Prix du pont des arts (b) : l’accélération dévastatrice de woodstock city

Autres informations / 27.05.2011

Prix du pont des arts (b) : l’accélération dévastatrice de woodstock city

Pour sa

troisième sortie, Woodstock City (Sagacity) s’est révélé aux yeux de tous dans

le Prix du Pont des Arts (B). Toujours bien placé durant le parcours, il a

laissé ses rivaux sur place lorsque Christophe Soumillon lui a demandé

d’avancer. Trois longueurs le séparent de Mubaarez (Green Desert), l’estimé

frère de Naaqoos (Oasis Dream). « Je tiens à féliciter son entraîneur, livrait

Christophe Soumillon après la course. Je le découvrais et il m’avait dit que

l’accélération de son cheval était sa grande force. Il ne s’était pas trompé.

Il a beaucoup de vitesse en partant et j’ai eu un peu de mal à le détendre.

Mais il a bien respiré dans la fausse ligne droite. Ensuite, il m’a surpris par

son accélération. Il a “pulvérisé” ses adversaires. » Pour sa deuxième sortie,

Wootstock City avait ouvert son palmarès à Fontainebleau dans une petite “F”

pour apprentis et jeune jockeys. Il tentait donc un grand saut et il a réussi

son grand écart au plus grand plaisir de son entraîneur, Richard Chotard, qui

nous expliquait : « À Fontainebleau, je ne sais pas pourquoi il a dérobé. Cette

fois, c’était mieux et il a été bien droit. Je pensais bien que c’était un bon

cheval, mais nous passions un vrai test aujourd’hui. Beaucoup de grands

entraîneurs présentaient de bons chevaux et moi je n’en ai que 21… Hier, j’ai

engagé Woodstock City dans le Prix Paul de Moussac (Gr3). J’ai bien fait et il

va courir cette épreuve. » Woodstock City appartient conjointement à Richard

Chotard et à Robert Collet, comme nous l’a indiqué Richard Chotard, qui

ajoutait: « Merci vraiment à Robert Collet, qui me donne souvent un coup de

pouce. J’ai été apprenti chez lui. Il a fait ma carrière de course et

aujourd’hui, c’est lui encore qui m’aide dans ma carrière d’entraîneur. »

Logiquement, on devrait donc retrouver Woodstock City le 12 juin à Chantilly et

il pourrait très bien y jouer l’un des premiers rôles.

LE

MEILLEUR PRODUIT DE SA MERE

Woodstock

City a pour mère Yipee (Orpen), qui a gagné cinq courses en France. Elle a été

achetée 82.000 € par Robert Collet en décembre 2003 à Deauville alors qu’elle

était yearling. Jusqu’à présent, elle n’a rien produit de notable. Woodstock

City peut donc donner un peu de relief à sa production. La deuxième mère de

Woodstock City est Crumpetsfortea (Henbit), qui n’a pas couru mais qui a produit

Comtemporary (Alzao), gagnante du Prix Miesque (Gr3) en 2001.