Tin horse, une concentration sur nasrullah par thierry grandsir (dna)

Autres informations / 18.05.2011

Tin horse, une concentration sur nasrullah par thierry grandsir (dna)

En

s’octroyant avec supériorité la Poule d’Essai des Poulains devant les très

doués Havane Smoker  (Dubawi) et Venomous

(Red Ransom), Tin Horse (Sakhee) a remporté un succès mérité et incontestable.

Susceptible de progresser encore, ses prochaines sorties sont d’ores et déjà

attendues avec une réelle impatience ! Voici l’étude de son pedigree, réalisée

par Thierry Grandsir (DNA).

Son

pedigree est particulièrement intéressant mais très singulier. Il présente en

effet plusieurs niveaux de lecture possibles, allant de la compatibilité avérée

entre ses parents, Sakhee et Joyeuse Entrée, à l’influence centenaire d’une

certaine Lady Josephine…

UN

CROISEMENT CONTRASTE MAIS COMPATIBLE…

Joyeuse

Entrée était une pouliche de classe, dotée de beaucoup de précocité et de

vitesse. Pour preuve, elle remporta quatre victoires et obtient une place de

deuxième en cinq sorties à 2ans. Une saison entamée par deux succès sur 1.100m

dès le mois de mai et conclue par une nette victoire dans le Prix d’Aumale

(Gr3), à la faveur d’une superbe accélération. On ne la revit malheureusement

qu’une seule fois en piste, fin juin de ses 3ans, pour une modeste cinquième

place dans le Prix Amandine (L)… Entrée au haras avec de sérieux espoirs, un

carnet de bal des plus somptueux lui fut offert : Zafonic, Peintre Célèbre,

Machiavellian, Unfuwain, Galileo, Singspiel… Mais, avant Tin Horse, son

neuvième foal, ses actifs ne comptaient que quatre vainqueurs dont la bonne

Becomes You (Lomitas), gagnante du Critérium de l’Ouest (L) et troisième du

Prix de Condé (Gr3) devant Zafisio à 2ans, performances qu’elle ne sut confirmer

ensuite. De son côté, Sakhee montra un profil plus progressif. Après deux

victoires acquises sur 1.600m à 2ans, il s’adjugea le Tresher Classic Trial

(Gr3) et les Dante Stakes (Gr2) en prélude à sa deuxième place dans le Derby

d’Epsom (Gr1) derrière le champion Sinndar (étalon classique au Haras de

Bonneval), avant de réaliser sa meilleure saison à 4ans en survolant les

International Stakes (Gr1) par sept longueurs, et en dominant la championne

Aquarelliste dans un Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) où son envolée fut des

plus saisissantes. Seulement devancé par Tiznow dans le Breeders’ Cup Classic

(Gr1) en fin d’année, il joua les prolongations à 5ans mais, handicapé par des

genoux douloureux (surtout en terrains secs, héritage de Riverman), il ne retrouva

pas son meilleur niveau et entra au haras en Angleterre. Tin Horse émane de sa

septième saison de monte. Avant lui, on ne dénombrait que sept gagnants de

Stakes au sein de sa production, dont deux gagnants de Gr1 : le top sprinter

Sakhee’s Secret, gagnant du July Cup (Gr1 - 1.200m) avant de s’accidenter dans

les Nunthorpe Stakes, et Presvis, lauréat du Hong Kong Queen Elizabeth II Cup

(Gr1 -2.000m) avant de s’adjuger le Dubai Duty Free (Gr1 - 1.800m) cette année.

Or, ces deux-là ont en commun d’être issus de juments porteuses de vitesse : la

mère de Sakhee’s Secret excellait sur les parcours de 1.200-1.400m, et Presvis

a pour père de mère l’excellent sprinter Never so Bold. En première lecture, le

croisement à l’origine de Tin Horse est donc de type contrasté mais

parfaitement compatible, Sakhee s’exprimant au mieux avec les juments dotées de

précocité et de vitesse, et joyeuse entrée nécessitant un étalon capable de

tempérer l’excès d’influx hérité de son père Kendor. La réflexion ayant conduit

à leur rencontre est donc des plus logiques, et fut couronnée de succès avec

Tin Horse !

UNE

CONCENTRATION DE TOP MILERS…

En

deuxième lecture, on constate que le croisement a abouti à une concentration de

milers de qualité : Bahri, champion miler à 3ans après ses succès dans les St

James’s Palace Stakes (Gr1) et les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1 - 6 longueurs

devant Ridgewood Pearl !). Kenmare, gagnant du Prix Jacques Le Marois (Gr1),

Crystal Glitters et Lightning, deux lauréats du Prix d’Ispahan (Gr1), voire Nijinsky

(2.000 Guineas Stakes) et Sadler’s Wells (Irish 2.000 Guineas), mais aussi

quatre lauréats de la Poule d’Essai des Poulains, à savoir Riverman, Kendor,

Kalamoun et Blushing Groom, lesquels ont d’ailleurs très bien croisé ensemble.

Un cocktail propice à générer un gagnant de Poule d’Essai !

DE

L’INFLUENCE DE NASRULLAH…

Mais que

Tin Horse soit devenu le meilleur produit de son père et de sa mère mérite une

troisième lecture. En creusant un peu plus son pedigree, on remarque que les

croisements successifs ayant abouti à sa conception ont été particulièrement

axés sur la lignée mâle de Nasrullah, un authentique vecteur de brillance et de

classe pure : Never Say Die, gagnant de "Derby" et père de la

quatrième mère de Tin Horse, est un fils de Nasrullah ; Crystal Glitters, père

de la deuxième mère de Tin Horse, est par le crack Blushing Groom, petit-fils

de Nasrullah via le sprinter Red God ; Kendor, père de mère de Tin Horse,

descend en droite ligne du gris Grey Sovereign, fils de Nasrullah ; Enfin,

Sakhee, père de notre sujet, est un petit-fils de Riverman, descendant de

Nasrullah via Never Bend. Mais ce n’est pas tout, car Nasrullah présente un

total de dix citations dans le pedigree de Tin Horse, et ce via neuf sources

différentes !!! Outre les quatre précités, on soulignera la présence de Bold

Ruler, Fleet Nasrullah, Nearula, Dangerous Dame et Nantallah (dupliqué). Un

très bel exemple du principe consistant à collectionner les citations d’un chef

de race via ses meilleurs descendants, en vue de reconcentrer son patrimoine

génétique dans un même pedigree ! D’autant que chez Tin Horse, l’application de

ce principe ne s’arrête pas au seul Nasrullah…

MUMTAZ

MAHAL, LA GRISE VOLANTE…

A

priori, Sakhee et Joyeuse Entrée ont des origines très divergentes : si Sakhee est

inbred 4 x 3 sur Northern Dancer, joyeuse entrée est exempte de ce sang, étant

même outcross à cinq générations libres. À ce niveau, les seuls ancêtres

communs de leurs papiers respectifs sont Nasrullah, déjà évoqué, et My Babu,

dupliqué en 6 x 6 x 7 chez Tin Horse. Or, My Babu, lui aussi un top miler

(gagnant des 2.000 Guineas et des Sussex Stakes à 3ans), est issu d’une fille

de Badruddin, trois quarts frère de la mère de Nasrullah !

Badruddin

et Mumtaz Begum (mère de Nasrullah) sont des filles de la "grise

volante" Mumtaz Mahal.  Championne

de sa génération à 2ans avant de devenir championne sprinter à 3ans en

Angleterre après son succès dans les Nunthorpe Stakes, celle que l’on

surnommait affectueusement "Mumty" possédait une précocité et une

vitesse légendaires. Le fait de la rencontrer à dix-neuf reprises dans le

pedigree de Tin Horse est loin d’être anodin: outre les treize citations

véhiculées par son petit-fils Nasrullah et par son fils Badruddin, on la

retrouve via le gagnant de "Derby" Mahmoud (3 fois), via Royal

Charger (trois quarts frère de Nasrullah, dupliqué) et via Rivaz, une propre

soeur de Nasrullah devenue la troisième mère de Kalamoun…

LADY

JOSEPHINE, UNE INFLUENCE CENTENAIRE…

Née en

1912, fille du chef de race Sundridge, Lady Josephine remporta les Coventry

Stakes à l’âge de 2 ans en Angleterre, témoignage de la précocité et de la

vitesse dont elle était richement dotée. Son influence sur la race pure s’est

établie via deux de ses filles aux aptitudes très différentes : la bolide

Mumtaz Mahal, déjà évoquée, et Lady Juror, gagnante des Jockey Club Stakes sur

2.800m à 3ans... En sus des dix-neuf citations de Mumtaz Mahal dans le pedigree

de Tin Horse, Lady juror ajoute six mentions supplémentaires de sa mère via ses

meilleurs descendants Fair Trial (dupliqué), Tudor Minstrel (également

dupliqué), Kashmir II et Aristophanes (père de Forli) !!! On sait que les gènes

se transmettent de génération en génération, et s’il est clair que Tin Horse

tient sa robe grise de Mumtaz Mahal, il nous semble également très probable

qu’il ait hérité de la précocité, de la vitesse et de la classe pure de

Nasrullah, voire de la presque centenaire Lady Josephine !