qui avait terminé deuxième de cette course en 2004. Certes, on

pourra toujours redire sur le temps de la course, de 1’39’’31. En fait, le plus

mauvais temps depuis 2000, alors que le terrain était très souple cette

année-là. Mais les temps partiels de Golden Lilac, de quatre cents mètres à

l’arrivée, sont très bons. Elle a mis vingt-trois secondes et dix centièmes

pour parcourir cet intervalle, confirmant ainsi ses temps "canons"

réalisés sur ce parcours lors du Prix de la Grotte (Gr3), et cela, sans donner

une réelle impression de vitesse. Invaincue en quatre sorties, Golden Lilac est

bien la meilleure pouliche française sur 1.600m et… plus peut-être. En effet,

sa qualité en piste et son pedigree l’autorisent à pouvoir bien faire sur plus

long. Désormais, si tout va bien, Golden Lilac devrait avoir les classiques

cantiliens en vue…

GOLDEN

LILAC N’EST QU’AU DEBUT DE SON ASCENSION

Golden

Lilac n’a que quatre sorties au compteur. Deux à 2ans et deux cette année.

Avant ses débuts victorieux en 2010, elle avait été engagée dans le

"Marcel Boussac". Mais son entraîneur a sagement préféré qu’elle

apprenne dans une "B", plutôt que de la lancer directement dans le

grand bain. Désormais, Golden Lilac est une classique et son propriétaire,

Dietrich von Boetticher, envisage déjà l’avenir : « Nous pensons naturellement

au Prix de Diane maintenant. Golden Lilac est vraiment une pouliche qui sort de

l’ordinaire. » Manager de la casaque du Gestu¨t Ammerland, Crispin de Moubray

nous racontait : « C'est extraordinaire de remporter cette Poule, un an après

le succès de Lope de Vega. Nous avions un peu peur en début de course car notre

pouliche était allante, mais elle est tout simplement très bonne. C'est quelque

chose de gagner cette épreuve. Il faut demander à son entraîneur pour la suit,

mais elle devrait courir le Prix de Diane et elle est aussi engagée dans

"l'Arc". Avec Golden Lilac, il y a de quoi rêver. Nous avons une

pensée également pour Maxime Guyon, qui a toujours monté la pouliche et qui la

remontera à l'avenir. »

ENCORE

UNE MONTE D’OLIVIER PESLIER QUI FERA DATE DANS LES ECOLES

Nous

n’avons pas souvent l’occasion de nous étendre sur les montes des jockeys. Mais

il faut dire qu’Olivier Peslier a monté une course splendide. Alors que Golden

Lilac était très brillante en début de course, il a réussi à la détendre. Et,

surtout, il a bien senti le coup et s’est tout de suite placé dans le sillage

de l’animatrice. Il montait la favorite et ne s’est pas fait piéger. Sa monte

avec Golden Lilac se rapproche de celle de Goldikova (Anabaa) dans son Prix de

la Forêt (Gr1) 2010.

TOUT

S’EST JOUE LE LONG DU RAIL…

Tactiquement,

cette Poule d’Essai s’est jouée le long du rail. C’était là qu’il fallait être

et les quatre premières à l’arrivée étaient les quatre premières, en file

indienne, durant le parcours. Le seul changement s'est produit lorsque Golden

Lilac a pris la mesure de l’animatrice, Glorious Sight (Singspiel), qui a été

très loin et conserve la deuxième place. Également, beaucoup de cavaliers

n’étaient pas certains– à juste titre – de la tenue de leur partenaire. Dès

lors, personne n’a pris l’initiative de faire avancer la course en venant à

l’extérieur avant la ligne droite, alors que Sébastien Maillot, partenaire de

Glorious Sight, avait mis tout le monde "au pas". Dans ce cas de

figure, aspirées par l’animatrice qui est allée loin, les pouliches placées le

long de la corde ont pu faire l’arrivée, comme Wild Win (Danehill Dancer),

troisième après s’être élancée avec le numéro un dans les stalles.

GLORIOUS

SIGHT EST ALLEE LOIN

Adepte

de la course en avant, Glorious Sight avait gagné avec cette tactique le Prix

du Louvre (B), puis le Prix Finlande (L). Attentiste dans le Prix de la Grotte,

elle n’avait pas fait l’arrivée, mais elle ne semblait pas alors dans un grand

jour…Laissée tranquille en tête par les autres concurrentes, elle a pu aller

loin et conserver une belle deuxième place. Son entraîneur, Robert Collet, nous

a raconté : « Glorious Sight court très bien et va certainement aller sur le

Prix de Diane ». Compagne de couleurs et d’entraînement de Glorious Sight,

Immortal Verse (Pivotal) se classe onzième, mais elle a attendu. « C'était

mission impossible pour Immortal Verse par rapport à sa position dans le

parcours», analysait Robert Collet.

NOVA

HAWK CONFIRME

Quatrième

des 1.000 Guinées de Newmarket (Gr1), Nova Hawk (Hawk Wing) a obtenu le même

classement dimanche. Elle confirme sa qualité et devance aussi très nettement

Maqaasid (Green Desert), qui était troisième à Newmarket. Dans l’équipe de Nova

Hawk, tout le même était content de ce résultat, même si Rodolphe Collet avait

quelques regrets : « Elle est rentrée la première dans sa stalle et je trouve

qu’elle a attendu longtemps dedans. C’est pourquoi elle a été surprise lors du

départ. Cela l’a obligée à faire un effort supplémentaire pour bien se placer.

Évidemment, je pense aussi qu’en terrain plus souple, elle aurait eu un

meilleur classement. Car elle aurait eu la même accélération. » Malgré ces

regrets, Rodolphe Collet était bien sûr très satisfait de la performance de sa

pouliche, à propos de laquelle il a toujours pensé qu’elle sortait de

l’ordinaire. Ses propriétaires étaient très contents et avaient déjà les yeux

tournés vers Ascot et les Coronation Stakes (Gr1), qui pourraient être son

prochain objectif. La casaque d’Ahmed Mouknass était également représentée par

Nova Step (Dubawi), qui a attendu dans le parcours. « Elle a fait un bon bout

pour finir, mais vu cette configuration de course et sa place dans le peloton,

c’était difficile », analysait François Rohaut, son entraîneur.

UN DEUXIEME

PRODUIT CLASSIQUE POUR GREY LILAS

Élevée

par son propriétaire, le Gestu¨t Ammerland, Golden Lilac est le deuxième

produit de Grey Lilas. Championne en course, Grey Lilas avait été achetée aux

ventes d’Arqana. Son premier produit, Grey Lily (Boréal), a gagné l’an dernier

sa course à Paray-le-Monial, avant de s’essayer dans les "B"

parisiennes. « Nous l’avons vendue aux ventes de décembre 2010 pour 95.000 €,

nous a expliqué Crispin de Moubray. Suite à Golden Lilac, Grey Lilas a un 2ans

par Hurricane Run, qui est à l’entraînement chez Henri Cecil.  Elle n’a pas de yearling, car elle a coulé de

Galileo. Elle a un foal mâle par Hurricane Run et est pleine de Galileo. »

Deuxième mère de Golden Lilac, Kenmist (Kenmare) a gagné un handicap-Listed à

Ascot et s’est placée de Gr3 en Italie. Elle a produit Kandahar Run (Rock of

Gibraltar), gagnant de Listed à Newmarket et cinquième du Prix Jean Prat (Gr1)

de Tamayuz (Nayef). Troisième mère de Golden Lilac, Mistral’s Collette (Simply

Great) a gagné une Listed a Milan.