Ventes de 2ans montes : les mentalites evoluent

Autres informations / 13.05.2011

Ventes de 2ans montes : les mentalites evoluent

L’an

dernier, nous avions titré, à l’issue du breeze-up Arqana, "la vente de

tous les records". Les observateurs rencontrés avant l’édition 2011 sont

unanimes : le catalogue 2011 est supérieur à celui proposé en 2010. S’il semble

peu probable que le chiffre d’affaires et le prix moyen connaissent une

évolution aussi forte que celles affichées en 2010 (+44% pour le CA, +24% pour

le prix moyen), la vente devrait cependant confirmer ce que l’on ressent déjà

depuis un certain temps : ce breeze-up est en train de se forger une vraie

réputation et de devenir un rendez-vous incontournable pour les

"consignors" européens.  Plus

important encore, le breeze-up commence à s’ancrer dans la culture française.

Ce type de ventes a longtemps souffert d’une mauvaise réputation dans notre

pays. Justement parce qu’il ne faisait pas partie de notre tradition. Les

poulains n’y étaient pas présentés de façon optimale et, trop souvent, le

magnifique 2ans acheté lors de cette vente ne confirmait pas en compétition...

Les temps ont changé et les préparateurs français, au contact de leurs

collègues britanniques, ont appris. Tous insistent sur ce point : les 2ans

présentés lors de cette vente ont été soumis à un travail progressif, qui leur

permet de se trouver dans une spirale ascendante, évolution que l’entraîneur

n’aura qu’à poursuivre avant de les emmener sur un hippodrome. Car, et c’est

bien là le grand avantage des ventes de 2ans montés, acheter un

"presque" cheval de course, sans les risques inhérents à l’acquisition

d’un yearling, sachant qu’il a déjà passé plusieurs filtres: celui de la

sélection sur le modèle et le pedigree (comme l’est un yearling), mais aussi

celui d’un entraînement qui lui permet de se présenter monté, et d’évoluer au

canter sur le gazon de Saint-Cloud... C’est un cercle vertueux. Les très bons

résultats enregistrés par cette vente ont incité les "consignors" à

présenter leurs meilleurs éléments à Saint-Cloud et, attirée par ce catalogue

de qualité, la clientèle internationale a, si l’on en juge par la fréquentation

de l’hippodrome les jours précédents la vente, répondu présent. Ne reste plus à

ce breeze-up qu’à "sortir" un gagnant de Gr1 en Europe. Près de

cent-cinquante 2ans portent cette année les espoirs des équipes Arqana. Et, dès

dimanche, dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), Mixed Intention (Elusive

City), achetée à Saint-Cloud l’an dernier, devrait de nouveau porter haut les

couleurs du breeze-up Arqana…

 

WILLIE

BROWNE : « LA COMPETITION EST DEVENUE DIFFICILE ! »

L’Irlandais

Willie Browne peut être considéré comme "la" référence en matière de

breeze-up au niveau européen. Sa structure, Mocklershill Stud, présente en

effet des 2ans montés aux ventes depuis plus de trente ans, date de lancement

de ce type de ventes outre-Manche. C’est également un habitué de Saint-Cloud,

qu’il fréquente depuis la création du breeze-up français. Avant le début des

enchères, l’homme est résolument confiant quant à la tenue de la vente.

JDG. -

VOUS PRESENTEZ DES 2ANS AU BREEZE-UP ARQANA DEPUIS LA CREATION DE CETTE VENTE.

QUELLE EST VOTRE PERCEPTION DE SON EVOLUTION ?

Willie

Browne. - Effectivement, nous avons toujours supporté cette vente en y

présentant des poulains. J’ai constaté une nette progression dans la qualité du

catalogue et de la présentation des poulains. Au début, grâce à mon expérience

dans les courses et l’entraînement, j’avais clairement un avantage. A présent,

ce n’est plus le cas. Les "consignors" français ont effectué

d’immenses progrès et la compétition est désormais difficile !

COMMENT

JUGEZ-VOUS LE CATALOGUE 2011 ?

C’est un

catalogue d’excellente qualité, très international. J’ai gardé quelques-uns de

mes meilleurs éléments pour cette vente, qui est devenue un véritable objectif

pour nous. Le travail de promotion d’Arqana est excellent, si bien que lorsque

l’on présente ici un bon poulain, on sait qu’on en tirera un bon prix. La

clientèle est véritablement internationale. Nous avons déjà eu beaucoup de

visites. Et ce depuis mercredi. Je ne suis pas spécialement optimiste, de

nature, mais je dois dire que je suis assez confiant pour ces ventes.

PARMI

LES POULAINS QUE VOUS PRESENTEZ, 8 SONT FRANÇAIS OU ASSIMILES "FR".

AURIEZ-VOUS AIME EN PROPOSER PLUS ?

Pour le

"milieu de gamme", le fait que le cheval soit éligible aux primes est

très important. Ce critère perd de son importance quand on monte en qualité.

Mais, en octobre, à Deauville, nous étions en compétition avec les entraîneurs

français. Et si vous les battez, cela veut aussi dire que vous avez payé

peut-être un peu trop cher le poulain et que votre retour sur investissement

sera moindre, en mai…

LE

TRANSFERT DES CANTERS, LA VEILLE DE LA VENTE, VOUS SATISFAIT-IL ?

Étant

donné la qualité des chevaux présentés, il était difficile d’imaginer leur

faire réaliser leur breeze le matin-même de la vente. C’est une évolution

logique compte tenu de la hausse de la qualité du catalogue. LA QUALITE DE LA

PISTE REPOND-ELLE A VOS ATTENTES ?

Aujourd’hui

(jeudi, N.D.L.R.), pour le premier trial, je trouve que la piste est très

ferme. Avec des 2ans encore fragiles, et à la veille des vrais canters, c’est

risqué. Je sais que tout ne peut être parfait, mais un arrosage plus important

aurait été souhaitable. J’espère que vendredi, lorsque la lice sera décalée, la

piste sera plus souple...

 

PHILIP

PREVOST-BARATTE : « EVITER DE BOUSCULER LES POULAINS... »

Philip

Prévost-Baratte présente, cette année, lors du breeze-up Arqana, un lot de 2ans

résolument axé "FR". Le "consignor" explique ce choix, et

sa conception de la préparation des poulains pour de telles ventes.

JDG. -

VOUS PRESENTEZ CETTE ANNEE SEPT POULAINS, DONT SIX "FR" OU ASSIMILES.

C’EST UN CHOIX DELIBERE ?

Philip

Prévost-Baratte.- Tout à fait. Pour les chevaux qualifiés de "milieu de

gamme", l’éligibilité aux primes est un critère important. En revanche,

pour le haut du marché, cela l’est beaucoup moins. Cette année, le catalogue

est très international et manque un peu de chevaux français. Comme l’a très

bien expliqué Eric Hoyeau, cela s’explique par le fort marché que l’on a connu

en octobre. J’ai moi-même été "underbidder"sur trois numéros lors de

cette vente.

QUELLE

EST VOTRE VISION DE LA PREPARATION D’UN 2ANS AUX BREEZE-UP ?

Évidemment,

préparer un 2ans aux ventes a un côté plus excitant que la seule activité de

débourrage ou de pré-entraînement mais ce qui m’intéresse le plus, c’est de

voir les chevaux aux courses, et de les voir s'imposer. Je veux surtout éviter

de bousculer les poulains, de les suralimenter ou de les sur-travailler. Il

faut qu’ils se présentent sur une pente ascendante. C’est aussi pour cette

raison que je conseille aux personnes intéressées de venir voir les poulains au

haras, bien avant la vente. Ils peuvent ainsi beaucoup mieux juger leur

évolution au fil des mois. Il faut aussi travailler en toute transparence. Des

clients bien servis sont des clients qui reviendront…

L’IMAGE

DE CE TYPE DE VENTES EST-ELLE EN TRAIN D’EVOLUER?

Au vu de

la qualité du catalogue, en nette progression tous les ans et qui a vraiment

franchi un palier cette année, on peut l’affirmer. Ce changement de mentalité a

pu avoir lieu à la fois par la professionnalisation des vendeurs mais aussi par

le travail des équipes d’Arqana. Nous sommes extrêmement bien reçus. Par

exemple, la qualité de la paille et du foin est irréprochable. Ce genre de

détails est très important.

QUEL EST

VOTRE SENTIMENT SUR LE TRANSFERT DES CANTERS LA VEILLE DES VENTES ?

C’est

une évolution logique, qui va de pair avec la progression de la qualité du

catalogue. Plus les chevaux présentés sont de qualité, et plus les acheteurs

potentiels seront exigeants. Avec ce nouveau format, les acheteurs ont plus de

temps afin de faire examiner les poulains par leur vétérinaire.