Special breeze-up arqana, eric hoyeau : « la breeze-up arqana est devenue un vrai objectif »

Autres informations / 11.05.2011

Special breeze-up arqana, eric hoyeau : « la breeze-up arqana est devenue un vrai objectif »

Samedi,

à Saint-Cloud, plus de 150 chevaux de 2ans seront présentés lors de la

breeze-up Arqana. Les ventes de 2ans montés, qui ne faisaient pas vraiment

partie de la culture française il y a encore quelques années, ne cessent de se

développer. L’édition 2011, qui a réuni un catalogue très international,

devrait confirmer cette tendance, comme l’explique Éric Hoyeau.

JDG. –

POUR LA PREMIERE FOIS, CETTE ANNEE, LES CANTERS ONT LIEU LA VEILLE DE LA VENTE.

POURQUOI AVEZ-VOUS FAIT CE CHOIX ?

Éric

Hoyeau. – Préalablement, nous regroupions canters et vente sur la même journée.

C’était un service que nous rendions aux acheteurs, notamment aux étrangers,

pour qu’ils puissent organiser leur venue sur un seul jour. Mais le niveau

moyen du catalogue a augmenté, et nous avons senti la nécessité de déplacer les

canters la veille, pour donner plus de temps pour que les poulains soient vus.

Résolument, l’objectif de cette modification est d’offrir plus de confort, de

rigueur et de sérénité aux acheteurs pour l’examen des poulains.

LES

POULAINS SONT DONC D’ORES ET DEJA VISIBLES A SAINT-CLOUD ?

La

grande majorité des poulains est en effet arrivée lundi soir. Les visites ont

réellement débuté mercredi. Il faut saluer la collaboration des équipes de

Saint-Cloud qui ont porté un soin particulier à la piste, pour offrir un

terrain parfait vendredi. Un premier "trial" aura lieu jeudi.

QUELLES

SONT LES AUTRES NOUVEAUTES DE L’EDITION 2011 DE CETTE VENTE ?

Arqana

poursuit sa marche en avant dans les innovations technologiques. Les vidéos des

canters seront diffusées en direct sur Internet. Également, sur notre site

internet, toutes les références des chevaux au niveau des ventes sont

disponibles. Des vidéos réalisées par les consignors, ou via le système

anglo-saxon Sirecam, sont aussi consultables sur notre site. Le jour de la

vente, nous mettrons en application une nouvelle interface, qui permettra de

visualiser, sur une même page web, le pedigree, le tableau de recherche, ainsi

que la retransmission live des enchères. Cette interface est destinée aux

acheteurs qui veulent suivre la vente à distance.

COMMENT

ANALYSEZ-VOUS LA CONJONCTURE INTERNATIONALE ACTUELLE CONCERNANT LES BREEZE-UP ?

Aux

États-Unis, après un fort recul en 2009, les résultats se sont stabilisés en

2010, et la vitesse de croisière s’est maintenue cette année. Au niveau

européen, on a également noté une stabilisation de ces ventes, même si le

format chez Tattersalls a été un peu modifié et complique les comparaisons

d’une année sur l’autre.

COMMENT

EVALUEZ-VOUS LE CATALOGUE DE CETTE ANNEE ?

Nous

avons une offre très internationale. On peut évidemment regretter de ne pas

présenter plus de chevaux français ou assimilés "FR", mais nous

faisons face à un manque d’offre de chevaux "FR" présentés par des

consignors français ou étrangers. Néanmoins, nous avons une vraie volonté de

mettre en avant ces poulains. À la mi-décembre, nous avions 400 poulains de

2ans inscrits, dont 30 % de "FR" ou assimilés "FR". Au

final, le catalogue regroupe tout de même 39 % de 2ans français. Les raisons de

cette relative pénurie d’offre résident à la fois dans un problème culturel,

car les ventes de 2ans montés ne sont pas une grande tradition française, mais

aussi dans le fait que les poulains "FR" vendus en octobre ont

réellement fait leur prix, ce qui laisse moins de marge aux pinhookers.

Logiquement, ce catalogue international devrait attirer une clientèle très

large.

CETTE

PROGRESSION AU NIVEAU DE LA QUALITE DE L’OFFRE EST UN SIGNE DE RECONNAISSANCE

DE LA VENTE ?

Tout à

fait. Les spécialistes européens des ventes de 2ans montés considèrent

désormais cette vente comme un vrai objectif. La vente continue de se

construire. Les bons résultats de l’an dernier, à la fois au niveau du

pourcentage de vendus et du prix moyen, ont représenté une excellente

publicité, même si nous manquons encore de gagnants de Gr1 à 2ans issus de ce

breeze-up.

LE

NOMBRE DE POULAINS PRESENTES RESTE RELATIVEMENT CONSTANT ?

Oui,

nous sommes dans les mêmes eaux que l’an dernier. Le standard idéal, c’est 150

lots. Cette année, nous devrions avoir beaucoup moins de poulains absents.

C’est le signe que les préparateurs ont mieux géré l’évolution de leurs

protégés, qu’ils leur ont laissé plus de temps pour venir.

QU’ESPEREZ-VOUS

COMME RESULTATS ?

Compte

tenu de la qualité du catalogue, nous sommes en droit d’espérer une

consolidation des bons résultats obtenus l’an passé.

 

LES

GRANDS INDICATEURS DE LA VENTE EN 2010 ET 2009

Présentés

        Vendus (%)    Prix médian    Prix moyen     Total enchères + amiables

2010

140                  108 (77 %)      40.000 €          51.611

         5.967.500 €

2009

127                  97 (76 %)        30.000 €          41.649

         4.152.500 €

 

SAINT-CLOUD

DEJA A PIED D’OEUVRE A J-3

Milieu

d’après-midi, ce mercredi, à Saint-Cloud. Les boxes de l’hippodrome sont déjà

occupés par les quelques 150 poulains de 2ans qui passeront en vente samedi.

D’un côté, les consignors britanniques, de l’autre, les Français. Comme le

placement des invités lors d’un mariage, les équipes d’Arqana doivent composer

avec les affinités des uns et des autres… Mais l’attribution des boxes répond

aussi à des soucis logistiques, pour que, à l’heure des canters, les jockeys

puissent passer rapidement d’un poulain à un autre. L’effervescence qui gagnera

l’établissement vendredi n’est pas encore à l’ordre du jour, et les 2ans ont le

temps de s’acclimater à leur nouvel environnement. Certains marchent, d’autres

découvrent la piste en sable pour de petits galops de chasse, d’autres encore

se détendent en broutant un peu d’herbe au soleil. Quelques courtiers sont

cependant déjà à pied d’oeuvre, pour les premières inspections. Un signe qui ne

trompe pas : alors que l’on court à Longchamp, ils sont déjà là, catalogue en

main, casquette et lunettes de soleil sur la tête, décortiquant les modèles et

la locomotion des sujets qu’ils ont présélectionnés. La qualité du catalogue

semble avoir eu l’effet escompté : le nombre des visites, sur le site mais

également, plus tôt, dans les haras, augure déjà d’une vente solide.