Poule d’essai des poulains (gr1) : tin horse, la confirmation d’un jeune champion

Autres informations / 16.05.2011

Poule d’essai des poulains (gr1) : tin horse, la confirmation d’un jeune champion

À

l’inverse de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) enlevée par celle que tout le

monde attendait, Golden Lilac (Galileo), il n’y avait pas d’épouvantail dans la

version masculine. Et c’est finalement une valeur sûre, Tin Horse (Sakhee) qui

s’est imposé. Valeur sûre car il a montré suffisamment de précocité pour être

présent dans les premiers Groupes pour 2ans. Deuxième des Prix Morny et

Jean-Luc Lagardère (Grs1), il représentait la "ligne" des meilleurs 2ans

de l’année 2010. C’est d’ailleurs cette "ligne" qui s’est avérée la

plus fiable puisque trois des cinq premiers avaient fait l'arrivée de Groupes

dès leur plus jeune âge, même si le quatrième, Temps au Temps (Invincible

Spirit), avait remporté le Prix Herod (L) l’an passé. La victoire de Tin Horse

n’est donc qu’une "semi-surprise". Mais c’est aussi celle d’un jeune

champion, capable de répéter sa valeur au plus haut niveau. Un poulain qui

n’est pas seulement précoce, mais qui possède aussi beaucoup de classe. « C’est

mon premier cheval de Gr1, avoue, ému, Didier Guillemin, entraîneur de Tin

Horse. Il méritait de gagner, d’autant qu’il aurait déjà dû s’imposer dans le

Prix de Fontainebleau. Le voir gagner aujourd’hui, c’est magnifique. Je ne sais

pas encore ce que nous allons faire avec lui. Il peut aller en Angleterre à

Ascot ou courir le Prix du Jockey Club, mais cela fait beaucoup de voyages en

trois semaines.» Gilles Forien, manager des effectifs de la marquise de

Moratalla, également quatrième grâce à Temps au Temps (Invincible Spirit),

explique : « Tin Horse a toujours répondu présent, mais a aussi été malheureux

bien souvent. Ce fut le cas dans le Prix de Fontainebleau et dans le Prix

Jean-Luc Lagardère, où il a seulement fait cent mètres de course. C'est un super

cheval. On pense qu'il peut bien faire sur plus long. Mais, pour la suite, même

si l'option du "Jockey Club" n'est pas fermée, nous pensons aussi aux

St James's à Royal Ascot. »

UN

SUPERBE COUP DE PROJECTEUR POUR MONT-DE-MARSAN

Le

centre d’entraînement de Mont-de-Marsan est en train de devenir l’un des plus

performants de France et parmi les meilleurs du Sud-Ouest. La victoire de

Didier Guillemin est là pour le prouver, tout comme l’installation croissante

de nouveaux professionnels, comme Yan Durepaire, qui a choisi les Landes, pour

s’installer dans l’Hexagone. Michel Roussel, François Rohaut ou encore Mathieu

Daguzan-Garros… Tout le Sud-Ouest était présent pour féliciter Didier Guillemin

qui apporte un premier classique au centre d’entraînement landais.

UNE

PREMIERE POULE D’ESSAI POUR THIERRY JARNET

Thierry

Jarnet a attendu d’avoir 44 ans pour remporter sa première Poule d’Essai des

Poulains, lui qui avait enlevé pèle-mêle les 2.000 Guinées ou encore le Prix de

l’Arc de Triomphe (Gr1). Et, clin d’oeil de l’histoire, sa dernière victoire de

Gr1 avait déjà eu pour théâtre l’hippodrome de Longchamp. C’était avec Corre

Caminos (Montjeu) dans le Prix Ganay (Gr1) 2006, déjà pour les couleurs de la

marquise de Moratalla. Thierry Jarnet a expliqué au micro du cheval émetteur :

« Il n’avait pas été heureux pour sa rentrée et était bien monté en puissance.

Il l’emporte avec pas mal d’autorité. J’ai été jockey pour André Fabre et l’on

préférait généralement que les chevaux soient battus pour leur rentrée avant de

progresser pour la belle course. Il a passé un cap entre ses 2 et 3ans. C’est

un vrai cheval de course. Il a été un peu timide et c’est pour cela qu’il y a

eu un léger contact avec la lice. »

LE

DOUBLE POUR LE SUD-OUEST

Le

Sud-Ouest a été à l’honneur dans cette Poule d’Essai des Poulains puisque si

Tin Horse est entraîné à Mont-de-Marsan, le deuxième, Havane Smoker (Dubawi),

s’exerce sous la responsabilité de Jean-Claude Rouget à Pau.

UN TRIO

DE RISING STARS

L’arrivée

a été composée de trois Rising Stars : Tin Horse, Havane Smoker et Venomous

(Red Ransom). Le premier l’avait reçue pour sa deuxième sortie victorieuse dans

une "B" à Maisons-Laffitte. Le deuxième l’avait obtenue pour sa

troisième course au même niveau "B" sur 1.500m à Deauville.

Contrairement aux deux poulains précédemment cités, Venomous venait, lui, de la

glaner à 3ans, sur le mile clodoaldien. GRANDE PERFORMANCE D’HAVANE SMOKER SUR

UNE DISTANCE TROP LONGUE

Havane

Smoker a laissé une impression saisissante quand il est venu librement sur la

main de Ioritz Mendizabal à hauteur des animateurs, après avoir attendu dans le

sillage de Wootton Bassett (Iffraaj) qui dirigeait les débats. Beaucoup

d’observateurs l’ont vu gagner, mais il n’a pu contrer Tin Horse sur une distance

un peu longue pour lui. C’est ce que nous a confirmé son entourage : « On y a

cru, mais le doute qu'on avait sur sa tenue s’est confirmé. On pense vraiment

que c'est un cheval de 1.400m, Ioritz a monté une course fantastique. Il a eu

une très grande inspiration en venant se placer dans le sillage de l'animateur

très rapidement. Nous nous laissons le temps de la réflexion, mais nous

envisageons les Jersey Stakes à Royal Ascot, qui se courent sur 1.400m. »

LE

TERRIBLE FINISH DE VENOMOUS

Bien que

proposé à 26/1 au PMU et 51/1 chez les "books", Venomous a démontré

qu’il était un vrai poulain classique. Il a d’ailleurs été l’un des rares

partants de la journée à revenir de l’arrière-garde. Et, parmi les battus des

deux Poules d’Essai, poulains et pouliches confondus, il est celui qui laisse

la meilleure impression. En onzième position dans la descente, déboîté en

dehors au pavillon, il a terminé fort pour venir s’octroyer une troisième place

excellente. Une belle satisfaction pour la casaque de Magalen Bryant, plus

connue à Auteuil, qui engageait son premier cheval dans un classique français.

« C'est formidable ce qu'il fait aujourd'hui, on a tenté un coup en allant

directement d'une course B à la Poule d'Essai, nous a dit Tony Clout, mentor de

Venomous. Le cheval a parfaitement répondu à nos attentes, ça récompense le

challenge sportif. Désormais, deux choix s'offrent à lui, soit le Prix Jean

Prat, soit les St James's Palace Stakes. Je crois qu'il pourrait apprécier le

parcours d'Ascot. On peut revenir de derrière, 

là-bas. Ce qui était certainement plus dur à faire aujourd'hui à

Longchamp. » Quatrième, Temps au Temps a fait mentir ceux qui pensaient qu’il

n’avait pas la pointure d'un Gr1. Enfermé dans le Prix de Fontainebleau (Gr3),

il n’avait pu s’exprimer. Cette fois, il a été contraint de galoper à

l’arrière-garde. Mais il a su refaire beaucoup de terrain pour venir prendre la

quatrième place.

WOOTTON

BASSETT NE PEUT JUSTIFIER SON RANG DE FAVORI

Presque

aussi joué que Golden Lilac pendant un moment, Wootton Bassett était le grand

favori de l’épreuve. Mais, cette fois, il a dû s’incliner face à Tin Horse,

qu’il avait dominé dans le "Jean-Luc Lagardère". Parti vite de sa

stalle extérieure, il s’est propulsé en tête et a dépensé un peu d’énergie, qui

lui a manqué en fin de parcours. Et comme plusieurs produits d’Iffraaj, il ne

semble pas tenir réellement plus de 1.400m. D’autant plus qu’il effectuait

directement sa rentrée dans la Poule d’Essai, tâche très délicate.

« Nous

avions décidé d’aller devant après avoir vu le déroulement de la Poule d’Essai

des Pouliches, où les quatre premières avait galopé parmi les premières, a

expliqué Richard Fahey, entraîneur de Wootton Bassett qui perd son

invincibilité. Nous allons attendre de rentrer pour voir ce que nous faisons. »

UN

CROISEMENT TENUE/PRECOCITE

Élevé

par la marquise de Moratalla, Tin Horse est issu de Joyeuse Entrée (Kendor),

qui défendait également la même casaque. C’était une jument assez précoce,

lauréate de quatre de ses cinq sorties à 2ans. Elle a gagné en débutant le Prix

de Doullens (B), début mai, avant de gagner en juillet le Prix Roland de

Chambure (L), puis le Prix d’Aumale (Gr3). Au haras, elle est devenue la mère

de Becomes You (Lomitas), lauréate à 2ans du Critérium de l’Ouest (L). À son

sujet, Gilles Forien nous avait déclaré lors du deuxième succès de Tin Horse à

Maisons-Laffitte : « Sa mère avait plus de tempérament. En règle générale, nous

décidons après le pré-entraînement, qui a lieu chez Alban Chevalier du Fau,

chez quel entraîneur va tel cheval. La production de Joyeuse Entrée nous avait

un peu déçus et nous avons donc décidé de placer Tin Horse à l'entraînement

dans le sud-ouest pour qu’il trouve des tâches plus faciles. » Tin Horse a

débuté tôt, pour un produit de Sakhee (Bahri), lauréat de l’"Arc" en

2001 et qui était plutôt un cheval de distance. Cependant, Sakhee avait gagné

sur 1.600m, à 2ans. Gilles Forien nous avait expliqué le choix du croisement :

« Nous avons choisi Sakhee car, d’une part, les juments sont en Angleterre et,

d’autre part, Sakhee était un très bon cheval avec un tempérament magnifique. »

La deuxième mère de Tin Horse, Cape of Good Hope (Crystal Glitters) avait

également débuté victorieusement à 2ans, à Dax.