Au conseil d’administration de france galop du lundi 27 juin 2011

Autres informations / 30.06.2011

Au conseil d’administration de france galop du lundi 27 juin 2011

Le Prix

de Diane décalé au troisième dimanche de juin ou encore la possible mise en

place d’une structure commune aux deux sociétés mères pour la promotion des

courses françaises à l’international sont deux éléments hautement symboliques

du dernier Conseil d’administration de France Galop. Le monde change, et la

société-mère du galop français agit rapidement. Le Conseil d’administration de

France Galop s’est réuni le lundi 27 juin, sous la présidence d’Édouard de

Rothschild. Les membres du Conseil d’administration ont pris connaissance des

résultats des paris hippiques, arrêtés au 19 juin 2011, qui se traduisent par

une consolidation satisfaisante du chiffre d’affaires en augmentation de 3,1 %.

De son côté, le produit brut des paris connaît une croissance de 2,3 %. Édouard

de Rothschild a souligné une nouvelle fois le paradoxe d'une augmentation

régulière et longue des paris hippiques au regard des difficultés économiques

récurrentes des socioprofessionnels du galop. Il a rappelé sa demande exprimée

lors du dernier Comité de France Galop que soit engagée dans les prochaines

semaines une analyse des causes de la crise du secteur, devant déboucher sur un

diagnostic concret et pratique définissant les mesures à mettre en oeuvre.

PLUS DE

REUNIONS P.H.H., MAIS EN VEILLANT AUX CONDITIONS DE TRAVAIL DES

SOCIOPROFESSIONNELS

Le

Conseil d’administration a ensuite examiné les premières orientations

d’évolution du calendrier 2012 qui portent principalement sur une densification

des samedis en remplaçant les trois réunions "tuilées" par un format

de quatre réunions "doubles simultanées" pendant la période allant de

début avril à fin septembre. Édouard de Rothschild a souligné la pertinence

économique de la poursuite de la densification du calendrier, tout en demandant

que soient analysés l’impact de ces mesures sur la fréquentation des

hippodromes et leur incidence sur les coûts additionnels en résultant pour les

professionnels des courses, en terme d’organisation du travail dans les écuries

et de logistique de transport. Édouard de Rothschild a demandé que toute

densification additionnelle du calendrier national soit à l’avenir dûment

motivée et examinée avec le souci de ne pas mettre en péril les conditions

matérielles d’exploitation des professionnels des courses. Il a souligné, à

cette occasion, l’utilité et la productivité des courses internationales dans

la densification du calendrier, appelant de ses voeux la poursuite de cette

politique de diversification de l'offre présentée aux parieurs français. Par

ailleurs, compte tenu de la multiplication des réunions P.H.H. décentralisées,

liée à la densification du calendrier, et de la mise en place du guichet unique

régulant les relations des sociétés-mères avec les différents opérateurs de

paris hippiques en ligne à la suite de l’ouverture du marché des jeux, les

responsabilités opérationnelles des sociétés mères se sont développées. Dans ce

nouveau contexte, il a été proposé d’engager une réflexion sur les conséquences

à tirer de cette situation nouvelle quant au rôle respectif des sociétés mères

et de la Fédération nationale des courses françaises.

TROIS

AXES STRATEGIQUES POUR LE MARKETING ET LA COMMUNICATION

Richard

Hullin, Directeur du marketing et de la communication, a ensuite présenté la

nouvelle politique mise en oeuvre par France Galop au cours du premier semestre

2011. Celle-ci a été déclinée selon trois axes stratégiques :

1)

Concernant l’image des courses :

-

moderniser et dynamiser l’image des courses de galop,

-

revendiquer les courses comme un sport à part entière,

- faire

émerger et positionner la marque France Galop comme une institution active,

2)

Concernant la fréquentation des hippodromes :

-

dynamiser les niveaux de fréquentation,

-

fidéliser nos clients et élargir à de nouvelles cibles,

3)

Concernant les revenus :

-

générer des sources de revenus additionnels,

- mettre

en place les bases d’une politique commerciale.

Le choix

d’une nouvelle agence de communication et la mise en oeuvre notamment d’un

nouveau plan media ont, par ailleurs, permis une bonne fréquentation du public

sur les hippodromes avec de fortes progressions pour le Gras Savoye Grand

Steeple-Chase de Paris (+ 9 %) et le Prix de Diane Longines (+ 7 % avec un

record de fréquentation à 36 500 spectateurs).

LE

PROPRIETARIAT SE RENOUVELLE SUR LES MEMES BASES

Les

actions du Département propriétaires ont également montré de bons résultats se

traduisant, dans une conjoncture économique difficile, par une tendance stable

de 360 nouvelles signatures par an depuis 2005. Le président a réaffirmé sa

volonté de poursuivre et de développer encore davantage ces actions de

prospection et de fidélisation permettant de rechercher et d’accompagner de

nouveaux propriétaires. Face au bilan positif du premier semestre, le Conseil

d’administration s’est montré favorable à l’approfondissement de cette

stratégie en 2012 et au-delà.

VERS UNE

STRUCTURE COMMUNE TROT-GALOP POUR LA PROMOTION INTERNATIONALE

Hubert

Tassin a ensuite rendu compte de la dernière réunion de la cellule de réflexion

stratégique trot-galop, qui a notamment préconisé la mise en place d’une

structure commune aux deux sociétés mères, afin d’assurer la promotion des

courses françaises et la défense des intérêts économiques de la filière

hippique au niveau international.

LE PRIX

DE DIANE DEPLACE D’UNE SEMAINE

Le

nouveau sponsor, Longines, étant l’un des partenaires majeurs du grand tournoi

de Roland Garros, le Conseil d’administration a approuvé le déplacement de la

date du Prix de Diane Longines qui se tiendra désormais le troisième week-end

de juin afin d’être décalé par rapport au grand événement

"tennistique".