Prix ferdinand dufaure (gr1) : grand charly, la victoire de l’audace

Autres informations / 30.05.2011

Prix ferdinand dufaure (gr1) : grand charly, la victoire de l’audace

Thierry

Civel a du mal à réaliser. Dans l’excitation, il a déchiré son programme, alors

il ne sait plus qui il a battu, combien il a gagné… « Je n’arrive pas à croire

que j’ai gagné. Je suis content, surtout financièrement ! », lance-t-il. Le

pari était audacieux. Grand Charly (Le Triton) n’avait, avant ce Prix Ferdinand

Dufaure, jamais passé le steeple d’Auteuil, jamais couru sur 4.300m, et son

jockey, Sylvain Dehez, ne le connaissait pas. La génération des 4ans sur le

steeple n’avait pas vraiment de leader incontesté.  le Tranquille (Reste Tranquille) a pris le

commandement à 3ans et l’a gardé en début de saison, dans le Prix Duc d’Anjou

(Gr3), avant que Tout Rouge (Dom Alco) ne le devance par deux fois. Cette

fragile hiérarchie a sans doute pesé dans la décision de Thierry Civel de

courir son cheval, tout comme elle a dû encourager Arnaud Chaillé-Chaillé à

tenter l’aventure avec Badoudal (Caballo Raptor), qui n’avait passé qu’une fois

le steeple d’Auteuil et s’était préparé en haies, à Nantes. L’audace a payé.

Tout Rouge, inhabituellement fautif à plusieurs reprises, et Le Tranquille,

également peu irréprochable dans ses sauts, ont laissé leur place aux nouveaux

venus. Grand Charly, qui a parfaitement franchi toutes les difficultés, a toujours

été vu en bonne place, derrière Badoudal et The Saint (Saint des Saints), qui

ont longtemps mené. Dans le tournant final, Sylvain Dehez, à qui rien ne

résistait ce dimanche, avait la position idéale, en embuscade derrière

Badoudal. Le petit cheval a alors fait preuve d’un grand courage pour venir

chercher Badoudal, lequel résistait du minimum au très bon retour de Talent

d’Estruval (Nononito), qui n’avait, lui aussi, qu’un parcours de steeple à

Auteuil dans les jambes et qui plus est l’an dernier. Badoudal est passé tout

près de l’exploit, lui aussi. Arnaud Chaillé-Chaillé avait pris soin de lui

donner une course facile avant ce grand rendez-vous, pour soigner son moral.

François Pamart regrettait cependant : « La faute à la dernière haie nous coûte

un meilleur classement. Mais il a bien couru et prouve qu'il est de ce niveau.

» Arnaud Chaillé-Chaillé ajoutait: « Il a brûlé des réserves durant le parcours

et il a sauté un peu fort la dernière haie. Il est passé un mètre au dessus.

Cela lui coûte la course. Sa performance est intéressante pour cet automne et

certainement aussi pour l'avenir. C'est un gros bébé brillant qui a besoin de

se régler. »

LA BELLE

HISTOIRE DE GRAND CHARLY

Jean

Biraben a été l’un des premiers à féliciter Jean-Paul Sénéchal après la

victoire de Grand Charly. Le cheval a en effet grandi dans ses prés, à côté de

Pau, comme il nous l’a expliqué : « L’éleveur du cheval, Jacques Vayssier, est

mon voisin. J’aimais beaucoup ce poulain, et je le lui ai acheté à 6mois. Il a

donc grandi chez moi, et a débuté sous mes couleurs. . 2ans, il a couru deux

fois puis je l’ai envoyé chez Didier Guillemin pour qu’il le dresse sur les

obstacles. Il a pris une deuxième place en débutant à Mont-de-Marsan, puis il

m’a dit qu’on pouvait gagner à réclamer à Paris. Nous sommes donc allés à

Enghien, où il a gagné, et Thierry Civel l’a réclamé pour Jean-Paul Sénéchal.

Mais je suis très content pour eux ! Ce qui compte pour un éleveur, c’est de

sortir des bons chevaux. Celui-là n’est pas bien grand, mais il a du talent ! »

Acquis pour 27.111€, Grand Charly a ensuite gravi les échelons, battant Sam

Winner (Okawango) et Twinlight (Muhtathir) pour sa première sortie sous ses

nouvelles couleurs à Auteuil (Tout Rouge était alors quatrième), avant de

confirmer face aux mêmes rivaux. Sommet de son année de 3ans, sa deuxième place

dans le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). . 4ans, Thierry Civel, conscient

que face aux ténors des haies, son cheval allait être un peu juste, l’a débuté

en steeple à Enghien, où il a gagné ses deux premières courses avant de prendre

la deuxième place du Prix Hopper (L), derrière une excellente Katkovana

(Westerner). La suite, c’est cette victoire de Gr1, pour sa prise de contact

avec les "gros" d’Auteuil. Thierry Civel savait que les obstacles

sélectifs de la butte Mortemart ne poseraient pas de problème à cet excellent

sauteur. Il ne s’est pas trompé. Comme une boutade, il nous avait déclaré lors

de son second succès à Enghien : « Le matin, il est encore plus fainéant que

moi, ce qui n’est pas peu dire, et ce n’est pas non plus un grand courageux. »

Dimanche, il a ajouté : « Effectivement, c’est un fainéant, comme moi, mais

cela ne m’empêche pas de me lever à 6h tous les matins, et lui de gagner un Gr1

! » Grand Charly a été débourré et préentraîné au Haras du Saubouas. C’est le

deuxième produit de Sherkane (Lesotho), entraîne´e par Marc Pimbonnet pour qui

elle a gagne´ une course à conditions à 2ans. Sa troisième mère, Afarya (Silver

Shark) a produit Beauchamp King, gagnant du Racing Post Trophy (Gr1) à 2ans, et

cinquième des 2.000 Guine´es. C’est une souche "Aga Khan".