Special breeze-up arqana, paul basquin : « acheter lors d’un breeze-up permet de reduire les risques »

Autres informations / 12.05.2011

Special breeze-up arqana, paul basquin : « acheter lors d’un breeze-up permet de reduire les risques »

Meilleur

vendeur du breeze-up Arqana depuis 2007, Paul Basquin fait partie des

précurseurs français dans ce type de ventes. Son Haras du Saubouas est en effet

spécialisé dans la préparation des poulains pour les ventes de 2ans montés.

C’est donc en connaisseur qu’il donne son analyse sur le catalogue 2011.

JDG. –

COMMENT EVALUEZ-VOUS LE CATALOGUE 2011 DU BREEZE-UP ARQANA ?

Paul

Basquin. – Tant au niveau des pedigrees que des modèles, le catalogue est de

grande qualité, équivalent à celui que l’on peut trouver lors des meilleurs

ventes de yearlings. On a une vraie offre internationale. En ce qui nous

concerne, nous avons déjà eu plus de visites au haras que les années

précédentes, et cela se confirme depuis que les poulains sont arrivés à

Saint-Cloud. C’est un signe de plus que la vente de 2ans montés est en train de

se développer. Les acheteurs ont compris que ce type de ventes, où les poulains

sont sélectionnés à la fois sur le modèle, le pedigree, mais aussi le travail,

réduit les aléas et les risques. Les résultats en course des chevaux achetés

lors de breeze-up sont supérieurs à ceux ayant été acquis yearlings, alors même

que le nombre de poulains présentés dans des ventes de 2ans montés reste très

restreint. Il y a encore quelques années, ce type de ventes souffrait d’une mauvaise

image en France. À présent, ces ventes se sont vraiment professionnalisées, la

qualité des modèles et de la préparation des poulains s’est grandement

améliorée. Et grâce aux statistiques des poulains issus des breeze-up, les

acheteurs ont compris qu’ils pouvaient trouver de vrais chevaux de course par

ce biais. S’il manque encore de vrais gagnants de Gr1 issus de ces ventes,

c’est que seulement cent cinquante poulains y sont présentés. Avec cette offre

réduite, la probabilité de sortir un champion est beaucoup plus faible que sur

un échantillon plus important.

ETES-VOUS

SATISFAIT DU NOUVEAU FORMAT DE LA VENTE, AVEC LES CANTERS LA VEILLE DES

ENCHERES ?

La

première évolution importante a eu lieu en 2009, quand la vente a été décalée

au mois de mai, puis l’an dernier, quand elle a été adossée au weekend des

"Poules". Cela nous a permis de donner beaucoup plus de temps aux

chevaux pour venir de façon progressive, et qu’ils soient plus matures pour

encaisser le travail.  À présent, le fait

de programmer les canters la veille nous offre plus de confort pour travailler,

et plus de temps aux acheteurs potentiels pour organiser leurs visites.

COMMENT

JUGEZ-VOUS VOTRE LOT ?

En

termes de quantité, nous sommes stables par rapport à l’an dernier, avec vingt

quatre poulains présentés. La qualité est croissante, et je pense que nous

avons vraiment un bon lot. Nous avons réalisé une sélection de chevaux

provenant de différentes ventes : américaines, irlandaises, anglaises et

françaises. Notre objectif est de sortir des chevaux qui vont aux courses, de

vrais compétiteurs. On s’attend à de bonnes ventes.